Mesures communautaires de santé publique pour atténuer la propagation des maladies à coronavirus (COVID-19) au Canada

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), en collaboration avec des experts canadiens en santé publique, a élaboré ce guide à l’intention des autorités de santé publique (ASP) fédérales, provinciales et territoriales (FPT) sur le recours aux mesures de santé publique (MSP) pour réduire et retarder la transmission du COVID-19 dans la collectivité.

Les objectifs du Canada en cas de pandémie, qui sont d’abord de réduire au minimum les cas graves de maladie et le nombre total de décès et, ensuite, de réduire au minimum les dérangements sociaux parmi les CanadiensNote de bas de page i, guideront la réaction du Canada au COVID-19. Ce document tient compte du contexte canadien et se fonde sur les preuves scientifiques, les avis d’experts et les hypothèses de santé publique. Ce document intègre les conseils pertinents de l’Annexe sur les mesures de santé publiqueNote de bas de page ii du Plan canadien de préparation à une pandémie. Étant donné la nature évolutive de l’épidémiologie du COVID-19, le présent document vise à préparer les ASP en cas de propagation communautaire semblable à celles récemment observées ailleurs dans le monde. Ce document est susceptible d’être modifié à mesure que de nouveaux renseignements sur la transmissibilité et l’épidémiologie seront diffusés et si des options de traitement ou de nouveaux renseignements sur la gestion clinique deviennent disponibles. Le moment et l’intensité de l’activité du virus devraient varier d’un bout à l’autre du Canada et au sein des provinces et territoires, c’est-à-dire que certaines régions peuvent connaître une transmission soutenue dans la collectivité, tandis que d’autres n’auront que des cas isolés et une transmission limitée de personne à personne. Ce document vise à retarder et à atténuer la transmission du COVID-19 dans la collectivité; toutefois, les approches de confinement décrites dans le document Prise en charge par la santé publique des cas de maladie à coronavirus (COVID-19) et des contacts qui y sont associésNote de bas de page iii sont applicables, car le Canada en est toujours à la stratégie d’endiguement étant donné le nombre limité de cas au Canada. Il faut lire ce document avec les lois, les règlements et les politiques applicables à l’échelon provincial, territorial ou local. Pour obtenir de l’information concernant le COVID-19, consultez la page Canada.ca et le site Web de l’OMS.

Introduction

Les mesures de santé publique (MSP) comprennent des interventions non pharmaceutiques qui peuvent être utilisées pour réduire et retarder la transmission, dans la collectivité, du nouveau coronavirus qui cause le COVID-19. Les MSP, qui sont mises en œuvre rapidement, visent à réduire la vitesse d'apparition des cas pour retarder et réduire le pic d'activité du virus dans la collectivité (consulter la figure 1)Note de bas de page ii et réduire la demande de services de soins de santé. Certaines mesures sont couramment utilisées au Canada pour les épidémies de grippe saisonnière et d'autres maladies transmissibles, tandis que d'autres ne seront probablement envisagées que lors d'une pandémie plus grave. Étant donné qu'il n'existe actuellement aucun vaccin efficace ou traitement spécifique (par exemple, un médicament antiviral) pour le COVID-19, les MSP seront les seuls outils disponibles pour atténuer l'incidence du virus. La communication efficace des ASP représente un aspect crucial des MSP pour favoriser et conserver la confiance du public. Pour de plus amples renseignements, consultez la section ci-dessous sur la sensibilisation publique et les communications.

Les MSP sont généralement mises en œuvre sous la forme de combinaisons de deux ou plusieurs mesures, ce que l’on appelle parfois « l’utilisation superposée ». Le fondement théorique de la superposition des MSP repose sur l’idée que des combinaisons sont susceptibles d’être plus efficaces qu’une mesure unique, qui ne serait que partiellement efficace.

Figure 1 : Objectif des mesures de santé publique
Figure 1 : Objectif des mesures de santé publique
Figure 1 : Objectif des mesures de santé publique - Équivalent textuel

La figure 1 illustre comment les mesures de santé publique affectent le nombre de cas et l’apparition du pic (nombre maximal de cas) au cours de l’éclosion.

Il suggère qu’en l’absence d’intervention de santé publique, le nombre de cas sera plus élevé et le pic (nombre maximal de cas) de l’éclosion se produira plus tôt. Cependant, avec les interventions de santé publique, il y aura beaucoup moins de cas et le pic (nombre maximal de cas) de l’éclosion se produira plus tard.

Source: Adapted from: CDC, Interim pandemic guidance community strategy for pandemic influenza mitigation in the United States-early, targeted, layered use of nonpharmaceutical interventions (en anglais seulement), Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services, CDC; 2007.

Les mesures de santé publique décrites dans ce document comprennent des mesures prises par les individus (en bonne santé, potentiellement exposés et atteints du COVID-19) conçues pour se protéger et protéger les autres, ainsi que des approches communautaires permettant aux planificateurs, aux employeurs et aux organisateurs communautaires de mettre en œuvre des stratégies pour protéger les groupes et la collectivité dans son ensemble. Le respect des recommandations et leur durabilité au fil du temps peuvent être influencés par divers facteurs, comme, sans s’y limiter, des circonstances culturelles, financières, sociales et spirituelles. Certaines collectivités peuvent avoir besoin d’approches adaptées à leur géographie, leur culture et leurs conditions de vie. Des mesures supplémentaires pour les personnes vivant dans des collectivités éloignées et isolées sont fournies à l'annexe  1, car leur situation particulière peut nécessiter la prise en compte d'autres éléments.

Des conseils ont été élaborés à l’intention des personnes qui s’isolent ou qui s’occupent d’une personne à domicile ou dans un cohabitat (y compris les dortoirs universitaires, les refuges, les installations de vie commune) : Prise en charge par la santé publique des cas de maladie à coronavirus (COVID-19) et des contacts qui y sont associés.Note de bas de page iii

Les mesures de santé publique telles que l’hygiène des mains, l’étiquette respiratoire et le nettoyage de l’environnement à la maison sont des mesures publiques essentielles pour protéger les individus, leurs familles et d’autres personnes contre la grippe saisonnière et d’autres virus respiratoires. Les mêmes mesures sont également efficaces lorsque le COVID-19 se répand dans la collectivité. L’application de ces principes contribuera à prévenir et à contrôler la transmission de toute maladie infectieuse respiratoire, y compris le COVID-19.

Hygiène des mains

Désigne le lavage des mains à l'eau et au savon ou la désinfection des mains avec des solutions, gels ou mouchoirs alcoolisés pour maintenir la propreté des mains et des ongles. Le lavage des mains doit être effectué fréquemment avec du savon et de l'eau courante pendant au moins 15 à 20 secondes :

En l’absence de savon et d’eau, les mains peuvent être nettoyées avec un désinfectant pour les mains à base d’alcool (DMBA) contenant au moins 60 % d’alcool, en veillant à ce que toutes les surfaces des mains soient recouvertes (par exemple, le devant et le dos des mains ainsi qu’entre les doigts) et en les frottant ensemble jusqu’à ce qu’elles soient sèches. Pour les mains visiblement sales, il faut d’abord s’essuyer les mains avec une lingette à base d’alcool, puis utiliser un DMBA.

Il faut éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains qui ne sont pas lavées.

Étiquette respiratoire

Décrit une combinaison de mesures destinées à minimiser la dispersion de grosses gouttelettes de salive lorsqu'une personne malade tousse, éternue et parle, afin de réduire la transmission du virus.

Nettoyage de l’environnement et ventilation

Désigne le nettoyage de routine des surfaces et des objets fréquemment utilisés pour aider à prévenir la transmission du COVID-19 afin de contribuer à atténuer le risque d’infection des personnes par auto-inoculation après avoir touché des surfaces contaminées. Le virus à l’origine du COVID-19 a le potentiel de survivre dans l’environnement pendant plusieurs jours Note de bas de page iv Le nettoyage, en particulier des surfaces fréquemment touchées, peut tuer le virus, rendant ainsi impossible la contamination des personnes.

Une meilleure ventilation (par exemple, l’ouverture des fenêtres lorsque le temps le permet) peut contribuer à réduire la transmission, bien que les preuves de l’efficacité de cette mesure soient limitées. Des études de simulation montrent qu’une meilleure ventilation réduit la transmission de la grippe et qu’il est généralement simple et facile de le faire dans de nombreux endroits.

Éloignement social

Les mesures d’éloignement social sont des approches adoptées pour minimiser les contacts étroits avec les autres membres de la collectivité. Elles comprennent la quarantaine et l’auto-isolement au niveau individuel ainsi que d’autres méthodes communautaires (par exemple, fuir les foules, mesures scolaires et fermetures d’écoles, mesures en milieu de travail et fermeture des lieux de travail, annulation des rassemblements publics ou de masse) qui sont décrites plus en détail dans la section intitulée mesures communautaires ci-dessous.

Les mesures d’éloignement social sont susceptibles d’avoir des conséquences secondaires pour les individus, les familles et les collectivités, telles que la perte de revenus, un besoin élevé de services de soutien et la disponibilité réduite de certains services. Certaines mesures nécessitent une préparation et un engagement importants dans tous les secteurs. Au cours d’une pandémie de moindre gravité, les avantages de la lutte contre l’infection découlant de la mise en œuvre de certaines mesures communautaires (par exemple, la fermeture anticipée des écoles) peuvent ne pas être compensés par le coût et les perturbations sociétales provoqués par ces mesures.

Lorsque les ASP imposent des restrictions aux libertés individuelles, l’intervention doit être proportionnelle à l’ampleur de la menace. Le principe des « moyens les moins restrictifs » devrait toujours être pris en considération lors de l’adoption de mesures d’éloignement social. Les considérations éthiques en ce qui concerne la sélection et l’utilisation des MSP en cas de pandémieNote de bas de page ii sont décrites à l'annexe sur les mesures de santé publique du Plan canadien de préparation à une pandémie.

Les individus doivent impérativement suivre correctement les recommandations de quarantaine et d’auto-isolement pour prévenir la transmission du COVID-19 à d’autres personnes dans leur milieu familial ou dans la collectivité. Tous les membres de la collectivité devraient se préparer en conservant un stock de médicaments essentiels, de fournitures ménagères et de denrées non périssables supplémentaires au cas où ils auraient besoin de faire une quarantaine volontaire ou de s’isoler.

Autosurveillance

L'autosurveillance est mise en œuvre lorsque des personnes sont potentiellement exposées au virus, et elle comprend la surveillance de l'apparition de symptômes compatibles avec le COVID-19. Si des symptômes apparaissent, la personne doit suivre les mesures de santé publique recommandées concernant la convalescence à domicile ou chercher à obtenir des soins médicaux, en fonction de la gravité des symptômes et de la présence de problèmes médicaux sous-jacents.

Utilisation de masques

Un individu symptomatique doit porter un masque, s’il en a un, pour fournir une barrière physique qui peut aider à prévenir la transmission du virus en bloquant les gouttelettes en grandes particules propulsées par la toux, les éternuements et la parole. Un masque facial doit toujours être combiné à la prise d’autres mesures telles que l’étiquette respiratoire et l’hygiène des mains. Les personnes dont on soupçonne ou confirme qu’elles ont le COVID-19 peuvent porter un masque lorsqu’elles sont en contact étroit avec d’autres personnes chez elles ou si elles doivent quitter leur maison pour recevoir des soins médicaux.
L’utilisation d’un masque par une personne en bonne santé qui prodigue des soins directs à une personne atteinte du COVID-19 doit toujours être combinée à une protection oculaire et au port de gants et à d’autres mesures de prévention des gouttelettes et des contacts, y compris l’hygiène des mains et le nettoyage de l’environnement. Consultez le document Prise en charge par la santé publique des cas de maladie à coronavirus (COVID-19) et des contacts qui y sont associés pour obtenir des conseils supplémentaires.

Il n’existe pas de preuve de l’utilité des masques faciaux portés par des personnes en bonne santé ou asymptomatiques comme mesure d’atténuation, c’est pourquoi le port de ceux-ci n’est pas recommandé. Dans le monde entier, les masques se font rares et la demande actuelle de masques ne peut être satisfaite; il convient donc d’encourager leur utilisation appropriée.Note de bas de page vi

Tableau 1 : Mesures de santé publique individuelles recommandées
S / O Asymptomatique, sans risque élevé de complications, sans COVID-19 ni aucun risque d'exposition Asymptomatique, avec un risque élevé de complicationsNote de bas de page 1 sans aucun risque d'exposition Asymptomatique, avec un risque élevé d'exposition (par exemple, contact étroit et non protégé) Asymptomatique, avec un risque moyen d'exposition (par exemple, contact protégé, voyageur venant de la zone touchée) Symptomatique, suspecté d'avoir ou dont on sait qu'elle a le COVID-19Note de bas de page ii
Hygiène des mains
Étiquette respiratoire
Utilisation de masques S / O S / O S / O S / O
+ tout soignant
Nettoyage
Autosurveillance S / O S / O
de l'aggravation
Éloignement social
Isolement S / O S / O S / O S / O
Quarantaine volontaire à domicile (auto-isolement) S / O S / O S / O S / O
Autoséparation de protection S / O S / O S / O S / O
Évitement volontaire des lieux bondés S / O S / O S / O S / O
Quarantaine obligatoire S / O S / O
Selon les circonstances
S / O S / O

Mesures communautaires

Les mesures communautaires sont des initiatives prises par les planificateurs, les administrateurs et les employeurs en vue de protéger des groupes, des employés et la population. Les mesures énoncées ci-dessous concernent tous les cadres autres que les établissements de soins de santé et visent à réduire la transmission en milieu communautaire, comme dans les lieux de travail, les écoles, les transports publics, les lieux de vie communautaire, les lieux de culte et les sites culturels, les centres communautaires et autres endroits où les gens se réunissent, comme les centres commerciaux, les camps et les locaux de divertissement. Ces mesures seront toujours associées aux mesures de protection personnelle décrites ci-dessus.

Des lignes directrices, conçues pour les établissements de soins actifsNote de bas de page vii peuvent être appliquées partout où des soins de santé sont offerts.

Bon nombre de ces mesures communautaires nécessitent des efforts considérables de préparation et de concertation des différents secteurs. Des conséquences secondaires (p. ex. incidences financières, interruption des services de soutien social, réduction des services, perturbations sociales) sont à prévoir et devraient être prises en compte dans la planification. La mise en œuvre de certaines mesures de santé publique pourrait avoir un effet plus perturbateur (p. ex. fermeture d’écoles) et devrait être soumise à une évaluation des risquesNote de bas de page viii, en collaboration avec les autorités locales. Ainsi, les mesures communautaires pourraient varier en fonction des provinces et des territoires au Canada. Celles-ci sont habituellement associées aux pandémies d’incidence modérée à élevée, compte tenu de leurs coûts sociaux et économiques. Une approche pancanadienne harmonisée devrait être favorisée, dans la mesure du possible. Il est entendu que des personnes, des groupes ou des collectivités peuvent adopter des mesures non conformes aux avis de santé publique ou fondées sur des normes culturelles (p. ex. personnes en santé portant un masque) ou refuser d’adopter certaines mesures. Les autorités en matière de santé publique devraient renforcer la justification des recommandations, éviter la stigmatisation de ces groupes ou collectivités et planifier les communications et les mesures de sensibilisation des parties intéressées en conséquence.

Évitement des foules

Les mesures prises pour réduire le temps que les gens passent dans de grandes foules ou dans des lieux achalandés peuvent constituer des moyens efficaces de lutte contre la transmission du COVID-19 dans une collectivité. Bien que cette intervention puisse réduire la transmission virale, il est entendu que certaines mesures (comme la suspension des transports en commun) peuvent aussi perturber fortement la fonction sociale et que la conformité pourrait être difficile. La restriction des rassemblements non essentiels pourrait limiter l’accès aux groupes de soutien et faire obstacle aux libertés personnelles (p. ex. annulation de cérémonies religieuses, fermeture de centres communautaires). Il pourrait aussi y avoir des répercussions de nature culturelle ou religieuse (p. ex. sur les funérailles, les offices religieux, les mariages). Il n’est pas certain qu’éviter les rassemblements soit possible, car ils se produisent quotidiennement dans les grandes villes (p. ex. transports en commun, métro, centres commerciaux, cinémas). Les autorités de santé publique pourraient laisser les décisions quant aux rassemblements non obligatoires, comme à l’église ou au théâtre, à la discrétion des différents groupes. Voir Rassemblements de masse, qui fournit des conseils sur les rassemblements de masse dans le contexte du COVID 19.

Facteurs à prendre en compte dans les décisions :

Mesures dans les écoles et les services de garde

Les mesures de santé publique mises en œuvre dans les écoles et les services de garde ont pour but d’offrir un environnement éducatif plus sécuritaire. En effet, elles doivent favoriser la prise de mesures de protection individuelle, la transmission de renseignements aux enseignantes et enseignants et aux parents, de même que le nettoyage des lieux. Le document d’orientation en matière de santé publique à l’intention des écoles (maternelle à la 12e année ou secondaires) et des services de garde (COVID-19) peut être consulté iciNote de bas de page x. Étant donné l'épidémiologie actuelle du virus, nous ne connaissons pas le rôle que jouent les enfants dans la transmission communautaire du COVID-19. Par conséquent, les répercussions des mesures d'atténuation dans les écoles sur la transmission communautaire du COVID-19 sont incertaines, bien que les stratégies comme le lavage des mains plus fréquent, le respect de la bonne étiquette respiratoire et la séparation des élèves malades des élèves en santé s'avèrent toujours des pratiques prudentes.

L'envergure des mesures dans les écoles et les services de garde peut aller de mesures très simples (p. ex. augmenter la distance entre les bureaux) à de vastes mesures, comme la fermeture.Note de bas de page xi Avoir recours à la fermeture généralisée des écoles pourrait engendrer des coûts économiques et sociaux importants, étant donné les répercussions sur les nombreuses familles comptant un ou deux parents qui travaillent à l'extérieur du foyer. La fermeture des écoles peut réduire la transmission du virus, mais le moment (avant le point culminant de l'épidémie) et la durée de la fermeture sont des facteurs cruciaux, une fermeture ayant lieu après le point culminant pouvant s'avérer inefficace et perturbatrice sur le plan social. Il faut aussi envisager la possibilité que les élèves se réunissent dans des endroits moins contrôlés, ce qui réduirait les avantages visés par la fermeture des écoles et déplacerait éventuellement la transmission du virus vers d'autres milieux communautaires.

Tableau 2. Définition des termes applicables aux mesures dans les écolesNote de bas de page xi
Terme Définition
Mesures d'atténuation L'école demeure ouverte, et d'autres mesures sont mises en œuvre pour favoriser la distance entre les personnes et réduire la densité parmi les élèves et les membres du personnel.
Annulation des cours L’école demeure ouverte; le personnel de base est présent, mais la majorité des enfants restent à la maison (comme en cas de « journée d’intempérie »).
Fermeture de l'école L'école est fermée aux enfants et aux membres du personnel.
Fermeture réactive de l'école L'école est fermée après le signalement d'un nombre important de cas chez les enfants ou les membres du personnel (ou les deux).
Fermeture proactive de l'école L'école est fermée avant la transmission importante d'une maladie chez les enfants et les membres du personnel. Cette mesure n'est utile qu'avant le moment le plus fort d'une éclosion dans la collectivité.

Les mesures d’atténuation sont mises en œuvre pour diminuer les conséquences involontaires qu’auraient une fermeture ou une annulation des cours. Les stratégies suivantes peuvent être envisagées :

L’annulation des cours vise à atténuer certaines des conséquences involontaires qu’aurait une fermeture. Par exemple, le fait que les parents ou gardiens s’absentent de leur travail afin de prendre soin des enfants peut avoir des répercussions financières négatives, et les élèves et étudiants ayant accès à des repas gratuits en milieu scolaire pourraient subir les contrecoups négatifs de la non‑disponibilité de ces repas.Note de bas de page xi De plus, si l'ouverture des écoles est maintenue, les enseignants peuvent envisager de présenter à distance des leçons et des matières, ce qui assure la continuité de l'enseignement et de l'apprentissage.Note de bas de page xii

La décision de fermer une école doit être prise en consultation avec les autorités locales en matière de santé publique et doit s’appuyer sur une évaluation des risques. Parmi les éléments liés à la fermeture dont il faut tenir compte, mentionnons :

La fermeture réactive de l’école fait suite à une activité virale (c.‑à‑d. qu’elle est une conséquence de l’activité de la maladie) ayant une incidence sur le fonctionnement sécuritaire de l’école et est attribuable à une hausse des absences chez les membres du personnel et à une co-infection possible chez les élèves. Parmi les éléments à prendre en considération, mentionnons :

La fermeture proactive de l’école peut être envisagée pour interrompre la transmission entre les enfants et pour protéger indirectement des personnes d’autres groupes d’âge potentiellement vulnérables au coronavirus. La décision de fermer les écoles, qu’elle soit prise à l’échelle locale, régionale et nationale, sera largement tributaire du moment et de la situation épidémiologique. Voici quelques éléments à prendre en considération :

Lieux de travail

Des mesures de santé publique peuvent être prises pour empêcher la propagation du virus à l’origine du COVID-19 sur les lieux de travail et dans les milieux communautaires du même ordre. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) offre de plus amples renseignements sur la préparation des lieux de travail en vue de contenir le COVID-19Note de bas de page xiii

Voici les stratégies que les lieux de travail peuvent mettre en œuvre :

Rassemblements de masse

Les rassemblements de masse sont des événements d’envergure susceptibles d’engendrer de graves conséquences sur la santé publique s’ils ne sont pas planifiés et gérés avec précaution. Ils peuvent amplifier la propagation de maladies infectieuses et sont susceptibles d’exercer des pressions supplémentaires sur le système de santé s’ils sont tenus pendant des périodes d’éclosion. La transmission d’infections respiratoires comme l’influenza est fréquemment associée aux rassemblements de masse. Des exemples de transmission du COVID-19 pendant des rassemblements de masseNote de bas de page xvi ont été répertoriés. Ce genre d'infection peut être transmise au cours d'un rassemblement de masse, lorsque l'on se rend à l'événement ou lorsque l'on en revient, et dans les collectivités des participants, à leur retour.Note de bas de page xvii Les rassemblements de masse comprennent notamment les grandes réunions, les conférences, les événements sportifs et religieux ainsi que les événements nationaux et internationaux. Bien que l'annulation d'un rassemblement de masse puisse réduire la transmission virale, il est admis que cela peut également constituer une entrave aux libertés individuelles. Les rassemblements de masse sont parfois associés à une culture ou à une religion (p. ex. les pèlerinages, les événements religieux d'envergure), et l'annulation d'événements de ce genre peut entraîner des coûts importants pour les gouvernements, les organisations et les personnes. Les décisions relatives à la tenue, la restriction, l'annulation ou le report d'un rassemblement de masse doivent être prises en fonction d'une évaluation des risques approfondie réalisée par les organisateurs de l'événement en consultation avec toutes les autorités sanitaires compétentes (p. ex. locales, provinciales, fédérales).

En règle générale, les facteurs pris en considération dans l'évaluation des risques comprennent : la dynamique de la transmission, la gravité de la maladie, les périodes de transmissibilité, la période d'incubation, les options de traitement, le potentiel de prévention (p. ex. le recours possible à un vaccin, à des médicaments). Les organisateurs doivent aussi tenir compte du type d'événement (la densité de la foule, la nature des contacts entre les participants, le fait que les participants à l'événement sont des participants inscrits ou non) et de la capacité de la communauté hôte à faire face aux répercussions de l'activité virale ou d'atténuer ces dernières (p. ex. la capacité du système de santé). Un outil a été élaboré pour aider les planificateurs à réaliser l'évaluation des risques.

Voici des mesures visant à réduire les risques liés aux rassemblements de masse :

Éducation publique et communication

L'éducation publique vise à promouvoir et à soutenir la mise en œuvre et l'adoption de mesures de santé publique sur le plan individuel et communautaire. La communication de renseignements et de conseils est souvent la première et la plus importante intervention en matière de santé publique dans une situation d'urgence, tout particulièrement lorsqu'un changement de comportement est essentiel pour assurer une intervention efficace.Note de bas de page xviii La diffusion de renseignements clairs et cohérents sur le COVID-19 par des sources faisant autorité et l'utilisation de mesures de santé publique constituent un élément essentiel de leur mise en œuvre efficace. Les messages doivent indiquer des moyens de réduire les risques ainsi que des explications sur la prise de décision afin d'encourager la confiance et l'adhésion aux conseils. Il sera nécessaire d'adapter les approches à des groupes précis (p. ex. les groupes à haut risque, les populations autochtones, les sans-abri, les personnes isolées socialement, les nouveaux immigrants, les personnes qui ne parlent pas l'anglais ou le français), tout particulièrement auprès de ceux qui ne peuvent pas utiliser les ressources standard ou y accéder.

La stratégie de communication en matière de santé publique doit tenir compte des fondements et de la valeur des mesures et des recommandations en matière de santé publique (p. ex. la réduction de la transmission, la diminution du fardeau pesant sur les systèmes de santé), des incertitudes (p. ex. le calendrier, l'étendue de leur utilisation) et des limites (p. ex. l'efficacité de la prévention de la transmission).

En cas d'incertitude et d'imprévisibilité, la diffusion de communications dès le début d'une crise peut s'avérer essentielle afin d'instaurer un climat de confiance indispensable. La diffusion de fausses informations par les médias sociaux est une préoccupation importante. La confiance à l'égard des institutions et des porte-paroles doit être instaurée avant une pandémie, car elle peut contribuer à atténuer les risques potentiels de désinformation, tout en permettant la création d'un guichet unique pour obtenir des renseignements sur la pandémie. Il est important de veiller à ce que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux utilisent des messages communs afin d'assurer qu'aucun conseil contradictoire sur les mesures de santé publique ne soit diffusé au pays.

Points à considérer avant une réponse des communications

Pour de plus amples renseignements sur le COVID-19, veuillez consulter Maladie à coronavirus (COVID-19) : Mise à jour sur l'éclosion ainsi que les sites Web des provinces et territoires.

Une foire aux questions se trouve également à Maladie à coronavirus (COVID-19) : Foire aux questions

Annexe 1 : Considérations pour les collectivités éloignées et isolées

Ces lignes directrices visent à soutenir les dirigeants autochtones, les ministères de la santé publique, les autorités sanitaires régionales et les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux dans leurs efforts de préparation au COVID-19 pour les collectivités éloignées et isolées (ÉI). Les considérations présentées dans cette annexe sont fondées sur les principes énoncés dans le document Préparation du Canada en cas de grippe pandémique : Guide de planification pour le secteur de la santé.Note de bas de page i

De nombreux facteurs peuvent influencer l'état de santé d'une personne ou d'une population. Pour de nombreuses collectivités autochtones, la culture et la tradition font partie intégrante d'une approche globale de la santé et du bien-être. Il est par ailleurs essentiel de reconnaître leurs forces uniques, qui contribuent à leur résilience, dont les enseignements des anciens, les relations familiales et communautaires entretenues, la revitalisation de la langue et de la culture, les liens avec la terre, la guérison traditionnelle et les cérémonies culturelles.Note de bas de page xx,Note de bas de page xxi

L’état de santé global des Canadiens vivant dans des collectivités ÉI peut être influencé par des facteurs sociaux, environnementaux et économiques, notamment le logement, la qualité de l’eau et l’accès à cette dernière, la sécurité alimentaire, les problèmes de santé préexistants, l’accès limité aux soins de santé, l’éducation et le revenu. Outre l'accessibilité limitée aux soins de santé, il importe de tenir compte de ces facteurs pour atténuer la propagation et les effets du COVID-19.

Les variations provinciales/territoriales en matière d'infrastructure, de capacité en ressources humaines et de principes de planification doivent être prises en compte à la lecture du présent document. On recommande de consulter ces lignes directrices en combinaison avec les documents d'orientation et de planification fédéraux, provinciaux et territoriaux pertinents, qui devraient tenir compte des traités, accords et relations déjà en place.

Stratégies d'atténuation des mesures de santé publique

Les collectivités ÉI, en particulier les collectivités autochtones, présentent un risque plus élevé de contracter des maladies infectieuses en raison de multiples facteurs prédisposant à la transmission (par exemple, surpeuplement ou conditions de logement médiocres, mauvaise qualité de l'eau ou manque d'accès à l'eau propre, insécurité alimentaire, affections médicales préexistantes, accès limité aux soins de santé). Dans ce contexte, même en l'absence de cas confirmés, il est important de se préparer à l’importation éventuelle et à la propagation rapide au sein des collectivités ÉI. Il est recommandé de mener une enquête sur les éclosions et une prise en charge précoces en collaboration avec les services locaux de santé publique. Des mesures de santé publique communautaires seront considérées, comme l’isolement volontaire à domicile des personnes malades, la publication d’avis aux voyageurs et, au besoin, la fermeture d’écoles et l’annulation ou le report de rassemblements publics, selon les circonstances locales. Des conseils pour prendre soin d'une personne à domicile atteinte du COVID-19 ont été préparés et comprennent des considérations pouvant s'appliquer aux collectivités ÉI.

Les stratégies et défis éventuels de mise en œuvre de mesures de santé publique communautaires dans les collectivités ÉI sont énumérés ci-dessous :

Manque de fournitures non médicales

La livraison et le transport de fournitures non médicales (par exemple du savon, de la nourriture, des articles ménagers) dans les collectivités ÉI peuvent être difficiles en raison du transport limité ou perturbé à destination et en provenance de la collectivité, et d'autres facteurs comme les intempéries et/ou la maladie empêchant les individus d'avoir accès aux fournitures.

Stratégies à envisager :

Conditions de logement surpeuplées ou médiocres

Les collectivités ÉI connaissent généralement des taux de surpeuplement plus élevés, et les normes de logement sont souvent inférieures aux normes d'acceptabilité en matière de qualité et de taille. Il s'agit d'un enjeu préoccupant, car le surpeuplement et les conditions de logement insuffisantes contribuent à accroître la probabilité de transmission de maladies transmissibles. Des conseils pour relever les défis uniques de la prise en charge d'une personne à domicile sont présentés dans la section Gestion de la santé publique des cas et des contacts associés aux nouvelles maladies à coronavirus (COVID-19).

Accès limité à l'eau courante

Certaines collectivités ÉI ont un accès limité à l'eau courante ou à l'eau courante propre pour l'hygiène des mains.

Stratégies à envisager :

Accroître la sensibilisation des individus et des familles dans les collectivités ÉI aux mesures de rechange efficaces d’hygiène des mains si l’approvisionnement en eau courante propre fait défaut.

Si l'eau du robinet n'est pas immédiatement accessible, un contenant muni d'un robinet peut être utilisé pour entreposer l'eau destinée au lavage des mains.

Quand il n'y a pas d'eau propre (par exemple lors d'un avis d'ébullition ou lorsque la qualité de l'eau ou sa source est inconnue), envisagez de la faire bouillir (par exemple, faites-la bouillir pendant une minute et laissez-la refroidir complètement).

Un désinfectant pour les mains à base d'alcool contenant au moins 60 % d'alcool peut être utilisé pour l'hygiène des mains en l'absence de savon et d'eau. Cependant, si les mains sont visiblement sales, des lingettes pour les mains doivent d'abord être utilisées pour éliminer toute saleté ou matière organique; cela devrait ensuite être suivi par l'utilisation du désinfectant pour les mains à base d'alcool.

Transmission du virus lors de rassemblements publics

Une éventuelle transmission de l'infection pendant un rassemblement pourrait compromettre les ressources déjà limitées des collectivités ÉI.

Stratégies à envisager :

Répercussions de la maladie dans les écoles

La fermeture des écoles dans les milieux ÉI peut avoir des conséquences importantes dans la collectivité. En raison du nombre réduit de suppléants dans la collectivité, il peut être impossible pour l'école de mettre en œuvre un plan de continuité des opérations en cas de taux d'attaque élevé si le personnel est malade. Par conséquent, les écoles peuvent rester fermées plus longtemps que dans les collectivités urbaines.

Stratégies à envisager :

Besoin d'adapter les messages

Les collectivités ÉI peuvent ne pas être exposées aux campagnes de sensibilisation à la santé publique au même titre que les collectivités urbaines, car ces dernières ont un accès illimité à Internet et aux campagnes d'information publique. Les messages que les collectivités ÉI reçoivent ne sont souvent pas adaptés ou ne conviennent pas à leur situation (par exemple, un accès limité à l'eau, aux soins de santé et aux fournitures) et les considérations liées à la culture, à la littératie en santé et aux préférences linguistiques peuvent présenter des obstacles à l'adoption de conseils en matière de santé publique.

Stratégies à envisager :

Bibliographie

Notes de bas de page i

Conseil du Réseau pancanadien de santé publique. Préparation du Canada en cas de grippe pandémique : guide de planification pour le secteur de la santé. [En ligne] août 2018. (Consulté le 2 mars 2020) https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/grippe-influenza/preparation-canada-cas-grippe-pandemique-guide-planification-secteur-sante.html

Retour à la référence de la note de bas de page i

Notes de bas de page ii

Conseil du Réseau pancanadien de santé publique. Préparation du Canada en cas de grippe pandémique : guide de planification pour le secteur de la santé – Annexe traitant des mesures de santé publique. [En ligne] février 2019. (Consulté le 2 mars 2020) https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/grippe-influenza/preparation-canada-cas-grippe-pandemique-guide-planification-secteur-sante/lignes-directrices-sur-les-mesures-de-sante-publique.html

Retour à la référence de la note de bas de page ii

Notes de bas de page iii

Agence de la santé publique du Canada. Prise en charge par la santé publique des cas de maladie à coronavirus (COVID-19) et des contacts qui y sont associés. 27 février 2020. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/professionnels-sante/directives-provisoires-cas-contacts.html

Retour à la référence de la note de bas de page iii

Notes de bas de page iv

OMS. Questions et réponses sur les mesures de lutte contre l'infection à l'intention des agents de santé qui s'occupent de patients présumés ou confirmés infectés par le 2019-nCoV. [En ligne] 21 février 2020 [Consulté à : https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/q-a-on-infection-prevention-and-control-for-health-care-workers-caring-for-patients-with-suspected-or-confirmed-2019-ncov ].

Retour à la référence de la note de bas de page iv

Notes de bas de page v

ECDC. Guidelines for the use of non-pharmaceutical measures to delay and mitigate the impact of 2019-nCoV. [EN LIGNE] février 2020. Consulté le 26 février 2020. WHO. Rational use of personal protective equipment for coronavirus disease 2019 (COVID-19). Interim guidance, 27 février 2020. Consulté le 28 février 2020. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331215/WHO-2019-nCov-IPCPPE_use-2020.1-eng.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page v

Notes de bas de page vi

WHO. Rational use of personal protective equipment for coronavirus disease 2019 (COVID-19). Interim guidance, February 27, 2020. Accessed on February 28, 2020. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331215/WHO-2019-nCov-IPCPPE_use-2020.1-eng.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page vi

Notes de bas de page vii

Prévention et contrôle de la maladie à coronavirus (COVID-19) : lignes directrices provisoires pour les établissements de soins actifs. Consulté le 24 février 2020. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/professionnels-sante/lignes-directrices-provisoires-etablissements-soins-actifs.html

Retour à la référence de la note de bas de page vii

Notes de bas de page viii

PHAC. Risk-informed decision-making for mass gatherings during COVID-19 global outbreak

Retour à la référence de la note de bas de page viii

Notes de bas de page ix

IFRC, WHO, UNICEF. Social Stigma Associated with COVID-19. Consulté le 29 février 2020. Accessible à : https://www.epi-win.com/sites/epiwin/files/content/attachments/2020-02-24/COVID19%20Stigma%20Guide%2024022020_1.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page ix

Notes de bas de page x

ASPC. Document d'orientation en matière de santé publique à l'intention des écoles (maternelle à la 12e année ou secondaires) et des services de garde (COVID 19). [En ligne] 28 février 2020. (Consulté le 2 mars 2020) https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/professionnels-sante/orientation-ecoles-services-garde.html

Retour à la référence de la note de bas de page x

Notes de bas de page xi

WHO. Non-pharmaceutical public health measures for mitigating the risk and impact of epidemic and pandemic influenza. [En ligne] Octobre 2019. Consulté le 27 février 2020 https://www.who.int/influenza/publications/public_health_measures/publication/en/

Retour à la référence de la note de bas de page xi

Notes de bas de page xii

CDC. Interim Guidance for Administrators of US Childcare Programs and K-12 Schools to Plan, Prepare, and Respond to Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). [Consulté le 2 mars 2019]. https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/specific-groups/guidance-for-schools.html

Retour à la référence de la note de bas de page xii

Notes de bas de page xiii

WHO. Getting your workplace ready for COVID-19. [En ligne] 27 février 2020. Consulté le 28 févr. 2020. https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/getting-workplace-ready-for-covid-19.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page xiii

Notes de bas de page xiv

CDC. Interim Guidance for Businesses and Employers to Plan and Respond to Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). Février 2020. https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/specific-groups/guidance-business-response.html

Retour à la référence de la note de bas de page xiv

Notes de bas de page xv

WHO. Non-pharmaceutical public health measures for mitigating the risk and impact of epidemic and pandemic influenza. [En ligne] Octobre 2019. Consulté le 27 février 2020 https://www.who.int/influenza/publications/public_health_measures/publication/en/

Retour à la référence de la note de bas de page xv

Notes de bas de page xvi

Livescience. 'Superspreader' in South Korea infects nearly 40 people with coronavirus. [En ligne] 23 février 2020. Consulté le 2 mars 2020. https://www.livescience.com/coronavirus-superspreader-south-korea-church.html

Retour à la référence de la note de bas de page xvi

Notes de bas de page xvii

WHO. Key planning recommendations for Mass Gatherings in the context of the current COVID-19 outbreak. [EN LIGNE] 14 février 2020. Consulté le 26 février 2020. https://www.who.int/publications-detail/key-planning-recommendations-for-mass-gatherings-in-the-context-of-the-current-covid-19-outbreak

Retour à la référence de la note de bas de page xvii

Notes de bas de page xviii

Préparation du Canada en cas de grippe pandémique : guide de planification pour le secteur de la santé. Annexe traitant des communications et de la liaison avec les intervenants. 2018. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/grippe-influenza/preparation-canada-cas-grippe-pandemique-guide-planification-secteur-sante/annexe-traitant-communications-liason-avec-intervenants.html

Retour à la référence de la note de bas de page xviii

Notes de bas de page xix

CIFRC, Unicef, WHO. Social Stigma Associated with COVID-19. 2020. Consulté le 26 février 2020. https://www.epi-win.com/sites/epiwin/files/content/attachments/2020-02-24/COVID19%20Stigma%20Guide%2024022020_1.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page xix

Notes de bas de page xx

Centre de collaboration nationale de la santé autochtone. Juin 2016. La culture et la langue comme déterminants sociaux de la santé des Premières nations, des Inuits et des Métis. Consulté le 26 février 2020. https://www.ccnsa.ca/525/La_culture_et_la_langue_comme_d%C3%A9terminants_sociaux_de_la_sant%C3%A9_des_Premi%C3%A8res_nations,_des_Inuits_et_des_M%C3%A9tis.nccih?id=15

Retour à la référence de la note de bas de page xx

Notes de bas de page xxi

Centre de collaboration nationale de la santé autochtone. 2015. La famille à cœur. Consulté le 20 février 2020. https://www.nccih.ca/docs/health/RPT-FamilyFocus-FR.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page xxi

Notes de bas de page 1

The groups are at higher risk of developing severe illness from COVID-19 is not well understood; however, according to the World Health Organization, older persons and persons with pre-existing medical conditions (such as hypertension, heart disease, or diabetes) appear to develop serious illness more often than others.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :