N-Phénylanilines substituées (NPAS) - fiche d'information

Sur cette page

À propos de ces substances

  • Quatorze N-phénylanilines substituées (NPAS) ayant des structures chimiques et des propriétés physico-chimiques similaires ont été étudiées dans le cadre de l'Initiative des groupes de substances du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC).
  • Une de ces substances est dénommée N-phénylaniline, produits de la réaction avec du styrène et du 2,4,4-triméthylpentène, aussi appelée BNST (No CAS 68921-45-9).
  • En 2009, le BNST a déjà fait l'objet d'une évaluation dans le cadre du Défi. À ce moment-là, il avait été conclu que le BNST pénétrait dans l'environnement à des niveaux pouvant constituer un danger pour l'environnement. Toutefois, en se basant sur de nouveaux renseignements obtenus depuis l'évaluation originale, le BNST a été réévalué dans le cadre la présente évaluation des NPAS.
  • Ces 14 NPAS sont des produits chimiques industriels qui ne sont pas présents naturellement dans l'environnement.
  • Au Canada, les NPAS sont principalement utilisées comme antioxydants dans des lubrifiants industriels ou pour automobile. Elles sont aussi utilisées à un degré moindre pour la production de matières plastiques, de mousses de polyuréthane et de produits à base de caoutchouc. Les NPAS peuvent être utilisées en remplacement l'une de l'autre.

Exposition des Canadiens et de l'environnement

  • L'exposition des Canadiens aux NPAS dans les milieux de l'environnement (par exemple air, eau, sédiments ou sol) devrait être faible.
  • L'exposition des Canadiens aux NPAS due à l'utilisation de produits disponibles pour les consommateurs, comme des matériaux de rembourrage en mousse ou des lubrifiants pour automobile, devrait être faible.
  • Au Canada, la production des NPAS devrait être le secteur principale menant au rejet de ces substances dans l'environnement aquatique.
  • Les NPAS peuvent aussi être rejetées dans l'environnement lors d'activités industrielles (par exemple, mélanges de lubrifiants, production de matières plastiques ou de produits à base de caoutchouc) ou lors de l'utilisation de lubrifiants.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l'environnement

  • Certaines NPAS sont associées à des effets nocifs sur la santé, sur le foie et le sang. Ces effets ont été considérés « critiques » ou importants pour la caractérisation des risques pour la santé humaine de la présente évaluation.
  • Le potentiel d'effets nocifs sur l'environnement dus aux NPAS est faible. Toutefois, ces substances sont persistantes et certaines ayant un potentiel d'absorption par des organismes plus élevé présentent un potentiel de danger pour l'environnement relativement plus élevé.

Résultats de l'évaluation des risques

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique des substances du groupe des NPAS, appelée une évaluation préalable, afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l'environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)] le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer les effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement) et les niveaux d'exposition des personnes ou de l'environnement. Une substance peut avoir un potentiel de danger élevé, mais le risque pour la santé humaine et l'environnement dépend du niveau d'exposition à la substance.
  • Les résultats de l'évaluation préalable finale indiquent que les concentrations de NPAS dans l'environnement sont inférieures au niveau pouvant causer des effets nocifs sur des organismes.
  • En se basant sur une comparaison des niveaux auxquels les Canadiens peuvent être exposés et des niveaux associés à des effets sur la santé, il a été déterminé que le risque posé à la santé humaine par ces 14 NPAS est faible.
  • Le gouvernement du Canada a publié l'Évaluation préalable finale des N-phénylanilines substituées le 9 décembre 2017.

Conclusions de l'évaluation des risques

  • Par suite à cette évaluation préalable, le gouvernement du Canada a conclu que ces 14 NPAS, y compris le BNST, ne pénètrent pas dans l'environnement à des niveaux qui sont nocives pour l'environnement.
  • Le gouvernement du Canada a aussi conclu que ces substances ne sont pas novices pour la santé humaine aux niveaux actuels d'exposition.

Mesures préventives et réduction des risques

  • Étant donné la modification de la conclusion relative au BNST, le gouvernement du Canada propose d'éliminer le BNST de l'Annexe 1 de la LCPE (1999), aussi appelé Liste des substances toxiques.
  • Le Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2012) a aussi été modifié afin de lever les restrictions s’appliquant au BNST.
  • Bien que ces 14 NPAS ne soient pas considérées nocives pour la santé humaine ou l'environnement aux niveaux actuels d'exposition, certaines d'entre-elles renferment des structures chimiques pouvant être absorbées par des organismes. Si les niveaux d'exposition venaient à croître, elles pourraient donc être préoccupantes pour l'environnement. Des activités de suivi dans le cas des 9 substances de No CAS 4175-37-5, 10081-67-1, 27177-41-9, 36878-20-3, 68411-46-1, 68442-68-2, 68608-79-7, 68921-45-9 et 184378-08-3 comprendront des initiatives de collecte de données à leur sujet, telles qu'une enquête obligatoire menée en vertu de l'article 71 de la LCPE (1999).
  • Le gouvernement du Canada utilisera les données collectées lors de ces activités de suivi afin d'établir des priorités pour une collecte ultérieure de renseignements sur ces substances ou pour une évaluation des risques, si cela est nécessaire.

Important à savoir

  • Certaines NPAS peuvent être présentes dans certains produits de consommation. Les Canadiens devraient respecter les mises en garde et les instructions inscrites sur les étiquettes des produits, et éliminer ces produits de manière responsable. Les produits, y compris les huiles usées, peuvent être rapportés dans le cadre d'un Programme de bonne gestion de produits approprié de leur juridiction.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à des NPAS en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :