Vaccin contre la typhoïde : Guide canadien d'immunisation

Principaux renseignements (voir le texte pour plus de précisions)

Quoi

  • La fièvre typhoïde est causée par la bactérie Salmonella enterica sous-espèce enterica sérotype Typhi (S. typhi).
  • S. typhi est généralement transmise par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les matières fécales d’une personne ayant contracté la maladie ou d’un porteur chronique de la bactérie.
  • L’évolution clinique de la typhoïde varie d’une maladie légère accompagnée de fièvre de faible grade à une maladie systémique grave avec perforation abdominale et infection extra-intestinale, qui, si elle n’est pas traitée, peut être mortelle.
  • Il existe 3 types de vaccins contre la typhoïde : parentéral (Typh-I), parentéral combiné à l’hépatite A (HA-Typh-I) et oral (Typh-O). Ces vaccins offrent une protection d’environ 50 % contre la maladie clinique.
  • Le vaccin Typh-I assure une protection qui dure 3 ans, tandis que le vaccin Typh-O protège pendant environ 7 ans.
  • Les effets secondaires les plus fréquemment signalés après l’administration du vaccin Typh-I sont des réactions au site d’injection (douleur, enflure) et après l’administration du vaccin Typh-O, des douleurs abdominales, des nausées, de la diarrhée, des vomissements, de la fièvre, des maux de tête et une éruption cutanée.

Qui

  • Le vaccin contre la typhoïde est recommandé à la plupart des personnes de 2 ans et plus qui voyagent en Asie du Sud (incluant l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bhoutan, l’Inde, les Maldives, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka).
  • Habituellement, on ne recommande pas la vaccination contre la typhoïde pour les voyages en dehors de l’Asie du Sud-Est; toutefois, on pourrait l’envisager pour les voyageurs se rendant dans d’autres régions, notamment l’Afrique, selon les facteurs de risque propres à la personne et les préférences personnelles.
  • Le vaccin contre la typhoïde est indiqué pour le personnel de laboratoire à risque d’exposition à la bactérie S. typhi et les personnes en contact étroit avec des porteurs de la bactérie.

Comment

  • Administrer une dose unique de 0,5 ml du vaccin Typh-I aux enfants de 2 ans et plus, lorsque cela est indiqué.
  • Administrer une dose unique de 1 ml du vaccin HA-Typh-I aux personnes de 16 ans et plus, lorsque cela est indiqué.
  • Prendre une capsule du vaccin Typh-O à raison de 1 jour sur 2, jusqu’à concurrence de 4 capsules pour les personnes de 5 ans et plus. Le vaccin Typh-O doit être pris environ une heure avant le repas ou deux heures après.
  • Le vaccin Typh-O est contre-indiqué chez les personnes atteintes d’une maladie gastro-intestinale aiguë ou d’une maladie inflammatoire de l’intestin, et chez les personnes immunodéprimées, y compris celles ayant une infection au VIH confirmée.
  • Le vaccin oral contre le choléra et le vaccin Typh-O doivent être administrés à au moins 8 heures d’intervalle.
  • Le vaccin Typh-O peut être administré en même temps qu’un vaccin parentéral, ou à tout moment avant ou après.
  • Le vaccin Typh-I et tout autre vaccin destiné aux voyageurs peuvent être administrés en même temps.

Pourquoi

  • L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime qu’il y a 21 millions de cas de typhoïde chaque année. Près de 2 à 5 % des cas non traités deviennent des porteurs chroniques.
  • Le taux de létalité est d’environ 10 % chez les cas non traités dans les pays à faible revenu, et il est inférieur à 1 % chez les patients qui reçoivent des soins dans les pays à revenu élevé.

La mise à jour de ce chapitre a été élaborée en collaboration avec le Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages (CCMTMV). Les recommandations sont fondées sur la Déclaration concernant les voyageurs internationaux et la typhoïde du CCMTMV.

Les révisions importantes comprises dans le présent chapitre sont mises en relief dans le Tableau des mises à jour du Guide canadien d’immunisation.

Épidémiologie

Description de la maladie

Agent infectieux

La fièvre typhoïde est causée par une bactérie, Salmonella enterica sous-espèce enterica sérotype Typhi (S. typhi). Il s’agit d’un sous-ensemble du syndrome clinique connu sous le nom de « fièvre entérique », causé par plusieurs espèces de Salmonella. La présentation clinique est semblable pour toutes ces espèces; toutefois, le vaccin n’est actif que contre S. typhi. Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de Salmonella enterica, voir la Fiche technique santé-sécurité : agents pathogènes.

Réservoir

Humains

Transmission

S. typhi est généralement transmise par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les matières fécales d’une personne ayant contracté la maladie ou d’un porteur chronique de la bactérie. La période d’incubation s’échelonne habituellement sur 8 à 14 jours (intervalle de 3 à plus de 60 jours). Les personnes infectées sont contagieuses tant qu’elles excrètent les bacilles, c’est-à-dire généralement de la première semaine de l’infection jusqu’à la disparition des symptômes. Cependant, 10 % des personnes non traitées excrètent les bacilles pendant 3 mois et plus après avoir contracté la maladie, et de 2 à 5 % des personnes non traitées deviennent des porteurs chroniques asymptomatiques.

Facteurs de risque

Le risque global de contracter la typhoïde lors de voyages dans des pays où la typhoïde est endémique est très faible (moins de 1 cas sur 100 000 voyageurs). L’indicateur du risque de typhoïde le plus sûr et le plus constant chez les voyageurs est la destination. Le risque estimatif de contracter la typhoïde lors d’un voyage est d’environ 1 voyageur sur 3 000 pour les déplacements en Asie du Sud (risque élevé), de 1 voyageur sur 50 000 à 100 000 pour les déplacements en Afrique subsaharienne, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud (risque intermédiaire), et de moins de 1 voyageur sur 300 000 pour les déplacements dans les Caraïbes, en Amérique centrale et en Méditerranée orientale (risque faible).

On sait que les personnes souffrant d’asplénie anatomique ou fonctionnelle (c.-à-d., causée par la drépanocytose) courent un plus grand risque de contracter une maladie grave après avoir été en contact avec une bactérie encapsulée. Plusieurs études ont révélé que les enfants qui voyagent, les longs parcours, l’achlorhydrie ou tout traitement de réduction de l’acidité gastrique, et les voyageurs qui rendent visite à des amis ou à de la famille sont tous des facteurs qui augmentent les risques de typhoïde du voyageur. On ne sait pas clairement dans quelle mesure ces facteurs, en plus de la destination de voyage, contribuent aux risques.

Bien que l’on sache que les maladies qui entraînent une immunodépression, par exemple l’infection au VIH, prédisposent à des infections plus graves, avec davantage de complications, elles ne sont généralement pas associées à un risque accru d’infection par S. typhi.

Au Canada, les porteurs chroniques de S. typhi représentent le risque de santé publique le plus important, particulièrement lorsqu’ils travaillent dans l’industrie alimentaire.

Spectre de la maladie chronique

La fièvre typhoïde est une maladie systémique de gravité variable. L’évolution clinique de la typhoïde varie d’une maladie légère accompagnée de fièvre de faible grade à une maladie systémique grave avec perforation abdominale et infection extra-intestinale, qui, si elle n’est pas traitée, peut être mortelle. Les symptômes observés sont la fièvre, les maux de tête, les douleurs abdominales, les nausées, les vomissements, une sensation de malaise, l’anorexie, la bradycardie, la splénomégalie, la toux, la présence de taches roses sur le tronc et la constipation. Le taux de létalité est approximativement de 10 % chez les cas non traités dans les pays à faible revenu, et il est inférieur à 1 % chez les patients qui reçoivent des soins dans les pays à revenu élevé. De 2 à 5 % des cas de typhoïde deviennent des porteurs chroniques, qui excrètent des bactéries dans leurs selles pendant parfois des années.

Répartition de la maladie

Incidence et prévalence

À l’échelle mondiale

L’infection par S. typhi continue d’être une cause principale de maladies entériques et demeure un problème de santé publique important dans les pays à revenu faible et intermédiaire, principalement chez les enfants. L’OMS estime que l’incidence mondiale de la fièvre typhoïde est de 21 millions de cas par année, dont 222 000 décès. À l’échelle mondiale, on estime que plus de 90 % des cas de typhoïde et des décès qui en découlent surviennent dans les pays d’Asie, principalement en Asie du Sud.

L’incidence de la fièvre typhoïde dans les pays à revenu élevé est faible, à moins de 15 cas par 100 000 personnes par année. Dans ces pays, la majorité des cas se déclarent parmi les voyageurs qui reviennent de pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, où la maladie est endémique.

À l’échelle nationale

Au Canada, où la plupart des cas se déclarent parmi les voyageurs, 144 cas ont été signalés en moyenne chaque année (de 2004 à 2013), et le taux d’incidence moyen était de 0,43 sur 100 000 habitants. Dans une récente étude menée au Québec, plus de 90 % des cas de typhoïde signalés par les voyageurs internationaux étaient des gens qui avaient rendu visite à de la famille ou à des amis vivant à l’étranger.

Préparations offertes au Canada

Vaccins contenant la bactérie S. typhi

  • TYPHIMMD (vaccin polysaccharidique capsulaire Vi Salmonella typhi pour injection), Sanofi Pasteur SA (fabricant), Sanofi Pasteur Ltd. (distributeur) (Typh-I)
  • ViVAXIMMD (vaccin combiné antityphoïdique polysaccharidique Vi purifié et hépatite A inactivé pour injection), Sanofi Pasteur SA (fabricant), Sanofi Pasteur Ltd. (distributeur) (HA-Typh-I)
  • VivotifMD (vaccin antityphoïdique vivant oral atténué TY21A), PaxVax Berna GmbH. (fabricant), Crucell Vaccines Inc. (distributeur) (Typh-O)

Il n’existe aucun vaccin homologué contre l’infection par S. paratyphi (paratyphoïde).

Pour obtenir l’information posologique dans son intégralité, voir le dépliant du produit ou la monographie de produit accessible à partir de la Base de données sur les produits pharmaceutiques de Santé Canada.

Voir Contenu des agents immunisants utilisés au Canada de la partie 1 pour connaître la liste des vaccins offerts au Canada ainsi que de leurs constituants.

Immunogénicité, efficacité potentielle et efficacité réelle

Immunogénicité

Vaccins Typh-I

On estime que l’immunité conférée par un vaccin Typh-I dure trois ans. Le vaccin HA-Typh-I permet d’obtenir des taux de séroconversion équivalents à ceux obtenus par le vaccin typhoïdique et le vaccin monovalent HA.

Vaccin Typh-O

On décèle des anticorps protecteurs pendant environ sept ans après l’administration du vaccin Typh-O.

Efficacités potentielle et réelle

Les vaccins contre la typhoïde (préparations orales et intramusculaires) protègent contre la maladie dans une proportion d’environ 50 %. Selon certaines données, le vaccin oral offrirait une certaine protection contre la paratyphoïde, mais elles sont insuffisantes pour que cette utilisation non indiquée sur l’étiquette du vaccin contre la typhoïde soit recommandée à cette fin.

Indications

Voyageurs

Enfants (2 à 17 ans) et adultes (18 ans et plus)

Le vaccin Typh-I est indiqué pour les enfants de deux ans et plus, tandis que le vaccin Typh-O peut être administré aux enfants de cinq ans et plus qui se rendent dans des régions endémiques. Le vaccin HA-Typh-I est indiqué pour les voyageurs de 16 ans et plus et qui nécessitent aussi une protection contre l’hépatite A.

La plupart des voyageurs canadiens qui se rendent en Asie du Sud (y compris en Afghanistan, au Bangladesh, au Bhoutan, en Inde, aux Maldives, au Népal, au Pakistan et au Sri Lanka) devraient envisager de se faire vacciner contre la typhoïde. Ce sont les personnes qui voyagent en Inde, au Pakistan et au Bangladesh qui sont le plus à risque. Les données semblent indiquer que la plupart des cas de typhoïde se déclarent lorsque le séjour des voyageurs est de plus de deux semaines.

Avant de décider de vacciner un voyageur se rendant dans des destinations autres que l’Asie du Sud (p. ex., l’Afrique), il faut soigneusement peser la décision en fonction des autres facteurs qui peuvent augmenter le risque de typhoïde : enfants qui voyagent, voyageurs rendant visite à des amis ou à de la famille, longs séjours et exposition prolongée à de l’eau et à des aliments potentiellement contaminés, asplénie anatomique ou fonctionnelle (y compris la drépanocytose), achlorhydrie ou traitement de réduction de l’acidité gastrique, ainsi que préférences personnelles.

La vaccination n’est que modérément efficace contre la typhoïde et n’offre aucune protection contre les autres maladies transmises par voie oro-fécale. Par conséquent, on recommande que tous les voyageurs prennent des précautions d’hygiène de base avant de consommer de l’eau et des aliments, qu’ils aient ou non été vaccinés contre la typhoïde.

Pour plus de renseignements sur la vaccination des voyageurs contre la typhoïde, voir Immunisation des voyageurs de la partie 3.

Contacts de porteurs chroniques

Le vaccin contre la typhoïde est recommandé aux personnes qui sont exposées intimement ou sur une base continue (p. ex., membre de la famille) à un porteur chronique de la bactérie S. typhi.

Horaire

Le Tableau 1 fournit un sommaire des vaccins contre la typhoïde autorisés au Canada.

Vaccin Typh-I

Les enfants de 2 ans et plus pour qui le vaccin est indiqué devraient recevoir une dose unique de 0,5 ml par voie intramusculaire au moins 14 jours avant une exposition potentielle.

Vaccin Typh-O

Les enfants de 5 ans et plus pour qui le vaccin est indiqué devraient prendre une capsule un jour sur deux, jusqu’à un total de 4 capsules. Il est important de prendre les 4 capsules pour assurer une protection optimale. Les variations mineures du calendrier de vaccination ne devraient pas avoir une incidence sur l’efficacité du vaccin. Cependant, s’il est nécessaire de répéter la série en raison d’un intervalle plus long entre les doses (plus d’une semaine), l’administration d’une série supplémentaire complète du vaccin ne comporte pas de danger. Les capsules doivent être administrées selon les instructions du dépliant du produit du fabricant. L’immunisation (ingestion des 4 capsules) doit être terminée au moins 7 jours avant une exposition potentielle.

Vaccin HA-Typh-I

Lorsqu’à la fois le vaccin contre la typhoïde et le vaccin contre l’hépatite A sont indiqués, les personnes de 16 ans et plus devraient recevoir une dose unique de 1,0 ml pour la primovaccination contre ces infections, et pour assurer une protection contre la typhoïde, au moins 14 jours avant une exposition potentielle. Pour assurer une protection prolongée contre l’hépatite A, une dose de rappel du vaccin contre l’hépatite A doit être administrée de 6 à 36 mois plus tard. Sinon, le vaccin HA-Typh-I peut être administré après 3 ans sous forme de dose de rappel aux personnes nécessitant une protection continue contre la typhoïde. Voir Vaccin contre l’hépatite A de la partie 4 pour obtenir davantage de renseignements.

Tableau 1 : Sommaire des vaccins contre la typhoïde autorisés au CanadaTable 1 Note de bas de page 1
Vaccins Vaccins parentéraux inactivés
(Typh-I)
Vaccin vivant atténué à administration orale
(Typh-O)
Vaccin parentéral inactivé combiné (HA-Typh-I)
Approuvé pour les personnes suivantes enfants de 2 ans et plus enfants de 5 ans et plus jeunes de 16 ans et plus
La protection commence 14 jours après la vaccination 7 jours après la vaccination 14 jours après la vaccination
Dose et calendrier Une dose de 0,5 ml Une capsule prise un jour sur deux, quatre capsules au total Une dose de 1 ml
Voie d’administration Injection intramusculaire Voie orale Injection intramusculaire
Contre-indications Personnes ayant une hypersensibilité immédiate ou anaphylactique à un composant du vaccin ou de son contenant.
  • Personnes hypersensibles à un composant du vaccin ou de la gélule gastro-résistante.
  • Personnes souffrant d’une maladie gastro-intestinale aiguë ou d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, et personnes immunodéprimées.
Personnes ayant une hypersensibilité immédiate ou anaphylactique à un composant du vaccin ou de son contenant.
RevaccinationTable 1 Note de bas de page 2 Tous les 3 ans Tous les 7 ansTable 1 Note de bas de page 3
  • Hépatite A : une dose unique du vaccin contre l’hépatite A doit être administrée de 6 à 36 mois plus tard pour une protection à long terme.
  • Typhoïde : revaccination avec une dose unique du vaccin Typh-I tous les 3 ans.
  • Le vaccin HA-Typh-I peut être administré après 3 ans si une dose de rappel est nécessaire pour protéger contre l’hépatite A et la typhoïde.

Voir les autres renseignements contenus dans les monographies de produits, qui sont accessibles dans la Base de données sur les produits pharmaceutiques de Santé Canada.

Doses de rappel et revaccination

On peut s’attendre à ce que l’administration de doses de rappel périodiques aux personnes qui courent un risque continu de typhoïde augmente les titres d’anticorps et maintienne la protection. Une dose de rappel doit être offerte lorsque la personne continue d’être à risque en raison d’une exposition répétée ou permanente. Pour le vaccin Typh-I, administrer une dose de rappel tous les 3 ans. Pour le vaccin Typh-O, administrer 4 doses de rappel tous les 7 ans. Pour le vaccin HA-Typh-I combiné, administrer une dose unique de vaccin contre l’hépatite A de 6 à 36 mois après la dose initiale; une dose unique du vaccin Typh-I peut être administrée après 3 ans; le vaccin HA-Typh-I peut être utilisé après 3 ans s’il est nécessaire d’administrer une dose de rappel contre l’hépatite A et contre la typhoïde.

Lutte contre les éclosions

Le vaccin contre la typhoïde n’est pas systématiquement recommandé pour endiguer ou maîtriser les éclosions de typhoïde au Canada.

Vaccination de populations particulières

Grossesse et allaitement

Bien qu’il n’existe aucune donnée sur l’innocuité du vaccin Typh-I durant la grossesse, aucune raison théorique ne permet de présumer que les vaccins inactivés présentent un risque accru, notamment le vaccin Typh-I. L’administration du vaccin contre la typhoïde doit être envisagée chez les femmes enceintes, lorsque le vaccin est indiqué pour des voyages vers des régions endémiques, en raison de la présence de facteurs de risque et des préférences personnelles. Le vaccin Typh-I inactivé peut être administré à des femmes qui allaitent.

Avant l’immunisation des femmes enceintes par le vaccin Typh-O, les avantages de son administration doivent être soigneusement évalués en rapport avec les effets indésirables potentiels. Un vaccin Typh-O ne doit être administré durant la grossesse que s’il y a un risque élevé d’infection et si le vaccin Typh-I n’est pas disponible. On ignore si les bactéries vivantes ou toute autre composante du vaccin Typh-O peuvent se transmettre par le lait maternel.

Voir Immunisation durant la grossesse et l’allaitement de la partie 3 pour obtenir plus de précisions sur la vaccination des femmes enceintes ou qui allaitent.

Sujets immunodéprimés

Le vaccin Typh-I peut être administré aux sujets immunodéprimés si cela est indiqué, mais la réaction immunitaire peut ne pas être adéquate. Lorsqu’on envisage d’administrer un vaccin Typh-I à une personne immunodéprimée, une consultation auprès du médecin traitant peut être utile. Pour les cas complexes, il est recommandé de consulter un médecin spécialisé dans les domaines de l’immunisation et de l’immunodéficience. Le vaccin Typh-O ne doit pas être administré aux sujets immunodéprimés, y compris ceux atteints d’une infection au VIH connue.

Contacts familiaux

Les contacts familiaux des sujets immunodéprimés peuvent recevoir le vaccin Typh-O; comme les personnes en santé ayant reçu le vaccin Typh-O nrsquo;excrètent pas d’organismes de souche vaccinale dans leurs selles, la transmission secondaire ne peut se produire.

Voir Contre-indications et précautions. Voir Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir davantage de renseignements.

Travailleurs

Le vaccin contre la typhoïde est recommandé chez le personnel de laboratoire qui travaille régulièrement avec des échantillons de S. typhi. Les techniciens qui travaillent dans des laboratoires de microbiologie effectuant des tests courants n’ont pas besoin d’être vaccinés contre la typhoïde.

Pour plus de renseignements sur la vaccination des travailleurs, voir Immunisation des travailleurs de la partie 3.

Méthodes d’administration des vaccins

Dose

Chaque dose du vaccin Typh-I est de 0,5 ml.

Chaque dose du vaccin HA-Typh-I est de 1 ml.

Chaque dose du vaccin Typh-O est de 1 capsule.

Voie d’administration

Les vaccins Typh-I et HA-Typh-I doivent être administrés par voie intramusculaire. Le vaccin Typh-O doit être administré par voie orale; il peut être auto-administré.

Pour plus de renseignements sur le counseling précédant et suivant la vaccination, les techniques de préparation et d’administration de vaccins, ainsi que la prévention et le contrôle des infections, voir Méthodes d’administration des vaccins de la partie 1.

Interchangeabilité des vaccins

Bien qu’il n’existe aucune donnée sur l’interchangeabilité des vaccins contre la typhoïde, on suppose que n’importe laquelle des préparations vaccinales disponibles peut être administrée comme dose de rappel, et ce, peu importe le vaccin administré au départ. L’intervalle entre les doses de rappel doit correspondre à l’intervalle établi pour le vaccin précédent.

Voir Principes de l’interchangeabilité des vaccins de la partie 1 pour obtenir davantage de renseignements au sujet de l’interchangeabilité des vaccins.

Administration concomitante d’autres vaccins

Il faut attendre au moins huit heures entre l’administration du vaccin oral contre le choléra et la diarrhée du voyageur et la prise du vaccin Typh-O sous forme de capsules. Le vaccin Typh-O peut être administré en même temps qu’un vaccin parentéral, ou à tout moment avant ou après. Il n’existe aucune interaction connue entre le vaccin Typh-I et d’autres vaccins pour l es voyageurs, comme le vaccin contre l’hépatite A, le vaccin contre la fièvre jaune et le vaccin contre l’hépatite B.

Voir Calendrier d’administration des vaccins de la partie 1 pour obtenir de plus amples renseignements sur l’administration simultanée de vaccins.

Tests sérologiques

Aucun test sérologique n’est recommandé avant ou après l’administration d’un vaccin contre la typhoïde.

Exigences relatives à l’entreposage et à la manipulation

Le vaccin contre la typhoïde doit être conservé à une température de 2 °C à 8 °C et ne pas être congelé. Le vaccin Typh-O doit être protégé contre la lumière et de l’humidité excessive.

Voir Manipulation et entreposage des agents immunisants de la partie 1 pour obtenir plus de précisions ainsi que des recommandations.

Innocuité et effets secondaires

Effets secondaires courants et localisés

Vaccin Typh-I

Les effets secondaires fréquents (observés chez 1 à 10 % des personnes vaccinées) sont, entre autres, une sensibilité au site d’injection, l’induration, une rougeur ou de la douleur, de la fièvre, des maux de tête, une sensation de malaise généralisé ou la myalgie.

Vaccin Typh-O

Les effets secondaires fréquents sont notamment les douleurs abdominales, les nausées, la diarrhée, les vomissements, la fièvre, les maux de tête et les éruptions cutanées.

Vaccin HA-Typh-I

Les effets secondaires très fréquents (observés chez plus de 10 % des personnes vaccinées) incluent une douleur au site d’injection, l’induration, l’enflure et l’érythème, les maux de tête, la myalgie et une sensation de faiblesse. La fièvre, un malaise, des nausées, la diarrhée et les étourdissements sont des effets secondaires couramment observés. Le prurit et les éruptions cutanées sont parmi les effets secondaires les moins fréquents (observés chez de 0,1 à moins de 1 % des personnes vaccinées).

Effets secondaires moins fréquents et graves

Les effets secondaires graves sont rares après l’immunisation et, dans la plupart des cas, les données sont insuffisantes pour établir un lien de causalité. Les réactions anaphylactiques consécutives à l’administration d’un vaccin contre la typhoïde sont très rares.

Conseils pour la déclaration des manifestations cliniques inhabituelles (MCI) à la suite d’une immunisation

Les vaccinateurs sont priés de signaler aux responsables de la santé publique locaux tout effet secondaire grave ou inattendu temporellement associé à la vaccination. Un effet secondaire suivant l’immunisation (ESSI) inattendu est un effet secondaire qui ne figure pas dans les renseignements disponibles sur le produit, mais qui peut être dû à l’immunisation, ou encore à une modification de la fréquence d’un ESSI connu.

Voir Déclaration de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) à la suite d’une immunisation au Canada et Innocuité des vaccins de la partie 2 pour plus de précisions sur la déclaration des effets secondaires suivant l’immunisation.

Contre-indications et précautions

Le vaccin contre la typhoïde est contre-indiqué chez les personnes ayant déjà eu une réaction anaphylactique au vaccin et chez les personnes ayant une hypersensibilité immédiate ou anaphylactique établie à l’un ou l’autre des composants du vaccin ou de son contenant.

Voir Contenu des agents immunisants utilisés au Canada de la partie 1 pour connaître la liste des vaccins offerts au Canada ainsi que de leurs constituants.

Le vaccin Typh-O est contre-indiqué chez les personnes atteintes d’une maladie gastro-intestinale aiguë ou d’une maladie inflammatoire de l’intestin, et chez les personnes immunodéprimées.

L’administration du vaccin contre la typhoïde devrait être retardée chez les personnes atteintes d’une maladie aiguë grave. Dans le cas d’une maladie aiguë mineure (avec ou sans fièvre), la personne peut être vaccinée.

Voir Contre-indications, précautions à prendre et préoccupations de la partie 2 pour obtenir de plus amples renseignements. Voir Grossesse et allaitement pour obtenir plus de précisions sur la vaccination des femmes enceintes ou qui allaitent.

Interactions médicamenteuses et interactions entre les médicaments et les aliments

La série vaccinale Typh-O doit être terminée depuis 3 jours pour que puisse être entrepris un traitement avec des sulfonamides ou d’autres antibiotiques actifs contre la bactérie S. typhi ou avec des antipaludéens, sinon elle doit débuter de 48 à 72 heures après la fin d’un tel traitement. Y font exception la chloroquine, la méfloquine et atovaquone/proguanil (MalaroneMD), car ces antipaludéens n’agissent pas sur la réaction immunitaire au vaccin Typh-O et peuvent donc être administrés en même temps que le vaccin, ou à n’importe quel intervalle avant ou après son administration.

Le vaccin Typh-O doit être pris environ une heure avant le repas ou deux heures après. La consommation de boissons alcoolisées n’est pas recommandée dans l’heure avant de prendre le vaccin Typh-O ou dans les deux heures après.

Les vaccins Typh-I, HA-Typh-I et Typh-O peuvent être administrés avant la prise d’immunoglobulines ou d’autres produits sanguins, en même temps ou après.

Références choisies

Agence de la santé publique du Canada. Maladies à déclaration obligatoire en direct. Consulté en avril 2016. Accès : http://maladies.canada.ca/declaration-obligatoire/

American Public Health Association. Control of Communicable Diseases Manual. 19e éd. Washington; 2008.

Basnyat B, Maskey AP, Zimmerman MD, et al. Enteric (typhoid) fever in travelers. Clin Infect Dis. 15 nov. 2005;41(10):1467-72.

Beeching NJ, Clarke PD, Kitchin NR, et al. Comparison of two combined vaccines against typhoid fever and hepatitis A in healthy adults. Vaccine 2004;23(1):29-35.

Begier EM, Burwen DR, Haber P, Ball R, the Vaccine Adverse Event Reporting System Working Group. Postmarketing safety surveillance for typhoid fever vaccines from the Vaccine Adverse Event Reporting System, July 1990 through June 2002. Clin Infect Dis 2004;38(6):771-79.

Bhutta ZA. Typhoid fever: current concepts. Infect Dis Clin Pract. Sept. 2006;14(5):266-72.

Bui YG, Trepanier S, Milord F, et al. Cases of malaria, hepatitis A, and typhoid fever among VFRs, Quebec (Canada). J Travel Med 2011;18(6):373-78.

Campbell JD, Levine MM. Typhoid and cholera vaccines. In: Jong EC, Zuckerman JN (dir.) Travelers’ vaccines. Hamilton, Ontario: Decker Inc, 2004:162-84.

Centers for Disease Control and Prevention. Health Information for International Travel 2016. The Yellow Book. Consulté en janvier 2017. Accès : https://wwwnc.cdc.gov/travel/page/yellowbook-home-2014

Chen LH, Wilson ME, Davis X, et al. Illness in long-term travelers visiting GeoSentinel clinics. Emerg Infect Dis. Nov. 2009;15(11):1773-82.

Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages (CCMTMV). Déclaration concernant les voyageurs internationaux et la typhoïde. Relevé des maladies transmissibles au Canada 2014;40(4). Consulté en avril 2016. Accès : http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/14vol40/dr-rm40-04/dr-rm40-04-edit-fra.php

Crump JA, Luby SP, Mintz ED. The global burden of typhoid fever. Bull World Health Organ. Mai 2004;82(5):346-53.

Ekdahl K, de Jong B, Andersson Y. Risk of travel-associated typhoid and paratyphoid fevers in various regions. J Travel Med 2005;12(4):197-204.

Fraser A, Goldberg E, Acosta CJ, et al. Vaccines for preventing typhoid fever. Cochrane Database Syst Rev 2007;3:CD001261.

Keystone JS, Kozarsky PE, Freedman DO, et al. Travel medicine. Elsevier, 2004.

Lin FY, Ho VA, Khiem HB, et al. The efficacy of a Salmonella typhi Vi conjugate vaccine in two-to-five-year-old children. N Engl J Med 2001;344(17):1263-69.

Loebermann M, Kollaritsch H, Ziegler T, et al. A randomized, open-label study of the immunogenicity and reactogenicity of three lots of a combined typhoid fever/hepatitis A vaccine in healthy adults. Clin Ther 2004;26(7):1084-91.

Lynch MF, Blanton EM, Bulens S, et al. Typhoid fever in the United States, 1999-2006. JAMA 2009 Aug 26;302(8):859-65.

Organisation mondiale de la Santé. Immunization, Vaccines and Biologicals: Typhoid. Consulté en avril 2016. Accès : http://www.who.int/immunization/diseases/typhoid/en/

Parry CM, Hien TT, Dougan G, et al. Typhoid fever. N Engl J Med 2002;347(22):1770-82.

PaxVax Berna GmbH. Product Monograph – Vivotif®. Janv. 2015.

Sanofi Pasteur Limitée. Monographie de produit-TYPHIM ViMD. Nov. 2013.

Sanofi Pasteur SA. Monographie de produit-ViVAXIMMD. Oct. 2015.

Steinberg EB, Bishop R, Haber P, et al. Typhoid fever in travelers: Who should be targeted for prevention? Clin Infect Dis 2004;39(2):186-91.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :