Réalisations du portefeuille : comparution devant le Comité permanent (10 mars 2021)

Environnement et Changement climatique Canada 2020-2021

En 2020 et au cours des premiers mois de 2021, malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19, Environnement et Changement climatique Canada a fait avancer les principales priorités environnementales afin de respecter les engagements du gouvernement du Canada visant à atteindre la carboneutralité d’ici 2050, à interdire certains plastiques à usage unique nocifs, à conserver une plus grande partie des terres et des eaux du Canada et à protéger les espèces en péril. Grâce à la science, à la réglementation et aux partenariats avec les peuples autochtones, les gouvernements provinciaux et territoriaux et un éventail diversifié d’intervenants, Environnement et Changement climatique Canada a réalisé des progrès importants dans la réalisation de ces priorités au Canada et dans le monde.

Croissance propre et lutte contre les changements climatiques

Pour s’assurer que le Canada dépasse sa cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2030, le projet de loi relatif à la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité a été déposé à la Chambre des communes en novembre. Peu après, le gouvernement fédéral a présenté le plan climatique renforcé du Canada, Un environnement sain et une économie saine, qui vise à créer des emplois, à soutenir la population et les collectivités et à protéger la planète.

En novembre, le gouvernement fédéral a également publié la proposition de la Norme sur les combustibles propres pour que les combustibles fossiles que nous utilisons chaque jour deviennent progressivement plus propres et que ces nouvelles options soient plus abordables et de plus en plus à la portée des consommateurs. Le règlement final sera publié à la fin de 2021.

Le gouvernement du Canada a également conclu des accords d’équivalence sur le méthane avec la Colombie-Britannique, l’Alberta et la Saskatchewan. Ces accords permettront qu’une réglementation provinciale renforcée sur le méthane remplace la réglementation fédérale pendant au plus cinq ans.

En septembre, le ministre Wilkinson a annoncé la création du nouveau Fonds d’action et de sensibilisation pour le climat, qui permettra d’investir 206 millions de dollars dans des projets qui renforceront la capacité du Canada à prendre des mesures pour le climat en donnant aux jeunes et aux collectivités les moyens d’agir et en stimulant la science et la recherche dans le domaine du climat.

Grâce au Fonds d’incitation à l’action pour le climat, le gouvernement fédéral a commencé à allouer 60 millions de dollars pour soutenir des projets d’efficacité énergétique dans les écoles de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

Au début de 2021, le gouvernement du Canada s’est engagé à travailler avec les États-Unis pour élaborer des normes plus strictes sur les émissions de gaz à effet de serre pour les nouveaux véhicules vendus en Amérique du Nord après 2025. Cette mesure permettra de réduire la pollution et les coûts de carburant pour les Canadiens, et de créer de bons emplois dans notre secteur automobile en favorisant l’adoption de véhicules plus propres.

Le 25 janvier 2021, le Canada et le Mexique ont organisé conjointement une séance sur le plan d’action des solutions fondées sur la nature lors du sommet pour l’adaptation aux changements climatiques. Le ministre Wilkinson a prononcé des allocutions lors de cette séance et dans le cadre du dialogue ministériel du sommet. La séance sur le plan d’action était ciblée sur le financement des solutions fondées sur la nature et le leadership des Autochtones et des jeunes dans la mise en place de telles solutions.

Conservation de la nature

En 2020, le Fonds des solutions climatiques axées sur la nature a été annoncé. Il se traduira par un investissement de 631 millions de dollars au cours des dix prochaines années. Environnement et Changement climatique Canada a organisé deux événements nationaux sur les solutions fondées sur la nature à l’occasion d’Adaptation Canada 2020 (février 2020) et du Rassemblement national sur le climat de l’Assemblée des Premières Nations (mars 2020), qui ont permis de mieux faire connaître à l’échelle du pays le rôle du Canada au sein de la Commission mondiale sur l’adaptation.

Le Fonds de la nature du Canada a soutenu des projets partout au Canada visant à créer un réseau bien connecté d’aires protégées et de conservation et d’écosystèmes naturels, qui comprend des lieux prioritaires susceptibles de contribuer à la protection et au rétablissement des espèces en péril et de leur habitat. Voici quelques exemples :

En février 2020, deux accords pour la conservation du caribou des montagnes du Sud ont été signés : un accord de conservation entre le Canada et la Colombie-Britannique et un accord de partenariat entre le Canada, la Colombie-Britannique, la Première Nation de West Moberly et la Première Nation Saulteau. Ces accords ont été signés à l’occasion d’un événement à Vancouver en présence du ministre Wilkinson, de certains ministres de la Colombie-Britannique et des chefs des Premières Nations en question.

En octobre, les gouvernements du Canada et de l’Alberta ont signé un accord de conservation dans le cadre de la Loi sur les espèces en péril, qui garantit la prise des mesures nécessaires pour soutenir le rétablissement du caribou des bois en Alberta.

À l’automne 2020, le premier ministre et le ministre Wilkinson ont annoncé que le Canada s’était joint à la coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples, qui préconise un objectif mondial de conservation de 30 p. 100 de la planète d’ici 2030, en favorisant les projets de conservation dirigés par les Autochtones et en ciblant les zones les plus importantes pour la biodiversité.

En janvier 2021, le gouvernement du Canada a annoncé qu’il consacrerait jusqu’à 55 millions de dollars au Fonds pour la neutralité en termes de dégradation des terres, un fonds d’investissement lancé par la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Le fonds vise à restaurer les terres dégradées, à réduire ou éviter les émissions de gaz à effet de serre et à créer ou maintenir des emplois pour les populations les plus vulnérables des pays en développement. Cette contribution s’inscrit dans l’engagement financier du Canada dans la lutte contre les changements climatiques, qui s’élève à 2,65 milliards de dollars.

Prévention et gestion de la pollution

Tout au long de 2020, le gouvernement du Canada a fait participer directement les intervenants et les partenaires – y compris les peuples autochtones, les provinces et les territoires – à la création d’une agence canadienne de l’eau qui sera bénéfique pour tous les Canadiens. En décembre 2020, le gouvernement fédéral, au moyen de PlaceSpeak, a lancé des consultations publiques sur un document de travail concernant le rôle de l’agence dans la protection des eaux douces. Des forums publics nationaux et régionaux sur l’eau douce ont également eu lieu en janvier et février 2021.

En juillet 2020, Environnement et Changement climatique Canada a publié l’Évaluation stratégique des changements climatiques pour clarifier les renseignements exigés sur les émissions de gaz à effet de serre et la résilience aux changements climatiques, dans le cadre de l’évaluation fédérale de l’impact des projets. Selon cette évaluation, les promoteurs des projets qui seront toujours en cours au-delà de 2050 doivent fournir un plan crédible décrivant la manière dont le projet atteindra la carboneutralité d’ici 2050.

Le gouvernement du Canada a poursuivi sa collaboration avec les provinces et les territoires par l’intermédiaire du Conseil canadien des ministres de l’environnement. En juillet 2020, le deuxième et dernier volet du Plan d’action pancanadien visant l’atteinte de zéro déchet de plastique a été publié. Le Plan établit des échéances pour la prise de mesures concrètes et coordonnées visant à davantage sensibiliser les consommateurs, les entreprises et les institutions; à réduire les déchets et la pollution provenant des activités aquatiques, y compris la pêche et l’aquaculture; à faire progresser la science; à soutenir la collecte ainsi que la prévention et le nettoyage de la pollution par le plastique; et à contribuer à l’action mondiale.

En octobre 2020, le ministre Wilkinson a annoncé les prochaines étapes du plan du gouvernement du Canada visant à atteindre l’objectif de zéro déchet de plastique d’ici 2030. L’un des éléments clés du plan est l’interdiction des articles de plastique à usage unique nocif qui, preuves à l’appui, sont présents dans l’environnement, ne sont pas recyclés dans la plupart des cas et peuvent être facilement remplacés : sacs d’épicerie en plastique, pailles, bâtonnets à mélanger, porte-canettes, ustensiles et récipients alimentaires fabriqués à partir de plastiques difficiles à recycler. Le plan permettra de protéger les espèces sauvages et nos eaux, de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de créer des emplois.

La version finale de l’Évaluation scientifique de la pollution plastique, qui a également été publiée en octobre, contribue à éclairer les actions du gouvernement du Canada sur son engagement à interdire certains plastiques à usage unique nocifs.

Sciences et technologie

En 2020, Environnement et Changement climatique Canada a poursuivi ses efforts pour rendre la science plus accessible aux Canadiens, en renforçant l’intégrité et la réputation scientifiques du ministère, en inspirant la curiosité et en veillant à ce que les connaissances scientifiques soient à la disposition des décideurs.

Environnement et Changement climatique Canada a mené un sondage sur la science à l’échelle du gouvernement en ciblant d’autres ministères à vocation scientifique, afin de mieux comprendre ce qui fonctionne le mieux dans les communications scientifiques destinées aux Canadiens, et a réalisé une analyse FFPM (forces, faiblesses, possibilités et menaces) pour en savoir plus sur nos forces et nos faiblesses dans nos communications scientifiques, dans le but de devenir le meilleur communicateur scientifique au sein du gouvernement du Canada.

Le Bureau des communicateurs sur la science d’Environnement et Changement climatique Canada a été lancé pour offrir la chance à ses scientifiques de communiquer leurs connaissances. Par exemple, l’initiative de la Question scientifique a permis aux Canadiens de poser leurs questions directement aux scientifiques du Ministère. Le Ministère a continué à faire connaître la recherche scientifique qu’il mène aux Canadiens au moyen de la série d’ateliers scientifiques, des chroniques Dans les coulisses de la scène scientifique, des activités organisées par l’organisation Exploring by the Seat of Your Pants et de la sensibilisation dans les médias.

Environnement et Changement climatique Canada a mené avec succès des campagnes sur les réseaux sociaux, telles que celles sur les dons d’équipement de protection individuelle durant la pandémie, le Jour de la Terre, la conservation de l’écosystème arctique, le suivi de la qualité de l’air à l’aide de satellites pour mesurer le NO2 pendant la pandémie, la Semaine canadienne de l’environnement, la Journée mondiale des océans, la Journée des peuples autochtones, l’Année internationale de la santé des végétaux, les petits moteurs à essence, l’anniversaire du Protocole de Montréal, le rapport de la NOAA sur l’état du climat et le Mois de la science arctique.

Environnement et Changement climatique Canada a d’autres réalisations importantes à son actif, telles que la publication du rapport Science du climat 2050 et les avancées dans le programme de stages Horizons Sciences pour les jeunes et l’Initiative visant à accroître les connaissances sur la pollution plastique.

Communications internes

Depuis le début de la pandémie de COVID-19 en mars 2020, l’équipe des Communications internes a fait face à des défis sans précédent. Il fallait en effet soutenir le bien-être et la productivité des employés en télétravail, veiller à ce que ceux qui étaient présents sur les lieux de travail se sentent en sécurité et préparer le retour sur les lieux de travail.

L’équipe a rapidement communiqué l’information sur les règles d’étiquette concernant le réseau privé virtuel et l’augmentation du nombre d’accès au réseau, et soutenu la mise en œuvre de MS Teams, qui est devenu un outil permanent de communication et de collaboration.

Des communications stratégiques et opportunes ont eu lieu pour soutenir la publication des politiques et procédures relatives aux masques non médicaux, à la récupération de l’équipement et au remboursement pour l’achat d’équipement, au code de congé 699, à l’ergonomie, à la santé et à la sécurité, à la santé mentale et plus encore. Afin de s’assurer que les employés d’Environnement et Changement climatique Canada étaient tenus informés de l’évolution de la situation, un site Web d’information sur la COVID-19 pour les employés a été créé, permettant de regrouper les diverses ressources en un seul endroit. Le site était accessible en dehors du réseau.

Les équipes des Communications internes ont également apporté leur soutien aux réseaux, équipes et champions d’Environnement et Changement climatique Canada pour la tenue de leurs activités virtuelles, ainsi qu’aux sous-ministres pour qu’elles puissent participer et mobiliser régulièrement les employés. Pour garder le contact, deux rencontres virtuelles ont été organisées pour l’ensemble du personnel, et trois sondages ont été menés auprès des employés pour recueillir leurs commentaires.

Agence canadienne d’évaluation d’impact 2020-2021

Le 21 janvier 2021 – Le gouvernement du Canada a approuvé le projet de pôle logistique de Milton, sous réserve de 325 conditions. La décision a suivi un examen approfondi par une commission indépendante fondé sur les meilleures données scientifiques et données probantes disponibles et une vaste participation du public. Les conditions imposées en feraient le pôle logistique intermodal le plus rigoureusement réglementé au Canada et parmi les plus rigoureusement réglementés en Amérique du Nord.

En outre, Environnement et Changement climatique Canada a l’intention de travailler avec le gouvernement de l’Ontario pour élaborer une stratégie régionale de gestion de la qualité de l’air dans la région de Hamilton du grand Toronto.

Le 13 janvier 2021 – Le ministre d’Environnement et Changement climatique, Jonathan Wilkinson, a annoncé l’achat de 268 hectares de terrain entourant la Réserve nationale de faune du Ruisseau-Portobello située à 44 kilomètres à l’est de Fredericton.

L’aire faunique protégée a été mise de côté à des fins de conservation en 1995. Elle est utilisée par les randonneurs et les kayakistes et elle abrite 37 espèces de plantes rares dans la province. Elle sert également de plaine inondable boisée pour la sauvagine et d’autres animaux.

« La protection d’une aire plus vaste dans la Réserve nationale de faune du Ruisseau-Portobello réduira les menaces pesant sur les espèces en péril comme la paruline du Canada, l’engoulevent d’Amérique, le pioui de l’Est et le petit blongios », selon le communiqué du gouvernement.

Six parcelles de terre, totalisant environ 178 hectares, ont été achetées de J.D. Irving, Ltd., tandis que 90 hectares supplémentaires ont été acquis auprès de Five Islands Forest Development Ltd, ce qui porte l’empreinte totale de la Réserve à un peu plus de 3 200 hectares.

L’aide financière de cette initiative provient de l’initiative sur le patrimoine naturel, un investissement de 1,3 milliard de dollars inclus dans le budget fédéral de 2018, selon le communiqué.

Le 11 janvier 2021 – Le ministre d’Environnement et Changement climatique, Jonathan Wilkinson, a annoncé que Chevron Canada, Equinor Canada et BHP Petroleum (New Ventures) peuvent aller de l’avant avec des projets de forage exploratoire à l’est de St. John’s (Terre-Neuve). Les trois projets créeront des emplois stables et profiteront à l’économie tout en appuyant le développement durable et en protégeant l’environnement.

Les entreprises ont proposé d’utiliser des plateformes extracôtières, des navires ravitailleurs et des hélicoptères pour procéder au forage exploratoire, aux essais de puits et autres activités dès cette année. Elles devront quand même obtenir d’autres permis fédéraux ou provinciaux dont elles pourraient avoir besoin, notamment auprès de l’Office Canada – Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers.

Le 21 décembre 2020 – À ce jour, 20 des sites patrimoniaux les plus appréciés au Canada ont répondu aux exigences en vue d’être inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et représentent certaines des réalisations les plus remarquables de l’humanité et des créations les plus inspirantes de la nature. Le gouvernement du Canada reconnaît la valeur universelle remarquable des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada et s’engage à les protéger pour les générations futures.

C’est pourquoi aujourd’hui, le ministre d’Environnement et Changement climatique et ministre responsable des parcs, l’honorable Jonathan Wilkinson, a annoncé un investissement du gouvernement du Canada de 59,9 millions de dollars sur trois ans pour continuer à mettre en œuvre des engagements fédéraux en vertu du plan d’action pour le site du patrimoine mondial du parc national Wood Buffalo.

Le 18 décembre 2020 – Le gouvernement du Canada propose un règlement pour les Normes sur les combustibles propres qui devrait faire augmenter le coût d’un litre d’essence jusqu’à 11 cents au cours de la prochaine décennie tout en réduisant les émissions de près de 21 mégatonnes d’ici 2030.

Le 17 décembre 2020 – Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, l’honorable Jonathan Wilkinson, et la ministre de l’Agriculture et Agroalimentaire Canada, l’honorable Marie-Claude Bibeau, ont annoncé le lancement de consultations publiques pour aider à la mise en place de l’Agence canadienne de l’eau et améliorer la gestion de l’eau douce à l’échelle du Canada.

Les défis de l’eau comme les sécheresses, les inondations et la détérioration de la qualité de l’eau s’intensifient en grande partie à cause des changements climatiques. Les Canadiens constatent ces impacts coûteux de première main dans leurs collectivités à l’échelle du pays. C’est la raison pour laquelle le gouvernement du Canada met en place l’Agence canadienne de l’eau afin de trouver les meilleurs moyens pour assurer la sécurité, la propreté et la gestion appropriée de notre eau. L’Agence canadienne de l’eau sera établie en étroite collaboration avec les provinces, les territoires, les peuples autochtones et d’autres partenaires.

Le 15 décembre 2020 – Le ministre Jonathan Wilkinson a établi le Conseil consultatif du ministre sur l’évaluation d’impact. Le Conseil vise à conseiller le ministre afin de déterminer si le nouveau régime d’évaluation d’impact atteint les objectifs, à savoir être efficace, transparent, prévisible, capable de cerner les problèmes rapidement au début du processus et de soutenir la prise de décisions dans l’intérêt public.

Les membres du Conseil ont été nommés sur la base de leurs expériences diverses et variées en matière d’évaluation d’impact, de gouvernance et de prise de décisions dans l’intérêt public. La composition du Conseil reflète un équilibre entre l’expérience, les genres et la diversité régionale. En outre, plusieurs membres représentent les intérêts des peuples des Premières Nations, des Inuits et des Métis et procurent au Conseil une solide perspective autochtone.

Le 11 décembre 2020 – Le premier ministre, Justin Trudeau, le ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, et le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, ont annoncé le nouveau plan sur le climat tant attendu, qui comprend une série de mesures visant à atteindre la cible de réduction des émissions du Canada pour 2030 et à atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Le plan intitulé Un environnement sain et une économie saine vise à créer deux millions d’emplois verts et engage 15,2 milliards de dollars en plus des 60 milliards de dollars précédemment affectés à la mise en œuvre du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.

Ce plan s’appuie sur le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. Il continue sur la voie que les Canadiens, leurs gouvernements et leurs entreprises ont tracée.

Ce plan constitue une pierre angulaire de l’engagement du gouvernement dans le discours du Trône 2020 qui consiste à créer plus d’un million d’emplois et à rétablir l’emploi aux niveaux pré-pandémie. Il comprend 64 nouvelles mesures et 15 milliards de dollars en investissements outre les 6 milliards de dollars de la Banque de l’infrastructure du Canada pour une infrastructure propre annoncés cet automne dans le cadre de son plan de croissance.

Le 1er décembre 2020Une loi modifiant la Loi fédérale sur le développement durable est entrée en vigueur. La Loi renforce la transparence pour le gouvernement du Canada en augmentant le nombre d’organismes fédéraux, passant de 27 à plus de 95, qui doivent contribuer au développement de la Stratégie fédérale de développement durable. Ces organismes doivent également rendre compte de leurs contributions dans le cadre de leurs propres stratégies ministérielles de développement durable, assorties d’objectifs mesurables et d’échéanciers qui contribuent à atteindre les objectifs de la Stratégie fédérale de développement durable.

La consultation publique continuera de façonner les stratégies fédérales de développement durable futures par le biais d’une période de consultation obligatoire de 120 jours auprès de tous les Canadiens.

Le 30 novembre 2020 – Le ministre des Finances a dévoilé l’Énoncé économique de l’automne du gouvernement, qui aidera à lutter contre les changements climatiques tout en reconstruisant mieux, y compris les éléments suivants :

Nous continuerons également de collaborer avec nos partenaires de tout le gouvernement sur le nouveau Fonds pour les solutions climatiques naturelles pour l’agriculture ainsi qu’avec nos partenaires du secteur privé sur des initiatives comme le Conseil d’action en matière de finance durable, avec un engagement de 7,3 millions de dollars sur trois ans pour créer un conseil d’action public-privé en matière de finance durable visant à développer un marché de la finance durable qui fonctionne bien au Canada.

En outre, l’Énoncé économique de l’automne a annoncé que le gouvernement investira dans l’avenir de la Biosphère avec 15 millions de dollars engagés sur cinq ans pour appuyer le transfert de la responsabilité opérationnelle du musée de la Biosphère de Montréal à la Ville de Montréal dans le cadre d’ententes avec la Ville et le gouvernement du Québec. Ce transfert permettra à la Biosphère de poursuivre sa mission essentielle d’éducation des Canadiens sur les changements climatiques, la conservation de la nature et la pollution, y compris les déchets plastiques.

Le 19 novembre 2020 – Le gouvernement fédéral a présenté le projet de loi C-12, la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité, qui établit le cadre pour les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre nationales afin d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Le 13 novembre 2020 – Le secrétaire parlementaire du ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Peter Schiefke, a annoncé que le gouvernement du Canada accorde 2 256 554 dollars à 16 projets de recherche scientifique devant approfondir notre compréhension des effets de la pollution plastique sur notre milieu naturel et notre santé. Cette aide financière est fournie dans le cadre de l’Initiative visant à accroître les connaissances sur la pollution plastique.

Le gouvernement du Canada a publié récemment le rapport final de l’Évaluation scientifique de la pollution plastique, qui examine la présence de la pollution plastique et ses effets sur l’environnement et la santé humaine. L’évaluation confirme que la pollution plastique est partout et qu’elle a des impacts négatifs sur notre environnement. Elle a également déterminé qu’il y a des lacunes dans nos connaissances. L’aide financière annoncée aujourd’hui vise à combler ces lacunes cernées dans les connaissances et à nous aider à évoluer vers un monde plus propre et plus sain.

Le secrétaire parlementaire a fait cette annonce lors de la Zero Waste Conference (conférence virtuelle sur la thématique du zéro déchet) où il a également souligné l’importance de la collaboration dans le domaine de la recherche pour soutenir la mise en œuvre du Programme scientifique canadien sur les plastiques.

Le 29 octobre 2020 – Le gouvernement fédéral offre 750 millions de dollars en prêts sans intérêt pour aider les sociétés pétrolières et gazières à réduire leurs émissions de méthane. Le ministre des Ressources naturelles Seamus O’Regan a indiqué jeudi que le nouveau programme, d’abord promis par le premier ministre Justin Trudeau en avril, va aider le Canada à continuer à vendre du pétrole alors qu’il vise à atteindre la carboneutralité d’ici 2050. « Il stimulera les efforts des sociétés pétrolières et gazières pour réduire les émissions opérationnelles, maintenir les emplois et renforcer la compétitivité pour les décennies à venir », a-t-il déclaré. Le Pembina Institute a approuvé le nouveau fonds d’emprunt de 750 millions de dollars jeudi, l’analyste principal Jan Gorski déclarant lors de la conférence de presse du ministre O’Regan que la technologie canadienne existe déjà pour éliminer les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier et que le programme « nous oriente dans la bonne direction ».

Le 23 octobre 2020 – Les gouvernements du Canada et de l’Alberta sont parvenus à un accord pour la conservation et le rétablissement du caribou des bois en Alberta.

Les populations de caribous en Alberta ont décliné considérablement en raison des changements dans l’habitat et de la prédation accrue. Les gouvernements sont d’avis que la conclusion d’un accord de conservation en vertu de l’article 11 de la Loi sur les espèces en péril fédérale démontre un progrès important qui profitera au caribou en Alberta et à sa survie dans la nature.

« Je suis heureux d’annoncer que les gouvernements du Canada et de l’Alberta ont signé un accord de conservation en vertu de la Loi sur les espèces en péril qui exige la prise de mesures nécessaires pour appuyer le rétablissement du caribou en Alberta. Le gouvernement de l’Alberta ainsi que les peuples autochtones, les intervenants de l’industrie et bien d’autres ont pris des mesures pour soutenir le rétablissement du caribou, et je crois que cet accord aidera à remplir les obligations envers les générations futures de Canadiens. Le gouvernement du Canada reconnaît qu’à l’heure actuelle, cette approche collaborative, par opposition à un décret en vertu de la Loi sur les espèces en péril, constitue la meilleure voie à suivre pour la conservation et le rétablissement du caribou boréal et du caribou des montagnes du Sud en Alberta. »
– L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, gouvernement du Canada

Le 15 octobre 2020 – Le gouvernement fédéral indique qu’il investit 20 millions de dollars dans l’industrie nucléaire pour aider le Canada à atteindre son objectif de carboneutralité d’ici 2050. L’investissement dans la société Terrestrial Energy d’Oakville (Ontario) vise à l’aider à mettre sur le marché de petits réacteurs nucléaires modulaires.

« En soutenant la mise en marché de ces petits réacteurs, nous faisons un pas en avant pour l’environnement et l’économie, ce qui comprend la production d’énergie à faibles émissions, la création d’emplois hautement spécialisés et l’acquisition de propriété intellectuelle au profit du Canada », a déclaré le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains dans un communiqué de presse.

Énergie atomique du Canada limitée indique qu’elle voit trois utilisations principales pour les petits réacteurs nucléaires modulaires au Canada :

Jeudi 8 octobre 2020 – Le premier ministre Trudeau et le premier ministre de l’Ontario Doug Ford ont annoncé qu’ils verseront chacun 295 millions de dollars pour appuyer la production à l’usine de Ford Motor d’Oakville (Ontario). L’aide financière fait partie d’une entente triennale d’une valeur de près de 2 milliards de dollars qui a été annoncée le mois dernier entre le constructeur automobile et Unifor, le syndicat qui représente les travailleurs de l’automobile au Canada. Cette aide financière est destinée à la production en masse de véhicules électriques et de batteries pour les alimenter, un plan qui, selon eux, pourrait aider l’industrie automobile du pays à demeurer concurrentielle et à se remettre de la pandémie de COVID-19. Elle permettra également de garantir 5 000 emplois dans l’industrie automobile à un moment où la pandémie de COVID-19 a suscité des préoccupations de la part des travailleurs du monde entier au sujet de leur gagne-pain, selon le premier ministre.

Jeudi 8 octobre 2020 – L’honorable Seamus O’Regan, ministre des Ressources naturelles du Canada, a annoncé une aide financière fédérale de 68,4 millions de dollars sur trois ans pour aider à contrôler et à atténuer les impacts du dendroctone du pin ponderosa sur les forêts du Canada, et à effectuer des recherches.

L’aide financière se décline de la manière suivante :

Les organismes travailleront ensemble pour s’attaquer aux problèmes posés par la propagation du dendroctone du pin ponderosa, l’un des plus importants ravageurs dans l’Ouest canadien. L’infestation de dendroctone a eu des effets négatifs considérables sur les forêts de pins de l’Alberta.

Cette aide financière comprend 24 millions de dollars pour l’exercice 2020–2021 pour enrayer l’infestation du dendroctone du pin ponderosa en Alberta et dans les parcs nationaux des montagnes Rocheuses tout en atténuant les impacts négatifs sur le secteur forestier et les collectivités. Depuis 2010, Ressources naturelles Canada a investi 12,9 millions de dollars dans le domaine de la recherche sur le dendroctone du pin ponderosa en Alberta.

Mercredi 7 octobre 2020 – Le ministre de l’Environnement Jonathan Wilkinson a annoncé un plan pour bannir les sacs d’épicerie en plastique à usage unique, les bâtonnets agitateurs, les porte-canettes, les ustensiles, les pailles et certains plats pour aliments faits en plastiques difficiles à recycler d’ici 2021.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :