Chlorhexidine et ses sels – fiche d’information

Sur cette fiche

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique de « la chlorhexidine et ses sels », appelée une évaluation préalable, afin de déterminer le potentiel d’effets nocifs sur les Canadiens et l’environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer des effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement) et les niveaux d’exposition des personnes et de l’environnement. Une substance peut avoir des propriétés dangereuses, mais le risque pour la santé humaine ou l’environnement peut être faible en fonction du niveau d’exposition.
  • Suite à cette évaluation préalable, le gouvernement a conclu que la chlorhexidine et ses sels sont nocifs pour l’environnement, mais pas pour la santé humaine aux niveaux d’exposition observés au moment de l’évaluation.

À propos de ces substances

  • L’évaluation préalable réalisée dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) était axée sur l’entité chlorhexidine et visait la chlorhexidine et ses sels soit, sans s’y limiter, la chlorhexidine, le diacétate de chlorhexidine, le dichlorhydrate de chlorhexidine et le digluconate de chlorhexidine. 
  • Le diacétate de chlorhexidine faisait partie initialement du douzième lot du « Défi » du PGPC (appelé ci-après acétate de chlorhexidine). Toutefois, pour tenir compte de l’exposition due à toutes les sources potentielles de l’entité chlorhexidine, une évaluation préalable subséquente visant un plus grand groupe de substances a été publiée, à savoir l’évaluation préalable de la chlorhexidine et de ses sels.
  • Les sels de chlorhexidine se dissocient dans l’eau et libèrent l’entité chlorhexidine.
  • Ces substances ne sont pas présentes naturellement dans l’environnement.
  • Selon les renseignements recueillis par le gouvernement, ces substances sont utilisées comme antiseptiques et agents de conservation dans certains produits comme des cosmétiques, des produits de santé naturels, les médicaments sur et sans ordonnance destinés aux humains ou aux animaux et des désinfectants pour surfaces dures.

Exposition des êtres humains et de l’environnement

  • Les Canadiens peuvent être exposés à ces substances lors de l’utilisation de produits disponibles pour les consommateurs, comme des cosmétiques (p. ex., des hydratants corporels, des rouges à lèvres et des baumes pour les lèvres) et des produits de santé naturels (p. ex., des écrans solaires et des rince-bouche).
  • Ces substances peuvent être rejetées dans l’environnement dans les effluents de systèmes de traitement des eaux usées, après la fabrication de produits à base de chlorhexidine et suite à l’utilisation de produits de consommation en contenant.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • Les effets potentiels sur le foie ont été considérés être les effets importants ou « critiques » identifiés pour la caractérisation du risque pour la santé humaine faite pour l’évaluation préalable.
  • Dans l’environnement, l’entité chlorhexidine pourrait causer, à de faibles concentrations, des effets nocifs sur des organismes aquatiques.

Résultats de l’évaluation des risques

  • En comparant les concentrations de la chlorhexidine et de ses sels auxquelles les Canadiens peuvent être exposés et les concentrations auxquelles sont associés des effets sur la santé, le risque pour la santé humaine posé par ces substances est considéré comme faible.
  • Compte tenu de l’information présentée, il a été conclu que la chlorhexidine et ses sels présentent un risque d’effets nocifs sur l’environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l’Évaluation préalable finale de la chlorhexidine et de ses sels le 29 juin 2019.

Conclusions de l’évaluation préalable

  • À la suite de l’évaluation préalable, le gouvernement a conclu que la chlorhexidine et ses sels ne sont pas nocifs pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels.
  • Le gouvernement a aussi conclu que la chlorhexidine et ses sels pénètrent ou peuvent pénétrer dans l’environnement à des niveaux nocifs pour l’environnement.
  • De plus, il a été montré que l’entité chlorhexidine satisfait aux critères de persistance, mais pas à ceux de bioaccumulation, du Règlement sur la persistance et la bioaccumulation de la LCPE (1999).

Mesures préventives et réduction des risques

  • Le gouvernement du Canada a publié l’Approche de gestion du risque pour la chlorhexidine et ses sels le 29 juin 2019. Le public est invité à faire des commentaires sur ce document pendant la période de commentaires du public de 60 jours se terminant le 28 août 2019.
  • Le gouvernement envisage d’inscrire la chlorhexidine et ses sels à l’annexe 1 de la LCPE (1999), aussi appelée la Liste des substances toxiques.
  • Le gouvernement étudie les mesures de gestion du risque suivantes pour répondre aux préoccupations environnementales :
    • Mise en œuvre d’un code de pratique en vertu de l’article 54 de la LCPE (1999) et d’une entente de performance environnementale (EPE) pour réduire au minimum les rejets de chlorhexidine et de ses sels dans l’environnement dus à l’utilisation industrielle de ces substances.
  • Des renseignements sont recueillis par le gouvernement afin d’éclairer la prise de décision en matière de gestion du risque. Plus de détails se trouvent dans l’Approche de gestion du risque, y compris les coordonnées pour transmettre les commentaires formulés lors de la période de commentaires du public se terminant le 28 août 2019.
  • Les mesures de gestion du risque peuvent évoluer après l’examen des évaluations et des options de gestion du risque publiées pour d’autres substances afin d’assurer une prise de décision efficace, coordonnée et cohérente en matière de gestion du risque.
  • De plus amples renseignements et des mises à jour concernant les mesures de gestion du risque pour les substances visées par le PGPC figurent dans le tableau des mesures de gestion du risque et l’échéancier des activités de gestion du risque et des consultations sur un horizon mobile de deux ans.

Renseignements connexes

  • Ces substances peuvent être présentes dans certains produits disponibles pour les consommateurs. Les Canadiens devraient suivre les avertissements de sécurité et les instructions relatives aux produits et éliminer les produits de manière responsable.
  • Santé Canada a publié un résumé de l’examen de l’innocuité portant sur un lien potentiel entre les produits antiseptiques topiques à base de chlorhexidine en vente libre et des réactions allergiques graves.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à la chlorhexidine et à ses sels en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :