1. Des gens et des familles résilients, bien soutenus et reflétant la diversité canadienne

Les gens sont la clé de tout ce que font les Forces armées canadiennes pour s’acquitter de leur mandat. Tandis que nous tournons notre regard vers l’avenir et nous augmentons notre effectif afin de répondre aux nouvelles exigences, nous redirigerons aussi nos efforts afin de nous assurer que toute l’Équipe de la Défense reçoit les soins, les services et le soutien dont elle a besoin. Il sera essentiel de le faire pour attirer et maintenir en poste les gens dont nous avons besoin pour assurer la protection, la sécurité et l’engagement du Canada dans le monde. Investir dans nos gens est l’engagement le plus important que nous pouvons prendre.

L’Équipe de la Défense est composée de membres des Forces armées canadiennes et du personnel civil du ministère de la Défense nationale. Cette équipe civilo-militaire intégrée cherche à atteindre les objectifs de la Défense. Les Forces armées canadiennes exécutent des opérations au pays et à l’étranger pour défendre le Canada et les intérêts canadiens tandis que le personnel civil de la Défense exécute un bon nombre de fonctions habilitantes essentielles, dont le renseignement, l’acquisition et la maintenance de l’équipement, le soutien stratégique, juridique et en matière de communications, les services d’infrastructure, les finances, les ressources humaines, la technologie de l’information et la recherche et le développement scientifique. Afin d’atteindre les objectifs ambitieux fixés dans la présente politique, les Forces armées canadiennes augmenteront l’effectif de la Force régulière de 3 500 personnes (pour un total de 71 500 militaires) et celui de la Force de réserve de 1 500 personnes (pour un total de 30 000 militaires), et le ministère de la Défense nationale embauchera 1 150 civils pour appuyer les opérations militaires dans des domaines tels que le renseignement et l’approvisionnement.

Certaines des nouvelles initiatives de cette politique qui visent à appuyer notre personnel, telles que les initiatives en santé mentale et la promotion d’une culture de comportements sains et respectueux au travail, s’appliquent à l’équipe au complet, tandis que d’autres initiatives telles que la transformation fondamentale du soutien à la transition sont propres aux militaires.

Profession des armes

La profession des armes au Canada est composée de militaires qui se consacrent à la défense du Canada et de ses intérêts, en conformité avec les directives du gouvernement du Canada.

La profession des armes se distingue par le concept de service avant soi-même et l’acceptation du concept de responsabilité illimitée.

Ses membres possèdent un ensemble de connaissances et d’habiletés militaires systématiques et spécialisées acquises par l’éducation, l’instruction et l’expérience. Ils appliquent cette expertise de façon compétente et objective dans l’accomplissement de leurs missions.

Les membres de la profession des armes au Canada partagent un ensemble de valeurs et de croyances fondamentales qui se retrouvent dans l’éthos militaire qui les guident dans l’exercice de leurs fonctions et qui leur permettent d’entretenir une relation de confiance privilégiée avec la population canadienne.

Le service militaire est extrêmement valorisant, et les militaires et leurs familles deviennent plus résilients grâce aux défis et possibilités uniques qui surviennent en raison de leur travail. Ils sont mieux capables de combattre le stress, de découvrir et renforcer leurs meilleures qualités et de vivre des vies enrichissantes et épanouissantes, sachant qu’ils servent leur pays, qu’ils sont appréciés et qu’on prendra soin d’eux tout au long de leur service.

Le service militaire pose aussi des défis de manière inhérente. Lors des opérations, le risque de blessures physiques et mentales graves est une réalité. Les longues périodes passées loin des proches peuvent exercer des pressions sur les familles et les relations personnelles. Les Forces armées canadiennes doivent assumer la responsabilité de prendre soin de leurs gens et de les soutenir lorsqu’ils traversent des périodes difficiles.

Donner suite à notre engagement envers nos gens et leurs familles est une obligation sacrée qui exige une vaste série d’initiatives qui couvrent tous les aspects du recrutement, de la direction, de l’instruction et du soin offert à nos marins, à nos soldats et à nos aviateurs ainsi qu’à tous ceux qui les appuient. À mesure qu’évoluent le Canada et sa population, il faut également changer notre approche envers nos gens. Pour nous assurer que nos gens et leurs familles réussissent, nous continuerons d’intégrer des pratiques exemplaires progressives fondées sur des données probantes dans notre approche. Dans l’ensemble, nos actions doivent être soutenues par un esprit de compassion et de responsabilité envers nos militaires et leurs êtres chers.

Personnel civil de la défense

Le personnel civil de la Défense fait face à des exigences différentes que celles de bon nombre de ses homologues de la fonction publique, et la Défense s’engage à répondre à ses besoins en conséquence.

Travailler au ministère de la Défense nationale comprend la prise de décisions importantes qui peuvent avoir une incidence sur la vie d’autrui, ce qui exerce un stress sur les employés qui est inégalé dans la fonction publique. Le personnel civil de la Défense noue aussi des liens étroits avec ses collègues militaires et peut être très touché par des pertes tragiques dans le cadre d’opérations militaires.

De plus en plus, le personnel civil de la Défense a aussi un rôle de soutien aux opérations. Des conseillers en politique et des gens de métier sont déployés avec les Forces armées canadiennes lors d’opérations expéditionnaires. Ils doivent donc surmonter les mêmes difficultés associées aux absences prolongées loin de la famille et aux stress d’un rythme opérationnel élevé dans des endroits dangereux.

Recrutement, instruction et maintien de l’effectif

Le succès opérationnel des Forces armées canadiennes commence par un système de recrutement efficace qui mobilise et attire les meilleurs et les plus brillants, qui communiquent les possibilités et les avantages uniques du service militaire et qui sélectionne et enrôle de manière efficace et efficiente les nouvelles recrues. Le processus actuel est trop long pour que nous puissions faire concurrence aux autres employeurs du marché du travail canadien qui est très compétitif. De plus, on ne communique pas assez efficacement les nombreuses occasions d’emploi stimulantes et enrichissantes qu’offre le service militaire. Les Forces armées canadiennes proposent plus d’une centaine de possibilités de carrière, dont plusieurs sont uniques aux forces armées et offrent des occasions de perfectionnement professionnel et personnel que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.

Le système du personnel des forces armées doit être plus souple et responsable. Il doit mettre sur pied un effectif qualifié capable d’exécuter une grande variété de tâches tout en répondant aux exigences des groupes professionnels essentiels qui font face à des pénuries, tout particulièrement ceux chargés de prendre soin de notre personnel comme les médecins militaires, les dentistes, les pharmaciens et les travailleurs sociaux. Les Forces armées canadiennes doivent aussi attirer des Canadiens possédant les aptitudes et les compétences requises pour réussir dans des domaines hautement techniques comme l’espace et le cyberespace ainsi que pour exploiter et maintenir de l’équipement de plus en plus sophistiqué comme les systèmes télépilotés.

Plus important encore, les Forces armées canadiennes doivent être représentatives de la diversité du pays qu’elles défendent. Nous avons besoin de forces armées qui ressemblent au Canada. Plus particulièrement, nous nous sommes engagés à attirer, à recruter et à maintenir en poste plus de femmes dans l’ensemble des Forces armées canadiennes et à leur offrir des postes aux échelons supérieurs. Les Forces armées canadiennes sont résolues à promouvoir l’égalité entre les sexes et à offrir un environnement de travail où les femmes se sentent accueillies, appuyées et respectées.

Programmes à l’intention des canadiens Autochtones

Les Forces armées canadiennes proposent certains programmes uniques en vue d’offrir aux Autochtones une occasion d’en apprendre davantage sur une carrière excitante au sein des Forces armées canadiennes. Que les participants décident de s’enrôler ou non, ces programmes offrent des occasions intéressantes d’acquérir des connaissances et des compétences relativement aux Forces armées canadiennes.

Programme d’initiation au leadership à l’intention des Autochtones : Il s’agit d’une expérience d’un an en matière d’éducation et de leadership par l’entremise du Collège militaire royal (CMR) du Canada. Dans le cadre de ce programme, les participants sont enrôlés à titre d’élèves-officiers et n’ont pas à payer leurs frais de scolarité ou leurs manuels. Les participants peuvent poursuivre leurs études au CMR en vue d’obtenir un diplôme tout en faisant partie des Forces.

Bold Eagle, Raven, Black Bear : Ces trois programmes d’instruction estivaux combinent le style de vie militaire à la sensibilisation culturelle pour donner un avant-goût de six semaines de l’instruction militaire avec la possibilité (sans l’obligation) de s’enrôler dans les Forces armées canadiennes. L’instruction est fondée sur la qualification de base de la Réserve de l’Armée et touche des sujets comme le maniement des armes, la navigation, les premiers soins, les exercices militaires et la survie. Les trois programmes commencent par un camp culturel animé par des aînés de différentes Premières nations et de différents groupes autochtones pour faciliter le passage de la vie civile à la vie militaire. Ce camp se concentre sur les croyances spirituelles communes.

Programme d’enrôlement des Autochtones des Forces armées canadiennes : Ce programme spécial de trois semaines permet d’acquérir une expérience concrète de l’instruction, des carrières et de la vie militaires, sans l’obligation de s’enrôler dans les Forces. Les participants reçoivent une rémunération et un certificat de réussite militaire à la fin du programme. Le transport, l’hébergement, la nourriture, les vêtements et le matériel sont fournis pour toute la durée du cours pendant que les participants découvrent la longue et fière histoire des Canadiens autochtones dans les forces armées et prennent part à des exercices militaires similaires à l’instruction de base.

Une fois les recrues enrôlées, les Forces armées canadiennes doivent leur fournir une instruction moderne et de premier ordre qui leur donnera de solides bases pour réussir. Les Forces armées canadiennes devront non seulement adapter l’instruction qu’elles offrent en fonction des besoins très techniques d’une force militaire moderne, mais elles devront aussi démontrer aux recrues potentielles qu’elles peuvent obtenir de la formation et des certificats dans des domaines techniques qui répondent aux normes de l’industrie et du secteur privé. Pour ce faire, elles devront notamment poursuivre leur longue tradition d’offrir une gamme complète de programmes d’études militaires dans des établissements réputés comme le Collège militaire royal du Canada, le Collège militaire royal de Saint-Jean et le Collège des Forces canadiennes.

Il est impératif que nous protégions notre investissement dans l’expertise et les connaissances que possèdent nos gens. La présente politique comprennent plusieurs initiatives conçues pour aider les Forces armées canadiennes à maintenir en poste le personnel talentueux qu’elles recrutent.

Les Forces armées canadiennes doivent effectuer l’examen constant de la solde et des avantages sociaux des membres de la Force régulière et de la Force de réserve pour s’assurer que le personnel militaire reçoit une rémunération juste qui correspond au service rendu au Canada. Le régime de rémunération équitable des Forces armées canadiennes va au-delà d’une solde adéquate et comprend toute une gamme d’avantages sociaux, de reconnaissances, de soins et de soutien tout au long de la carrière du militaire. Les Canadiens savent que lorsque nos militaires, femmes et hommes, partent en déploiement, ces derniers et leurs familles consentent des sacrifices énormes pour leur compte. Du moment où ils endossent l’uniforme, les membres des Forces armées canadiennes assument une responsabilité illimitée. Plus particulièrement, lorsque le gouvernement du Canada fait appel aux membres des Forces armées canadiennes pour qu’ils participent à un déploiement ailleurs dans le monde, il est de leur devoir d’y aller. Ainsi, afin que les membres des Forces armées canadiennes soient traités de manière égale et équitable pendant les déploiements, tous ceux qui participent à une opération internationale nommée Note de bas de page 3 seront désormais exonérés de payer de l’impôt sur les revenus jusqu’à concurrence d’une somme équivalent le salaire d’un lieutenant-colonel. Note de bas de page 4 Ce changement ne touchera aucunement l’évaluation ni l’octroi des indemnités de difficulté ou de risque auxquelles ont droit les membres des Forces armées canadiennes qui participent à un déploiement à l’étranger.

Allégement fiscal pour les opérations de déploiement

En ce moment, les allégements fiscaux auxquels a droit le personnel militaire participant à un déploiement ne sont pas appliqués de manière uniforme. La prestation vise à reconnaître les sacrifices considérables que consentent les membres des Forces armées canadiennes et leurs familles pour défendre le Canada et ses valeurs lorsqu’ils partent en déploiement dans le monde. Une application plus uniforme de cette prestation haussera le moral et représentera de manière plus équitable le fardeau qu’assument les militaires et leurs familles au service de notre pays.

De plus, les Forces armées canadiennes exploreront aussi la façon d’accroître la souplesse des carrières militaires, notamment en facilitant la transition entre le service militaire à temps plein et celui à temps partiel de façon à préserver de précieuses compétences militaires et permettre des changements dans les choix de carrière.

Les Forces armées canadiennes présenteront également de nouvelles mesures qui permettront à certains militaires qui ne satisfont plus à l’universalité de service – c’est-à-dire, l’exigence que tous les membres des Forces armées canadiennes doivent être aptes au déploiement – en raison d’une maladie ou d’une blessure subie pendant le service militaire de continuer de servir au cas par cas. Cela permettra de préserver des connaissances et des compétences précieuses dans les Forces armées canadiennes pour satisfaire à des exigences précises.

En résumé, pour demeurer compétitives sur le marché du travail, les Forces armées canadiennes devront adopter des approches administratives et de leadership plus personnalisées et offrir des choix de carrière, la satisfaction au travail et le soutien professionnel nécessaires à leur personnel et à leurs familles pour assurer leur réussite.

Nouvelles initiatives

Pour assurer l’efficacité du recrutement, de l’instruction et du maintien en poste de ses effectifs, l’Équipe de la Défense devra :

  1. Réduire de façon considérable le temps requis pour s’enrôler dans les Forces armées canadiennes en procédant à la réforme de tous les aspects du processus de recrutement militaire.
  2. Mettre en œuvre une campagne de recrutement pour promouvoir les occasions de carrière uniques à temps plein et à temps partiel offertes par les Forces armées canadiennes, en plus d’appuyer les principales priorités de recrutement, notamment l’embauche de plus de femmes, l’augmentation de la diversité, l’augmentation des effectifs des groupes professionnels prioritaires et la satisfaction des besoins de la Force de réserve.
  3. Rétablir le statut du Collège militaire royal de Saint-Jean en tant qu’établissement ayant les pleins pouvoirs d’attribution des grades afin de bien préparer les leaders des Forces armées canadiennes de la prochaine génération.
  4. Augmenter la capacité de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes en vue d’accueillir une quantité plus grande de recrues qui est associée à une force de taille plus grande.
  5. Élaborer et mettre en œuvre une stratégie complète sur le maintien de l’effectif des Forces armées canadiennes afin de maintenir en poste les militaires faisant preuve de talent en créant un milieu de travail accueillant et sain.
  6. Entreprendre un examen exhaustif des conditions de service et des cheminements de carrière afin d’offrir des choix de carrière plus personnalisés et plus flexibles.
  7. Moderniser le système des décorations et titres honorifiques des Forces armées canadiennes pour s’assurer que le service des militaires soit reconnu d’une manière plus appropriée et opportune.
  8. Mettre en œuvre la toute première stratégie intégrée pour les ressources humaines de façon à équilibrer la répartition optimale des tâches entre les militaires, les civils de la Défense et le secteur privé.
  9. Accorder à tous les membres des Forces armées canadiennes qui participent à une opération internationale nommée, quelle qu’elle soit, un revenu exempt d’impôt jusqu’au niveau de rémunération le plus élevé d’un lieutenant-colonel. Cette mesure ne touche aucunement les indemnités de difficulté, de risque ou d’opération prévues dans les Directives sur le service militaire à l’étranger (DSME), dont le versement se poursuivra. Cette initiative est rétroactive à janvier 2017.

Tirer profit de la diversité du canada

Les Forces armées canadiennes se sont engagées à faire preuve de leadership en ce qui a trait aux idéaux canadiens de diversité, de respect et d’inclusion, notamment en visant l’égalité entre les sexes et la création d’un effectif qui tirera profit de la diversité de la société canadienne. La population canadienne, unique, diversifiée et multiculturelle, constitue une des plus grandes forces de notre pays. Bien que des progrès aient été réalisés en ce qui a trait à la diversité, à l’inclusion et à l’égalité entre les sexes, nous pouvons en faire bien plus pour refléter la force et la diversité de la population que nous servons, tant dans l’effectif militaire que civil.

Nous sommes pleinement déterminés à mettre en œuvre notre stratégie et son plan d’action exhaustifs en matière de diversité, qui feront la promotion d’une culture institutionnelle favorisant la diversité et l’inclusion. Il s’agira notamment de renforcer la diversité dans l’identité des Forces armées canadiennes et dans notre doctrine, de moderniser la gestion des carrières et de toutes les politiques de manière à favoriser la diversité et l’inclusion et de mener des recherches ciblées pour mieux comprendre la diversité au sein du ministère de la Défense nationale.

Le fait de faire pleinement place à la diversité permettra d’améliorer l’efficacité opérationnelle militaire en mettant à profit toutes les forces de la population canadienne. En mettant sur pied une Équipe de la Défense composée d’hommes et de femmes de tous âges ayant de nouvelles perspectives, une plus vaste gamme de caractéristiques culturelles et linguistiques et autres qualités uniques, nous contribuerons directement aux efforts visant à acquérir une meilleure compréhension de notre monde, qui est de plus en plus complexe, et à relever efficacement les défis qu’il présente.

Les initiatives en matière de diversité et d’inclusion soutiennent également un bon nombre de nos objectifs relativement aux membres du personnel, ce qui comprend la création d’un environnement de travail positif et le soutien de leur santé et de leur bien-être globaux.

Les femmes dans les forces armées canadiennes :

Actuellement, 15 p. 100 des membres des Forces armées canadiennes sont des femmes. La moyenne de l’OTAN est de 11 p.100. Les Forces armées canadiennes se sont engagées à augmenter de 1 p.100 par année la représentation des femmes dans les forces armées dans le but d’atteindre 25 p.100 dans 10 ans. Cela permettra non seulement de contribuer à un changement de culture positif dans les Forces armées canadiennes, mais aussi d’augmenter l’efficacité opérationnelle globale.

Nouvelles initiatives

Afin de tirer pleinement profit de la diversité du Canada, l’Équipe de la Défense devra :

  1. Faire la promotion de la diversité et de l’inclusion à titre de valeur institutionnelle primordiale dans l’ensemble de l’Équipe de la Défense.
  2. Nommer un champion en matière de diversité qui surveillera la mise en œuvre de tous les aspects de la stratégie et du plan d’action en matière de diversité, y compris de la formation obligatoire sur la diversité à toutes les étapes du perfectionnement professionnel.
  3. Utiliser l’outil Analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) pour toutes les activités de défense dans l’ensemble des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale, de la conception et la mise en œuvre de programmes et de services soutenant notre personnel à l’acquisition d’équipement et à la planification opérationnelle.
  4. Mettre l’accent sur le recrutement et le maintien en poste de membres de groupes sous-représentés au sein des Forces armées canadiennes, ce qui comprend, sans s’y limiter, les femmes, les Autochtones et les membres des minorités visibles.
  5. Aspirer à jouer un rôle de leader dans l’équilibre entre les femmes et les hommes dans les forces armées en augmentant la proportion des femmes de 1 p.100 par année au cours des 10 prochaines années pour atteindre 25 p.100 de l’ensemble des forces.
ACS+ est un outil analytique utilisé pour évaluer les répercussions possibles des politiques, des programmes, des services et des autres initiatives sur divers groupes de personnes en tenant compte du genre et d’une gamme d’autres facteurs identitaires. Il s’agit d’un outil essentiel dans le processus de prise de décisions et il est reconnu comme une compétence vitale en soutien à l’élaboration de programmes et de politiques efficaces pour la population canadienne. Il donne aux responsables fédéraux les moyens de continuellement améliorer leur travail et d’obtenir de meilleurs résultats pour la population canadienne en répondant mieux à des besoins et à des circonstances spécifiques.

L’Équipe de la Défense s’est engagée pleinement à utiliser ACS+ dans l’élaboration et la mise en œuvre d’opérations, de politiques et de programmes de la Défense et s’est servie de cet outil comme composante intégrale de l’analyse pour l’élaboration de la présente politique de défense.

D’abord et avant tout, l’Équipe de la Défense appliquera les principes d’ACS+ à sa gamme complète de programmes et de services liés au recrutement ainsi qu’au soutien et aux soins offerts aux membres des Forces armées canadiennes. Cela sera essentiel pour veiller à ce que l’Équipe de la Défense puisse répondre aux besoins de son effectif diversifié et multiculturel à l’échelle du Canada.

L’instruction et l’éducation sont au centre de l’engagement de l’Équipe de la Défense envers ACS+ comme moyen de faire progresser l’égalité entre les sexes au Canada. De nouveaux programmes et de nouveaux cours sont en voie de mise en œuvre à tous les échelons de l’Équipe de la Défense pour veiller à ce que ces connaissances et ces outils primordiaux soient incorporés sur une base quotidienne.

L’Équipe de la Défense exigera que ses membres suivent une formation sur ACS+ et que toutes les politiques visant le personnel militaire soient examinées sous l’angle d’ACS+ et mises à jour au besoin.

L’Équipe de la Défense reconnaît également que les conflits, les catastrophes naturelles et les crises humanitaires touchent tout le monde différemment. L’Équipe intègre donc ACS+ à la planification et à la conduite d’opérations dans le but d’améliorer l’efficacité opérationnelle et de répondre aux besoins des personnes touchées de façon disproportionnée par les conflits et les crises. Cela comprend la création de postes de conseillers en matière d’égalité des sexes qui donneront des conseils en la matière relativement à la planification opérationnelle et à la doctrine et la mise de l’avant des valeurs de diversité, d’inclusion et d’égalité des sexes lors du travail avec d’autres pays. Le travail en vue de mettre en œuvre le programme sur les femmes, la paix et la sécurité défini dans la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et des résolutions connexes subséquentes constituera un aspect important de l’engagement militaire international du Canada, dont notre engagement renouvelé à l’égard des opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

La santé globale et des soins pour nos gens

L’Équipe de la Défense doit voir à répondre de manière appropriée aux besoins des personnes qui la composent – les militaires, leurs familles et les civils de la Défense, car ils sont au cœur de tout ce que nous faisons.

Cette obligation signifie pour les Forces armées canadiennes que les militaires et leurs familles sont bien soutenus dès le moment de leur enrôlement, tout au long de leur carrière et lors de leur retour à la vie civile. Il s’agit également de garder une porte ouverte pour les anciens combattants qui souhaitent travailler de nouveau dans les Forces armées canadiennes ou qui plus tard ont besoin d’aide et de soutien. Certes, tout cela est important pour la mise en place d’une organisation forte et agile, mais les Forces armées canadiennes ont également le devoir moral fondamental de prendre soin de ceux et celles qui ont accepté une responsabilité illimitée au service de leurs compatriotes.

Nous nous sommes engagés à fournir un service et un soutien plus flexibles et adaptés aux circonstances et aux besoins uniques de chaque militaire. Les besoins des militaires et des membres de leurs familles évoluent au fil de leur carrière, et les services et le soutien desquels ils dépendent doivent également le faire. Pour assurer le succès, le gouvernement du Canada doit être moins craintif et offrir des soins tout en étant beaucoup plus transparent et ouvert dans ses communications. Nous nous départirons des solutions universelles pour nous tourner vers des services davantage axés sur les gens, empreints de compassion, fiables et exhaustifs.

Cette nouvelle stratégie favorisera également une approche plus globale en matière de soins, baptisée « Santé et bien-être globaux ».Cette approche tient compte du bien-être psychologique en milieu de travail, de l’environnement de travail physique et de la santé personnelle, notamment des aspects physiques, mentaux, spirituels et familiaux de la vie des militaires. Le bien-être des membres actuels et passés des Forces armées canadiennes et de leurs familles dépend de la santé dans toutes ces sphères.

Pour offrir du soutien, des soins et des services appropriés en vue d’assurer la santé et le bien-être globaux des membres des Forces armées canadiennes, nous investirons 198,2 millions de dollars pendant la durée de cette politique dans le but de mettre en œuvre la stratégie Santé et bien-être globaux. Celle-ci élargira la gamme des soins au-delà du modèle traditionnel des soins de santé pour inclure la prévention, le traitement et le soutien. Elle offrira aussi une gamme plus vaste de services et de programmes en soutien à la santé et au bien-être. Notons que la stratégie comprend des initiatives clés visant à :

  • soutenir la santé et la résilience;
  • promouvoir une culture de comportements sains; et
  • soutenir les familles des militaires.

Les Forces armées canadiennes continueront également d’offrir une gamme complète de services de santé physique sûrs et de grande qualité par l’entremise d’un système bien régi de soins de santé qui atteint ou dépasse les normes canadiennes, que ce soit en garnison ou pendant les opérations.

La santé mentale et le bien-être en milieu de travail des civils de la défense sont également essentiels au succès des Forces armées canadiennes compte tenu de l’important rôle que ceux-ci jouent au sein d’une Équipe de la Défense civilo-militaire intégrée. Ces civils font face à des situations associées à leur statut de professionnels de la défense qui n’existent nulle part ailleurs dans la fonction publique. Nous nous sommes engagés à fournir aux employés civils un milieu de travail sain et positif, du soutien en matière de santé mentale et d’autres types de soutiens dont ils ont besoin.

Soutenir la santé et la résilience

Servir dans les Forces armées canadiennes est extrêmement gratifiant, mais le service militaire est très exigeant et impose des stress particuliers, qui peuvent avoir des répercussions profondes sur tous les aspects de la santé. Ces répercussions vont des traumatismes psychologiques pouvant survenir lors de déploiements aux tensions que les déménagements fréquents peuvent créer chez les militaires et leurs familles ainsi que dans les domaines des relations personnelles, des finances et des réseaux sociaux.

En comparaison au reste de la population canadienne, les militaires souffrent en plus grand nombre de dépressions et du trouble de stress post-traumatique. Au cours des dernières années, une tendance à la hausse inquiétante du taux de suicide est apparue. Le suicide comprend généralement un élément de maladie mentale et d’autres facteurs de stress qui peuvent être aggravés par les exigences du service militaire, particulièrement si les mécanismes de soutien et les services nécessaires ne sont pas demandés ou en place.

La santé mentale et le suicide sont des enjeux complexes qui n’ont pas de solutions simples. Toutefois, nous sommes résolus à continuellement améliorer notre approche et à fournir les meilleurs soins et le meilleur soutien qui soient. La santé mentale est un aspect critique de la santé globale. Dans ce but, nous allons employer des pratiques et des technologies modernes et fondées sur les preuves, et nous allons nouer des relations de coopération avec des chefs de file mondiaux dans le domaine de la santé mentale afin de continuer à améliorer les soins et à accroître nos connaissances et notre expertise dans le domaine. Nous devons tout particulièrement faire mieux en ce qui concerne les soins et les traitements que nous offrons à nos militaires qui sont atteints de blessures graves liées à la réaction de stress qui peuvent aller du stress de combat léger au trouble de stress post-traumatique.

Les membres des Forces armées canadiennes peuvent également souffrir de blessures de stress opérationnel. Utilisé pour décrire toute difficulté psychologique persistante éprouvée à la suite de l’exécution de tâches opérationnelles dans les Forces armées canadiennes, ce terme comprend un vaste éventail de problèmes, dont les troubles d’anxiété, la dépression et le trouble de stress post-traumatique ainsi que d’autres troubles moins graves qui perturbent néanmoins la vie de tous les jours. Les blessures de stress opérationnel sont des troubles psychiatriques complexes, dont bon nombre ne sont pas bien compris. Puisqu’il en est ainsi, les Forces armées canadiennes offrent divers programmes et services axés sur la prévention et le traitement des problèmes de santé mentale, et elles disposent de sept centres de soutien pour trauma et stress opérationnels au Canada qui offrent des traitements médicaux fondés sur des données probantes pour les blessures de stress opérationnel.

Les Forces armées canadiennes ont fait beaucoup de progrès quant au changement des attitudes internes par rapport à ces blessures, notamment en réduisant la stigmatisation et le stress professionnels qui empêchaient les gens de déclarer leurs problèmes. Or, il y a encore beaucoup de pain sur la planche. Il faut prendre soin de ceux qui sont en service actuellement ainsi que de ceux qui ont servi par le passé et qui éprouvent de la difficulté à répondre aux exigences de la vie civile.

Du soutien et des services efficaces aideront les Forces armées canadiennes à être plus résilientes devant les difficultés et à augmenter la préparation opérationnelle. Nous sommes déterminés à moderniser le système de santé des Forces armées canadiennes, à supprimer les obstacles aux soins, à éliminer la stigmatisation asso­ciée au recours à l’aide, et à voir à ce que tous les outils nécessaires soient en place pour déterminer et fournir les soins appropriés aux personnes qui en ont besoin.

Nouvelles initiatives

Pour améliorer la résilience et la santé de ses membres, les Forces armées canadiennes devront :

  1. Améliorer le système de santé des Forces armées canadiennes de manière à ce qu’il réponde aux besoins uniques des militaires en leur offrant des soins efficaces, qu’ils soient en service au Canada ou à l’étranger. Cette mesure comprend également l’augmentation des effectifs des Services de santé de 200 personnes.
  2. Mettre en œuvre une Stratégie conjointe de prévention du suicide, au ministère de la Défense nationale et à Anciens Combattants Canada, pour laquelle nous embaucherons de nouveaux professionnels de la santé mentale et mettrons en œuvre un cadre conjoint axé sur la prévention du suicide dans l’ensemble de la communauté des militaires et des anciens combattants.
  3. Supprimer les obstacles aux soins, y compris par la création d’un milieu exempt de préjugés dans lequel les militaires sont encouragés à faire part de leurs préoccupations en matière de santé de quelque nature que ce soit et à demander de l’aide appropriée quand ils en ont besoin.

Promouvoir une culture axée sur le leadership, le respect et l’honneur

Les Forces armées canadiennes sont déterminées à offrir un milieu de travail exempt de harcèlement et de discrimination. En plus d’une gamme d’initiatives axées sur l’égalité entre les sexes, la diversité et l’inclusion, et de la stratégie Santé et bien-être globaux, nous continuerons à mettre en œuvre toutes les recommandations du rapport Deschamps sur les comportements sexuels inappropriés au sein des forces armées. De plus, nous poursuivrons d’autres programmes en matière d’éthique de la Défense et de leadership ainsi que des autres initiatives liées à l’inclusion, à la diversité et au respect.

Amélioration des enquêtes et des poursuites liées aux infractions d’ordre sexuel

Les Forces armées canadiennes se sont engagées à améliorer la manière dont elles mènent les enquêtes et les poursuites liées aux infractions sexuelles et ont mis en œuvre plusieurs initiatives dans ce but, notamment :

  • La création, au sein de la Police militaire, d’équipes d’intervention en cas d’infraction sexuelle. Les membres de ces équipes reçoivent une formation spécialisée portant sur l’enquête des crimes d’ordre sexuel, qui comprend les toutes dernières techniques d’enquête et d’entrevue;
  • Une formation plus approfondie pour la Police militaire afin d’aider à répondre aux besoins des victimes et des survivants d’agressions sexuelles tout en recueillant les preuves nécessaires;
  • Des mesures pour faire en sorte que l’information sensible recueillie dans le cadre des enquêtes soit protégée de toute divulgation inutile afin de donner aux victimes et aux survivants d’agressions sexuelles la confiance nécessaire pour signaler ces comportements;
  • De nouvelles directives du Directeur des poursuites militaires à l’intention des procureurs militaires afin d’aider à réduire les traumatismes chez les victimes et les survivants d’agressions sexuelles pendant les procédures judiciaires et de faire en sorte qu’ils soient traités avec la délicatesse qui s’impose; et
  • De la formation continue pour les procureurs pour les aider à mieux traiter les infractions sexuelles conformément aux pratiques exemplaires.

Les Forces armées canadiennes sont résolues à enquêter sur ces crimes graves et à poursuivre les contrevenants en justice, et elles continueront d’explorer d’autres initiatives pour améliorer leur capacité d’appuyer les victimes et les survivants d’agressions sexuelles et de traduire les contrevenants en justice.

Les progrès réalisés jusqu’ici dans la mise en œuvre des recommandations du rapport Deschamps démontrent clairement l’engagement des Forces armées canadiennes envers l’élimination et la prévention des comportements sexuels dommageables et inappropriés, ainsi que les infractions d’ordre sexuel dans leurs rangs. Cet engagement a commencé par la reconnaissance sans équivoque, par les dirigeants militaires supérieurs, que les comportements sexuels inappropriés constituent un problème grave et inacceptable au sein des Forces armées canadiennes. Cette politique réaffirme notre engagement à trouver des solutions qui se traduiront par un changement de culture positif et durable.

Un changement de culture positif exige un engagement à promouvoir le respect de tous les militaires en tant que participants égaux à la collectivité des Forces armées canadiennes. Jusqu’à ce que ce changement de culture soit pleinement réalisé, la priorité demeurera l’offre de meilleurs soins aux victimes et aux survivants, au moyen d’un soutien adapté et individualisé. Le Centre d’intervention en matière d’inconduite sexuelle a été mis sur pied, et il est le tout premier centre de soutien indépendant à l’intention des membres des Forces armées canadiennes. Il offre aux victimes des options pour obtenir de l’information et du soutien de façon confidentielle. Les ressources à l’échelle des Forces armées canadiennes, des services de santé aux aumôniers, en passant par l’Ombudsman, les dirigeants supérieurs, la Police militaire et le système de justice militaire, ont également été améliorées et d’autres améliorations suivront.

Pour veiller à ce que les résultats escomptés soient obtenus, des mécanismes de suivi et de mesure ont été mis en place. L’Équipe de la Défense fait le point régulièrement sur ses progrès dans le traitement de cette question importante. Des modifications seront apportées si nécessaire pour veiller à ce que le changement de culture positif attendu ait lieu.

Opération HONOUR : Institutionnaliser le changement de culture

En mars 2015, la juge Marie Deschamps a publié les conclusions de son examen externe des politiques, des procédures et des programmes des Forces armées canadiennes relativement aux agressions et au harcèlement sexuels, y compris l’efficacité de la mise en œuvre actuelle de ces politiques. La juge Deschamps a présenté dans son rapport 10 recommandations, que le chef d’état-major de la défense a acceptées sans réserve, et dont la mise en œuvre a été institutionnalisée dans toute l’Équipe de la Défense dans le cadre de l’opération HONOUR.

L’opération HONOUR constitue la mission des Forces armées canadiennes visant à éliminer les comportements sexuels dommageables et inappropriés dans ses rangs. Cette opération est fondée sur les principes suivants :

  • Chaque femme et chaque homme qui sert son pays mérite d’être traité avec dignité et respect – rien de moins n’est acceptable; et
  • Toute attitude ou tout comportement minant la camaraderie, la cohésion et la confiance des militaires actifs menace la réussite opérationnelle à long terme des Forces armées canadiennes.

L’opération HONOUR vise à mettre en œuvre le changement de culture positif décrit par la juge Deschamps par l’entremise de quatre lignes d’effort :

  • Comprendre la question des comportements sexuels dommageables et inappropriés;
  • Répondre aux incidents de façon plus décisive;
  • Soutenir les victimes de façon plus efficace; et
  • Prévenir les incidents.

Nouvelles initiatives

Pour éliminer les comportements dommageables et veiller à la mise en place d’un milieu de travail exempt de harcèlement et de discrimination, l’Équipe de la Défense devra :

  1. Assurer la mise en œuvre complète des 10 recommandations du rapport Deschamps par l’entremise de l’opération HONOUR.
  2. Fournir une gamme complète de services de soutien aux victimes et aux survivants pour les membres des Forces armées canadiennes.
  3. Traiter les plaintes de harcèlement sexuel d’une manière claire et en temps opportun par la simplification des procédures officielles de plaintes.
  4. Communiquer ouvertement et de façon transparente les progrès réalisés dans la résolution de ce problème important à la fois aux membres des Forces armées canadiennes et à la population canadienne.

Soutenir les familles des militaires

Les familles sont la force derrière l’uniforme. Les membres des familles des militaires partagent le stress et la tension qui proviennent des opérations de déploiement dangereuses et des longues séparations qui en découlent. Les familles font également d’importants sacrifices et affrontent les difficultés associées aux déménagements fréquents comme d’avoir à se trouver un nouveau médecin de famille ou une garderie, à transférer les enfants d’une école à une autre ou d’un système scolaire à un autre, à rétablir les autorisations d’exercer et à subir les inconvénients que présente le besoin de refaire les permis de conduire et les immatriculations de véhicules lorsque l’on change de province. Elles doivent également composer avec l’instabilité financière qu’entraînent ces déménagements fréquents, que ce soit à cause de la perte d’un emploi, des systèmes fiscaux différents ou des changements aux indemnités de vie chère.

Les familles constituent la plus grande source de soutien pour les membres des Forces armées canadiennes et elles sont essentielles au succès de nos forces armées. Elles apportent une contribution incroyable à l’efficacité opérationnelle des Forces et doivent avoir accès au soutien et aux services qu’elles méritent, pour composer avec les défis et les stress propres à la vie militaire familiale. L’adoption d’un plan global pour les familles des militaires permettra de réduire considérablement les perturbations liées aux déménagements fréquents.

Les Forces armées canadiennes sont déterminées à améliorer le soutien qu’elles offrent aux familles des militaires, y compris au moyen des services de première ligne offerts par les centres de ressources pour les familles des militaires.

Nouvelles initiatives

Pour améliorer les services et le soutien offerts aux membres des familles des militaires, l’Équipe de la Défense devra :

  1. Créer des équipes dans les escadres et les bases à l’échelle du Canada, en partenariat avec les Centres de ressources pour les familles des militaires, pour prévenir la violence sexospécifique et intervenir.
  2. Améliorer l’accès aux services psychologiques par l’intermédiaire de travailleurs sociaux et d’aiguillages vers des programmes et des services communautaires.
  3. Élaborer un plan global pour les familles des militaires afin de stabiliser davantage la vie familiale des mem­bres des Forces armées canadiennes et de leurs familles qui sont tenus d’effectuer fréquemment des déménage­ments. Il s’agira notamment de :
    • Fournir six millions de dollars additionnels par an­née pour moderniser les programmes de soutien aux familles des militaires, tels que les Centres de ressources pour les familles des militaires, en vue d’offrir un meilleur soutien aux familles lorsque les militaires sont en mission ou lorsqu’ils s’absentent.
    • Mettre en place une expertise de la relocalisation pour aider les familles des militaires à faire appel aux services dont ils ont besoin dans la nouvelle communauté.
    • Travailler avec des partenaires fédéraux, provinciaux et du secteur privé pour améliorer la coordination des services entre les provinces dans le but d’alléger le fardeau des déménagements.

Réinventer la transition

La vie comme membre des Forces armées canadiennes en est une de transitions constantes, du jour où une personne passe la porte du centre de recrutement, jusqu’au jour où elle quitte l’uniforme et au-delà. Pendant leur carrière, les militaires occuperont différents emplois, seront affectés à diverses bases partout au pays, participeront à des exercices d’entraînement, et prendront part à des déploiements au pays et à l’étranger. Mettre le « service avant soi » – l’éthos des Forces armées canadiennes – exige des changements fréquents dans leurs vies, qui peuvent causer un stress important aux militaires et à leurs familles. Ce stress est particulièrement grand pour ceux qui sont atteints d’une blessure ou d’une maladie qui les empêche de retourner au service actif. C’est pourquoi, lorsque vient le temps pour nos militaires de faire la transition à la vie civile, nous devons travailler avec Anciens Combattants Canada pour leur fournir les meilleurs soins et le meilleur soutien qui soient.

Alors que les recrues reçoivent beaucoup d’attention individuelle pendant leur instruction pour devenir des marins, des soldats ou des aviateurs, la même approche n’existe pas pour les membres qui partent à la retraite. La présente politique vise à corriger cette situation non seulement parce que c’est la bonne chose à faire, mais aussi parce que prendre soin de ses membres est un élément essentiel pour faire en sorte que nous puissions attirer et maintenir en poste les meilleurs et les plus brillants.

Cette politique réinvente la façon dont nous abordons la transition. Nous allons veiller à ce que les membres reçoivent le soutien professionnel, adapté et individualisé dont ils ont besoin pour effectuer la transition. Ce soutien allégera leur adaptation et leur permettra de continuer à mener une vie productive et utile.

Pour fournir le soutien professionnel et individuel à tous ses membres, y compris à ceux qui font la transition à la vie civile, les Forces armées canadiennes rétabliront un service d’administration du personnel composé d’experts dans la gestion des ressources humaines militaires. Un nouveau Groupe de transition des Forces armées canadiennes, commandé par un officier général, sera établi. Tous les militaires pourront utiliser les services de ce groupe, dans lequel le personnel professionnel veillera à ce que toutes les formalités administratives d’avant la libération et de pension soient terminées et que les indemnités soient en place avant le début de la transition. Ce groupe veillera également à ce que les retraités soient au courant des programmes de réorientation professionnelle offerts par l’Équipe de la Défense et Anciens Combattants Canada ou par des fournisseurs tiers (counselling de carrière individuel, services de réadaptation professionnelle, de recherche d’emploi et de placement ou de culture financière) ou qu’ils s’y inscrivent.

Tous les membres qui prennent leur retraite ont besoin de soutien pendant la transition, mais ce besoin est plus prononcé pour les personnes blessées ou malades. Le Groupe de transition des Forces armées canadiennes s’occupera des personnes blessées ou malades pour qu’elles reprennent le service actif. Pour les personnes qui ne peuvent plus porter l’uniforme, le Groupe de transition leur offrira du soutien personnalisé, axé sur leur situation ou leurs besoins uniques. Ce soutien est essentiel au bien-être de notre personnel.

Pendant que nous travaillons avec les personnes qui quittent la vie militaire, nous sommes soucieux de collaborer avec Anciens Combattants Canada pour combler tous les écarts qui restent entre le soutien et les services offerts par nos organisations respectives pour faire en sorte que nos militaires continuent de recevoir sans interruption les soins dont ils ont besoin et qu’ils ont mérités. Le départ des Forces armées canadiennes représente un grand bouleversement et peut entraîner du stress pour les militaires et leurs familles. En collaboration avec les militaires et leurs familles, le personnel professionnel du Groupe de transition des Forces armées canadiennes veillera à ce qu’ils soient prêts aux changements à venir.

Nouvelles initiatives

Pour mieux répondre aux besoins des membres blessés et malades, et de ceux qui partent à la retraite, l’Équipe de la Défense devra :

  1. Établir un service d’administration du personnel composé d’experts en gestion des ressources humaines militaires et en administration du personnel dans le but de centraliser et d’améliorer les services de ressources humaines militaires pour tous les membres des Forces armées canadiennes.
  2. Affecter à l’appui des services de transition une partie des effectifs supplémentaires accordés aux Services de santé.
  3. Mettre sur pied un nouveau Groupe de transition des Forces armées canadiennes qui fournira le soutien à tous les militaires pour une transition sans heurts à la vie civile. Ce groupe, commandé par un officier général et composé d’experts en ressources humaines et en administration du personnel, comptera environ 1 200 membres, parmi lesquels figureront du personnel spécialisé et des militaires blessés ou malades qui se préparent à reprendre le service actif ou à faire la transition vers la vie civile. Il fournira du soutien personnalisé pleinement engagé pour aider à la transition de tous les membres des Forces armées canadiennes, et plus particulièrement les personnes malades ou blessées, y compris celles qui souffrent de blessures de stress graves ou psychologiques.
  4. Voir à ce que toutes les indemnités sont en place avant qu’un militaire effectue la transition vers la vie civile.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :