Groupe des composés de furanes – fiche d’information

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique, appelée une évaluation préalable, de 4 substances du Groupe des composés de furanes, afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l'environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)] le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer les effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement) et les niveaux d'exposition des personnes ou de l'environnement. Une substance peut avoir un potentiel de danger élevé, mais le risque pour la santé humaine et l'environnement dépend du niveau d'exposition à la substance.
  • Le potentiel de danger pour l’environnement et d’exposition de l’environnement de ces substances a été classé à l’aide de l’approche de la Classification du risque écologique des substances organiques.
  • Par suite de cette évaluation, il est proposé de conclure que le furan‑2‑ylméthanol et le tétrahydrofurane sont nocifs pour la santé humaine, mais pas pour l’environnement. La phénolphtaléine a des effets préoccupants sur la santé humaine, cependant, les niveaux d’exposition actuels sont faibles. Par conséquent, il est proposé de conclure que la phénolphtaléine et le furane ne sont pas nocifs pour la santé humaine ou l’environnement.

À propos de ces substances

  • Cette évaluation préalable porte sur 4 des 5 substances appelées collectivement dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) le Groupe des composés de furanes. Les substances évaluées sont le furane, la phénolphtaléine, le furan-2-ylméthanol et le tétrahydrofurane.
  • Grâce à d’autres approches, il a été déterminé que l’autre substance du Groupe des composés de furanes, le 1,1-dioxyde de thiophane (No CAS 1126‑33‑0), est peu préoccupante pour la santé humaine et l’environnement. Les conclusions de l’évaluation de cette substance sont présentées dans l'Évaluation préalable des substances jugées comme étant peu préoccupantes au moyen de l’approche de  la classification des risques écologiques des substances organiques et  l'approche fondée sur le seuil de préoccupation toxicologique (SPT) pour certaines substances.
  • Le gouvernement collecte des renseignements sur les substances, y compris des détails sur leurs statuts commerciaux au Canada, afin d'étayer l'évaluation des risques et la gestion des risques des substances en vertu du PGPC.
  • Le furane peut se former naturellement dans la nourriture lorsqu’elle est chauffée pendant la transformation ou la cuisson. Il est également libéré dans l’air en tant que composant de la fumée de cigarette et de feu de bois, ainsi que des gaz d’échappement des moteurs à diesel et à essence. Le furane est utilisé comme solvant pour les résines et également pour produire des produits pharmaceutiques et des produits chimiques destinés à l’agriculture.
  • La phénolphtaléine est principalement utilisée comme un indicateur de pH et, au Canada, elle sert dans la composition la colle en bâton qui change de couleur.
  • Le furan-2-ylméthanol est utilisé comme solvant pour le nettoyage en général, l’élimination de la peinture, la production de résines et de plastiques, et dans les produits décapants pour le bois à usage domestique. Il est présent naturellement dans une vaste gamme d’aliments et peut être utilisé comme aromatisant alimentaire.
  • Le tétrahydrofurane est principalement utilisé comme solvant dans la production de résines et de plastiques, ainsi que dans la production de peintures et de revêtements, de décapants pour peinture ou vernis, et d’adhésifs tels que la colle à polychlorure de vinyle (PVC), qui sont également offerts aux consommateurs.

Exposition des Canadiens et de l’environnement

  • La principale source d’exposition des Canadiens au furane est alimentaire. Le furane n’a pas été trouvé dans les produits de consommation.
  • L’utilisation de colle en bâton qui change de couleur, offerte aux Canadiens, notamment aux enfants, devrait entraîner une certaine exposition à la phénolphtaléine.
  • L’exposition de la plupart des Canadiens au furan-2-ylméthanol est due à sa présence naturelle dans la nourriture. Cependant, l’ingestion de poussière et l’utilisation de certains produits à usage domestique (décapant pour bois) sont également des sources d’exposition.
  • Les Canadiens sont exposés au tétrahydrofurane principalement par l’air intérieur et aussi par l’utilisation de colles à PVC à usage domestique.
  • En ce qui concerne l’évaluation environnementale, , il a été déterminé au moyen de l’approche de Classification des risques écologiques des substances organiques que les 4 substances ont un potentiel faible d’exposition de l’environnement.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • Pour étayer la caractérisation des effets sur la santé dans cette évaluation, des rapports internationale sur ces substances ont été examinés, notamment des évaluations réalisées par le Comité d'experts FAO/OMS sur les additifs alimentaires (JECFA), le National Toxicology Program des États-Unis (U.S. NTP) (disponible en anglais seulement), et le Cancer Assessment Review Committee (CARC) de l’Environmental Protection Agency des États‑Unis (U.S. EPA) (disponible en anglais seulement).
  • En ce qui concerne le furane, les effets importants ou « critiques » pour la caractérisation des risques pour la santé humaine sont des effets nocifs pour le foie.
  • La phénolphtaléine est classée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) dans le groupe des substances « peut-être cancérogènes pour les humaines » et l’U.S. NTP considère la phénolphtaléine comme une substance cancérogène « probable ». Des effets sur la reproduction ont également été considérés comme des effets « critiques » dans l’évaluation de cette substance.
  • Le furan-2-ylméthanol est classé par l’U.S. EPA comme des substances « probablement cancérogènes pour les humains ». Parmi les autres effets « critiques » pris en compte pour le furan-2‑ylméthanol, il y a des effets sur le foie et d’autres tissus.
  • L’évaluation de l’Integrated Risk Information System (IRIS) (disponible en anglais seulement) de l’U.S. EPA indique qu’il y a, pour le tétrahydrofurane, des « données probantes indiquant un potentiel cancérogène ». Des effets sur le système nerveux central ont également été pris en compte comme effets « critiques » dans la présente évaluation préalable pour le tétrahydrofurane.
  • En ce qui concerne l’évaluation environnementale, il a été déterminé au moyen de l’approche de Classification des risques écologiques des substances organiques que les 4 substances de ce groupe ont un potentiel faible d’être un danger pour l’environnement.

Résultats de l’évaluation des risques

  • D’après une comparaison des niveaux actuels de furane ou de phénolphtaléine auxquelles les Canadiens peuvent être exposés avec celles associées à des effets sur la santé, le risque pour la santé humaine associée à ces 2 substances est faible.
  • D’après une comparaison des niveaux de furan-2-ylméthanol auxquelles les Canadiens peuvent être exposés par inhalation de façon aiguë en utilisant certains décapants pour le bois avec celles associées à des effets sur la santé, l’utilisation de cette substance pourrait comporter des risques pour la santé humaine.
  • En outre, d’après une comparaison des niveaux de tétrahydrofurane auxquelles les Canadiens peuvent être exposés par inhalation de façon aiguë en utilisant de la colle à PVC avec celles associées à des effets sur le système nerveux central, l’utilisation de cette substance pourrait comporter des risques pour la santé humaine.
  • Finalement, selon l’approche de la Classification des risques écologiques des substances organiques, ces 4 substances posent un risque faible de causer des effets nocifs pour l’environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l’Ébauche d’évaluation préalable pour le Groupe des composés de furanes le 1 septembre 2018. Cette publication est suivie d’une période de commentaires du public de 60 jours se terminant le 31 octobre 2018.

Conclusions de l’évaluation préalable proposées

  • Par suite de cette évaluation, le gouvernement propose de conclure que la phénolphtaléine et le furane ne sont pas nocifs pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels.
  • Cependant, le gouvernement propose de conclure que le furan-2-ylméthanol et le tétrahydrofurane sont individuellement nocifs pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels.
  • Le gouvernement propose aussi de conclure que ces 4 substances ne pénètrent pas dans l’environnement à des niveaux qui sont nocifs pour l’environnement.

Mesures préventives et réduction des risques

  • Le gouvernement du Canada a publié le Cadre de gestion des risques pour le furan-2-ylméthanol et le tétrahydrofurane le 1 septembre 2018. Cette publication est suivie d’une période de commentaires du public de 60 jours se terminant le 31 octobre 2018.
  • Si les conclusions proposées pour le furan-2‑ylméthanol et le tétrahydrofurane sont confirmées dans l’évaluation préalable finale, le gouvernement envisagera ce qui suit :
    • mettre en application des mesures pour contribuer à réduire l’exposition des consommateurs au furan-2-ylméthanol découlant de l’utilisation de décapant pour le bois
    • mettre en application des mesures pour contribuer à réduire l’exposition des consommateurs au tétrahydrofurane dans les colles à PVC
  • Le gouvernement a l’intention d’ajouter furan-2‑ylméthanol et le tétrahydrofurane à l’annexe 1 de la LCPE (1999), aussi appelée Liste des substances toxiques.
  • Bien que la phénolphtaléine ne soit pas considérée comme nocive pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels, la phénolphtaléine est associée à des effets préoccupants pour la santé. Il pourrait y avoir un risque pour la santé humaine si l’exposition à cette substance devait augmenter.
    • Les activités de suivi visant à déceler les changements dans l’exposition et/ou du profil d’utilisation commercial de la phénolphtaléine sont envisagés.
    • Les parties intéressées sont encouragées à fournir tout renseignement sur la phénolphtaléine qui pourrait contribuer à éclairer le choix de l’activité de suivi, pendant la période de commentaires du public de 60 jours portant sur l’évaluation. Cela pourrait inclure des renseignements sur l’importation, la production ou l’utilisation, nouvelle ou prévues, de la substance, si ce n’est déjà fait.
  • Pour de plus amples renseignements et des mises à jour sur les mesures de gestion des risques, veuillez consulter le tableau de gestion des risques du PGPC et l'échéancier des activités de gestion des risques et des consultations.

Important à savoir

  • Certaines de ces 4 substances peuvent être présentes dans certains produits offerts aux consommateurs Les Canadiens devraient respecter les mises en garde et les instructions inscrites sur les étiquettes des produits et éliminer les produits de manière responsable.
  • Veuillez consulter Halte-O-Risques pour plus d’information sur la sécurité des produits chimiques dans la maison.
  • Santé Canada surveille le furane dans les aliments et continuera de tenir les Canadiens informés sur d’autres recherches dans ce domaine.
  • Santé Canada ne recommande pas que les Canadiens changent leurs habitudes alimentaires en raison du furane dans les aliments. Santé Canada recommande que les Canadiens consomment une grande variété de chaque groupe alimentaire décrit dans le document intitulé Guide alimentaire canadien.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à ces substances en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :