Questions et réponses sur la présence des PFC dans les aliments

Question 1 : Que sont les PFC?

Réponse 1 : Les composés perfluorés (PFC) sont des produits chimiques synthétiques; le perfluorooctane sulfonate (PFOS), le perfluorooctanoate (PFOA) et le perfluorooctane sulfonamide (PFOSA) en font partie. Les PFC sont utilisés dans une vaste gamme de produits industriels et de consommation tels que les adhésifs, les cosmétiques, les produits de nettoyage et les mousses extinctrices. Les PFC sont aussi utilisés dans les agents hydrophobes, oléophobes et antitaches pour les tissus et le papier.

Question 2 : Comment les PFC se retrouvent-ils dans les aliments?

Réponse 2 : Les PFC se retrouvent dans les aliments de diverses façons. Les animaux et les plantes utilisés pour la production alimentaire peuvent bioaccumuler des composés perfluorés qui sont présents dans l'air, l'eau, le sol et, en ce qui a trait aux animaux, dans leur nourriture. Les études Note de bas de page 1,Note de bas de page 2 menées par la Division de la recherche sur les aliments de Santé Canada ont permis de démontrer que l'emballage alimentaire ne constitue pas une source importante de certains PFC tels que les PFOA et les PFOS dans les aliments.

Question 3 : Dans quels aliments retrouve-t-on des PFC le plus fréquemment?

Réponse 3 : Santé Canada et la United Kingdom Food Standards Agency ont tous deux mené des enquêtes sur la présence de PFC dans les aliments. Les données indiquent que certains animaux utilisés pour la production alimentaire bioaccumulent et bioconcentrent les PFC, et que les plantes alimentaires peuvent également accumuler les PFC. L'éventail des aliments qui ont été soumis à l'enquête dans le cadre de l'étude canadienne sur l'alimentation tôtale (ÉAT) Note de bas de page 1,Note de bas de page 2 comprennent : les viandes, les poissons, les aliments de restauration rapide et les aliments préparés à même leur emballage. Actuellement, les données dont on dispose sont insuffisantes pour déterminer avec certitude si la présence de PFC est plus fréquente dans certains types d'aliments.

Question 4 : La cuisson, réduit-elle la quantité de PFC dans les aliments?

Réponse 4 : Dans le cadre d'une étude à laquelle la Division de la recherche sur les aliments de Santé Canada a participé, on s'est penché sur l'influence de la cuisson sur la concentration des PFC dans les aliments. Les concentrations de PFC (de l'ordre de parties par milliards) dans le poisson et les mollusques, qu'ils aient été cuits au four, bouillis ou frits, se sont révélées réduites de 54 à 100 % par rapport aux concentrations présentes alors qu'ils étaient à l'état cru.

Question 5 : Dans les autres pays, quelles concentrations de PFC a-t-on détectées dans les aliments?

Réponse 5 : Actuellement, Santé Canada et la United Kingdom Food Standards Agency sont les seuls organismes gouvernementaux à avoir mesuré les concentrations de PFC dans certains aliments. Les concentrations de PFC dans les aliments vendus au Canada sont du même ordre que celles qui ont été trouvées ailleurs. Ces valeurs sont de l'ordre de nanogrammes par gramme (ng/g), ce qui est équivalent aux parties par milliard (ppb).

Question 6 : L'exposition aux PFC par les aliments peut-elle nuire à ma santé?

Réponse 6 : L'exposition à certains PFC, en particulier au PFOS et au PFOA, a été associée à divers effets nocifs pour la santé chez les animaux de laboratoire, dont des atteintes aux fonctions immunitaires, hépatiques et thyroïdiennes. Selon les résultats obtenus lors de l'ÉAT de 2004 menée par la Division de la recherche sur les aliments de Santé Canada, au Canada, l'ingestion estimée de PFA (acides perfluorés) par la voie alimentaire était de 4,0 ng/kg pc/jour, soit une ingestion qui est d'environ six fois supérieure à celle des PFOSA détectés dans les échantillons provenant de la même ÉAT. Néanmoins, l'ingestion estimée de PFC par la voie alimentaire chez les Canadiennes et les Canadiens est au moins 10 000 fois inférieure aux doses associées aux effets nocifs pour la santé observés chez les animaux de laboratoire. Ainsi, on ne s'attend pas à ce que l'exposition aux PFC par la voie alimentaire constitue un risque important pour la santé humaine.

Question 7 : Quelles sont les sources les plus importantes d'exposition aux PFC chez l'humain?

Réponse 7 : On a détecté des PFC dans le sol, l'eau, l'air, la poussière, les boues d'épuration, les sédiments et les aliments. Ainsi, les humains peuvent être exposés aux PFC par diverses voies. Il en reste beaucoup à découvrir au sujet des sources et des voies de l'exposition humaine à ces substances chimiques, mais la présence répandue des PFC dans le sang des enfants et des adultes nord-américains permet de présumer que l'exposition provient des mêmes sources pour tous les groupes d'âges. Les études réalisées par Santé Canada indiquent que les aliments pourraient constituer l'une des voies d'exposition importantes à cette famille de composés, mais l'exposition par la voie alimentaire demeure de loin inférieure à celle que l'on considère comme étant dangereuse pour la santé humaine.

Question 8 : Depuis combien de temps ces substances chimiques sont-elles utilisées au Canada et pourquoi n'en entendons-nous parler que maintenant?

Réponse 8 : Les PFC sont utilisés à travers le monde depuis relativement peu de temps, soit depuis environ 50 ans et jusqu'à récemment, on les croyait inactifs sur le plan biologique. Il y a de cela plusieurs années, lorsque Environnement Canada et Santé Canada ont constaté la persistance des PFC dans l'environnement, les deux organismes ont entrepris des recherches sur ces composés. Depuis, les deux ministères ont mené des évaluations des risques pour l'environnement et la santé humaine que provoquent les PFC, et les résultats ont été diffusés au sein du public. De plus, ce n'est que récemment que Santé Canada a compilé des données suffisantes pour formuler des commentaires significatifs sur l'exposition aux PFC par la voie alimentaire au sein de la population canadienne et sur l'évolution des concentrations de PFC dans les aliments au fil du temps.

Question 9 : Au Canada, les PFC font-ils l'objet d'une réglementation?

Réponse 9 : Le gouvernement du Canada a ajouté le PFOS, ses sels et ses précurseurs à la  Liste des substances toxiques qui paraît à l'Annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, 1999, car le PFOS, ses sels et ses précurseurs pénètrent dans l'environnement en quantité, en concentration ou dans certaines conditions qui peuvent ou pourraient exercer un effet nocif immédiat ou à long terme sur l'environnement et sa diversité biologique. Une  stratégie de gestion du risque a été mise au point, laquelle décrit les mesures proposées par Environnement Canada pour prévenir la réintroduction du PFOS sur le marché canadien et la réduction ou l'élimination des rejets futurs de PFOS dans l'environnement. Environnement Canada travaille aussi avec d'autres pays pour favoriser la réduction et finalement, l'élimination de la fabrication et de l'utilisation de PFOS à travers le monde.

Question 10 : Pourquoi le PFOS est-il le seul PFC à paraître dans la Liste des substances toxiques de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, 1999?

Réponse 10 : Le PFOS a été utilisé à grande échelle partout au Canada et ailleurs dans le monde, et il se révèle très persistant dans l'environnement. Par conséquent, les travaux de recherche ont ciblé la compréhension de cette substance chimique particulière. Plus récemment, d'autres études ont été réalisées sur les PFC et au besoin, d'autres PFC pourraient, à l'avenir, faire l'objet d'une réglementation en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement.

Question 11 : Dans les autres pays, les PFC font-ils l'objet d'une réglementation?

Réponse 11 : Oui. Les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union européenne, la Norvège, la Suède et l'Australie, de même que plusieurs groupes internationaux travaillent à la mise au point de stratégies pour réduire les émissions de PFC et trouver des options plus sécuritaires pouvant accomplir les mêmes tâches. Les détails sur la stratégie de chaque pays et de chaque groupe peuvent être consultés à la section 6.0 de la stratégie de gestion du risque d'Environnement Canada à l'égard du PFOS, de ses sels et de ses précurseurs.

Ressources additionnelles:

  • Les composés perfluorés (PFC) datsns les alimen
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :