Page 7 : Guide canadien d'immunisation : Partie 3 - Vaccination de populations particulières

Immunisation des personnes atteintes de maladies chroniques

Introduction

Les maladies chroniques peuvent faire augmenter le risque d'infection d'une personne ou le risque de maladie plus grave chez une personne si une infection survient. Le risque accru d'exposition nosocomiale à des maladies évitables par la vaccination existe également en raison de la probabilité accrue d'une hospitalisation prolongée et de visites fréquentes à une clinique de consultation externe associée à la maladie chronique. Par conséquent, il importe que les personnes atteintes de maladies chroniques et qui sont immunocompétentes soient immunisées à la fois avec des vaccins vivants et inactivés en respectant les calendriers d'immunisation systématique. Les vaccins peuvent être moins immunogènes dans cette population, et des vaccins supplémentaires, des doses supplémentaires ou des doses plus fortes de vaccins peuvent s'avérer nécessaires pour assurer une protection adéquate. Idéalement, la vaccination la plus efficace est effectuée au début de la maladie lorsque la réponse immunitaire est susceptible d'être semblable à celle d'autres personnes du même âge mais qui ne sont pas atteintes d'une maladie chronique. Si une maladie évolue et qu'un traitement immunosuppresseur est requis, les exigences et recommandations en matière de vaccin peuvent changer. Voir Tableau 1 afin d'obtenir un résumé des recommandations concernant la vaccination de personnes atteintes de maladies chroniques. Veuillez également consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 afin d'obtenir des renseignements concernant la vaccination des personnes immunodéprimées.

En général, les personnes atteintes de maladies chroniques sont également plus susceptibles de contracter une pneumococcie invasive (PI) ou une grippe, ou de présenter des complications liées à la grippe, et devraient être immunisées d'après les vaccins et le calendrier recommandés, tel que cela figure au Tableau 1. Veuillez consulter les chapitres Vaccin antigrippal et Vaccin contre le pneumocoque de la partie 4 afin d'obtenir plus de renseignements.

Asplénie ou hyposplénie

Les sujets aspléniques ou hypospléniques ont une fonction splénique absente ou défaillante. Cet état est dû à une absence congénitale de la rate, à une ablation chirurgicale de cet organe ou à une maladie causée par une fonction splénique anormale ou absente comme la drépanocytose ou la thalassémie majeure. Toutes les personnes, quel que soit leur âge, qui présentent une fonction splénique absente ou défaillante sont exposées à un risque accru de bactériémie fulminante qui est associée à un taux de mortalité élevé. Le risque est surtout élevé au cours des deux premières années suivant une splénectomie, mais il demeure élevé toute la vie.

Il convient de porter une attention particulière à l'état immunitaire lorsqu'une splénectomie chirurgicale « non urgente » est prévue afin que tous les vaccins nécessaires soient administrés au moins deux semaines avant la chirurgie. Dans le cas d'une splénectomie d'urgence, les vaccins devraient être administrés idéalement deux semaines après la splénectomie afin d'obtenir des réponses immunitaires optimales aux vaccins. Si une personne se voit accorder un congé de l'hôpital plus tôt et que l'on s'inquiète du fait qu'elle pourrait ne pas revenir, les vaccins devraient être administrés avant son congé.

L'administration de vaccins aux sujets aspléniques ou hypospléniques n'est pas contre indiquée. De telles personnes devraient recevoir toutes les vaccinations systématiques, y compris le vaccin antigrippal saisonnier. Une attention particulière doit être accordée pour s'assurer que les sujets aspléniques ou hypospléniques de tout âge reçoivent le vaccin recommandé contre Haemophilus influenzae de type b (Hib), le vaccin méningococcique et le vaccin contre le pneumocoque, ces sujets étant extrêmement réceptifs aux bactéries encapsulées. Les vaccins contre l'hépatite A et l'hépatite B sont indiqués pour les sujets qui nécessitent des transfusions répétées (p. ex. drépanocytose). Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza, Vaccin contre Haemophilus influenzae de type b, Vaccin contre le méningocoque, Vaccin contre le pneumocoque, Vaccin contre l'hépatite A, Vaccin contre l'hépatite B de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements.

Sujets atteints de néphropathie chronique et patients qui subissent une dialyse

Les infections bactériennes et virales sont une cause majeure de morbidité et de mortalité chez les sujets atteints de néphropathie ou qui subissent une dialyse de longue durée (hémodialyse ou dialyse péritonéale). Les sujets ayant une néphropathie chronique et une dialyse peuvent présenter de légers déficits en lymphocytes T, tandis que chez les personnes atteintes du syndrome néphrotique, une perte des anticorps dans les urines peut se produire. Étant donné que ces personnes sont aussi souvent en contact avec le système de soins de santé, elles présentent un risque accru d'infection résultant de maladies évitables par la vaccination.

Les sujets atteints de néphropathie chronique ou qui subissent une dialyse devraient recevoir toutes les vaccinations systématiques, y compris le vaccin antigrippal saisonnier. Outre l'immunisation systématique, le vaccin contre l'hépatite B et celui contre le pneumocoque sont recommandés. Étant donné que la réponse à l'immunisation des personnes qui présentent une altération de la fonction rénale peut être moins optimale, des doses de vaccin plus élevées et une revaccination peuvent être nécessaires. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza, Vaccin contre l'hépatite B et Vaccin contre le pneumocoque ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir plus de renseignements concernant les candidats à une transplantation rénale et les receveurs de celle-ci.

Troubles neurologiques

Les troubles neurologiques apparaissent à différents âges et sont associés à des manifestations diverses. Ils auront donc une incidence sur les décisions en matière d'immunisation. L'apparition des symptômes liés aux troubles qui commencent avant ou pendant la première année de vie, comme l'infirmité motrice cérébrale, le spina-bifida, les troubles épileptiques, les maladies neuromusculaires et les erreurs de métabolisme congénitales, peut avoir lieu avant la réception des vaccins habituellement recommandés pendant la petite enfance. D'autres maladies, comme le trouble du spectre autistique, l'encéphalomyélite démyélinisante aiguë, le syndrome de Guillain-Barré (SGB), la myélite transverse et la sclérose en plaques, sont connues pour être diagnostiquées durant l'enfance et à l'âge adulte, au cours de la même période que celle pendant laquelle des vaccins systématiques sont administrés, et pourraient survenir avant ou après l'administration de vaccins.

Les sujets atteints de troubles neurologiques ou de troubles neurologiques du développement devraient recevoir toutes les vaccinations habituellement recommandées sans tarder, notamment le vaccin antigrippal saisonnier (à l'exception de doses répétées de tout vaccin administré dans les six semaines suivant le début d'une crise du syndrome de Guillain-Barré). Outre l'immunisation systématique, le vaccin contre le pneumocoque est recommandé. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza et Vaccin contre le pneumocoque de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements.

Maladie pulmonaire chronique

Les sujets souffrant de maladies pulmonaires chroniques telles que l'asthme, les maladies pulmonaires obstructives chroniques ou la fibrose kystique sont à risque accru de complications issues de l'infection par le virus de la grippe et de l'infection à pneumocoque. Les sujets atteints de fibrose kystique sont également à risque accru de complications issues de l'infection varicelleuse pouvant causer une aggravation passagère de la fonction pulmonaire. De nombreux sujets atteints de maladies pulmonaires chroniques plus graves présentent une multiplication bactérienne en raison de la clairance mucociliaire faible et de la bronchectasie ainsi que des déficits de la fonction des macrophages pulmonaires. Le tabagisme gêne également la clairance mucociliaire et prédispose les sujets aux pneumococcies.

Les personnes souffrant de troubles pulmonaires chroniques, y compris les fumeurs adultes et les personnes atteintes de dysplasie broncho-pulmonaire, de la fibrose kystique et d'asthme, devraient recevoir le vaccin antigrippal saisonnier, en plus de l'immunisation systématique. Il est également recommandé d'administrer les vaccins contre le pneumocoque. Le contrôle de l'asthme doit être optimisé avant la réception de tout vaccin. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza et Vaccin contre le pneumocoque de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir davantage de renseignements concernant la vaccination de candidats à une greffe de poumon et des receveurs d'une telle greffe. Veuillez consulter le chapitre Agents d'immunisation passive de la partie 5 pour obtenir des renseignements sur l'utilisation d'anticorps monoclonal contre le virus respiratoire syncytial (RSV) pour la prophylaxie au RSV chez les jeunes enfants atteints d'une maladie pulmonaire.

Cardiopathie chronique

Chez les sujets atteints d'une cardiopathie chronique, les infections virales et bactériennes peuvent accélérer la décompensation cardiaque et entraîner une hospitalisation. Les données indiquent que l'administration d'un vaccin antigrippal aux sujets atteints d'une coronaropathie a un certain effet protecteur sur les incidents cardiaques subséquents.

Les sujets atteints de troubles cardiaques devraient recevoir une immunisation systématique, y compris le vaccin antigrippal saisonnier, étant donné qu'ils sont à risque élevé de complications liées à la grippe. Les sujets atteints d'une maladie cardiaque chronique devraient recevoir des vaccins contre le pneumocoque. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza et Vaccin contre le pneumocoque de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements. Veuillez consulter le chapitre Agents d'immunisation passive de la partie 5 pour obtenir des renseignements sur l'utilisation d'anticorps monoclonal contre le virus respiratoire syncytial (RSV) pour la prophylaxie au RSV chez les jeunes enfants souffrant d'une maladie cardiaque.

Hépatopathie chronique

Les sujets atteints d'une hépatopathie chronique présentent une fonction phagocytaire affaiblie et une anomalie de la production des anticorps opsonisants. Ils peuvent aussi présenter un dysfonctionnement splénique si l'hépatopathie est grave. L'encéphalopathie hépatique ou la consommation chronique d'alcool peut entraîner une pneumonie de déglutition. L'alcoolisme est aussi un facteur de risque de PI. Les nouveaux cas d'infection par le virus de l'hépatite A ou de l'hépatite B chez des personnes déjà atteintes d'une hépatopathie chronique d'origine différente pourraient entraîner une maladie plus grave et une décompensation hépatique rapide. Quant aux sujets aux prises avec une ascite, ils présentent une production et une distribution d'immunoglobuline modifiées.

Les sujets atteints d'une hépatopathie chronique devraient recevoir une immunisation systématique, y compris le vaccin antigrippal saisonnier. Ces mêmes sujets devraient également recevoir les vaccins contre le pneumocoque, contre l'hépatite A et contre l'hépatite B. La vaccination devrait être effectuée au début de l'hépatopathie, car la réponse immunitaire au vaccin est sous-optimale aux stades ultérieurs. Étant donné que la réponse à l'immunisation des personnes atteintes d'une hépatopathie chronique peut être moins optimale, des doses de vaccin plus élevées et une revaccination peuvent être nécessaires. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza, Vaccin contre le pneumocoque, Vaccin contre l'hépatite A et Vaccin contre l'hépatite B de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements.

Maladies endocriniennes et métaboliques

Les sujets souffrant de diabète sucré présentent des déficits phagocytaires ou neutrophiles. De plus, ils présentent souvent des complications du diabète (p. ex. une insuffisance cardiovasculaire, un dysfonctionnement neurovasculaire, une insuffisance rénale et un dysfonctionnement d'autres organes cibles) et sont exposés à un risque accru de complications d'origine infectieuse. Les personnes atteintes d'autres troubles métaboliques, comme les troubles thyroïdiens, ou souffrant d'obésité morbide (indice de masse corporelle de 40 ou plus) sont aussi exposées à un risque élevé de complications liées à la grippe.

L'immunisation systématique, y compris le vaccin antigrippal saisonnier, est recommandée pour les personnes présentant des troubles endocriniens et métaboliques. Outre l'immunisation systématique, les sujets atteints de diabète devraient recevoir les vaccins contre le pneumocoque. On ne s'attend généralement pas à ce que les vaccins entravent les taux d'insuline ou l'équilibre glycémique. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza et Vaccin contre le pneumocoque de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements.

Troubles hématologiques bénins

Les troubles hématologiques bénins comprennent différents types d'anémie et d'hémoglobinopathie, ainsi que des troubles hémorragiques. Veuillez consulter le chapitre Asplénie ou hyposplénie offrant un examen plus approfondi des vaccins recommandés pour les personnes souffrant d'anémie causée par une drépanocytose.

Anémie et hémoglobinopathie

Les sujets souffrant d'anémie peuvent être à risque accru de complications issues de maladies évitables par la vaccination. Outre l'immunisation systématique, les personnes atteintes de différents types d'anémie ou d'hémoglobinopathie devraient recevoir le vaccin antigrippal saisonnier et, s'il existe un besoin de transfusions répétées, des vaccins contre l'hépatite A et l'hépatite B. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza, Vaccin contre le pneumocoque, Vaccin contre l'hépatite A et Vaccin contre l'hépatite B de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements.

Troubles hémorragiques

Les sujets souffrant de troubles hémorragiques peuvent se distinguer de la population normale quant au risque de formation d'hématomes provenant d'injections parentérales et au risque potentiellement accru d'infection attribuable à leur maladie et à leur exposition à des produits sanguins. Il convient d'envisager des tests sérologiques avant l'immunisation pour les hémophiles et les personnes recevant des perfusions répétées de sang ou de produits sanguins qui ont été exposées de façon répétée à des produits sanguins.

Avant de commencer l'immunisation d'un enfant, les vaccinateurs devraient s'assurer qu'ils ne présentent pas de symptômes ou de signes compatibles avec un trouble hémorragique non diagnostiqué. Si de tels indicateurs sont présents, un diagnostic devrait être établi avant de commencer l'immunisation. Par exemple, chez un enfant de sexe masculin qui a des antécédents d'un hématome intramusculaire (IM) à la suite d'une injection IM, un trouble hémorragique non diagnostiqué, tel que l'hémophilie, devrait être envisagé. Si un trouble existe, il devrait être pris en charge de façon optimale avant l'immunisation afin de réduire le plus possible le risque d'hémorragie. Par exemple, les hémophiles peuvent recevoir des concentrés de facteur de coagulation afin d'optimiser leur taux de facteur de coagulation avant de recevoir un vaccin parentéral ou un agent d'immunisation passive. Les sujets qui reçoivent une anticoagulation à long terme avec de la warfarine ou de l'héparine ne sont pas considérés comme étant exposés à un risque plus élevé de complications hémorragiques après une immunisation et pourraient être vaccinés de façon sécuritaire par voie IM ou par voie sous-cutanée comme cela est recommandé, sans interrompre leur traitement par anticoagulants.

En général, il n'existe pas de données probantes d'un risque accru d'hémorragie chez les sujets ayant des troubles hémorragiques à la suite des injections IM par rapport à des injections sous-cutanées. Certaines données semblent indiquer que l'administration par voie IM peut être généralement sécuritaire lorsqu'elle est faite à l'aide d'une aiguille de petit calibre (calibre 23 ou plus petit) et qu'une pression ferme est appliquée au point d'injection pendant cinq à dix minutes. Il existe également certaines données indiquant que l'immunisation par la voie sous-cutanée au moyen d'un vaccin conçu pour une administration par voie IM puisse être associée à une réactogénicité plus locale et à une réaction immunitaire réduite par rapport à la voie IM.

Outre l'immunisation systématique, les sujets atteints de troubles hémorragiques devraient recevoir le vaccin antigrippal saisonnier et, s'il existe un besoin de transfusions répétées, des vaccins contre l'hépatite A et l'hépatite B. Veuillez consulter les chapitres Vaccin contre l'influenza, Vaccin contre l'hépatite A et Vaccin contre l'hépatite B de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements.

Maladies inflammatoires chroniques

Cette population comprend des personnes ayant des arthropathies inflammatoires (p. ex. lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde ou juvénile), des maladies dermatologiques inflammatoires (psoriasis, dermatite atopique grave et l'eczéma) et une maladie intestinale inflammatoire (maladie de Crohn, colite ulcéreuse). Les infections sont l'une des causes les plus courantes de morbidité, d'hospitalisation et de décès chez ces personnes. On pense qu'un risque accru d'infection et de complications liées à une infection est dû à une réaction immunitaire modifiée associée à la maladie auto-immune elle-même et à la nature immunosuppressive des traitements nécessaires pour prendre en charge la maladie inflammatoire sous-jacente.

Les personnes atteintes d'une maladie auto-immune qui ne prennent pas de médicaments immunosuppresseurs ne sont pas considérées comme très immunodéprimées et peuvent recevoir l'immunisation systématique, y compris des vaccins vivants, après consultation auprès d'un médecin. Les agents antirhumatismaux modifiant l'évolution de la maladie, par exemple l'hydroxychloroquine, la sulfasalazine ou l'auranofine, ne sont pas habituellement considérés comme des médicaments immunosuppresseurs.

Outre l'immunisation systématique, les personnes atteintes d'une maladie inflammatoire chronique devraient recevoir le vaccin antigrippal saisonnier. Dans le cas de personnes souffrant de troubles dermatologiques, il convient de faire attention à ne pas administrer un vaccin dans les zones touchées, car cette procédure pourrait aggraver la maladie. Veuillez consulter le chapitre Vaccin contre l'influenza de la partie 4 ainsi que le Tableau 1 pour obtenir davantage de renseignements. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir la liste des médicaments immunosuppresseurs et des renseignements concernant l'immunisation de personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques traitées au moyen d'immunosuppresseurs.

Cancer

Les sujets atteints d'un cancer sont exposés à un risque plus élevé de contracter des maladies infectieuses et de développer des complications, probablement parce que de nombreux cancers et leurs traitements affaiblissent le système immunitaire. Par conséquent, il importe que les enfants et les adultes atteints d'un cancer reçoivent une protection contre les maladies évitables par la vaccination, dès que possible. En général, le cancer lui-même n'est pas suffisant pour causer l'immunodépression du sujet à tel point que ce dernier ne puisse recevoir de vaccins vivants. La chimiothérapie pouvant mener à un état d'immunodéficience, l'immunisation devrait être effectuée avant de commencer la chimiothérapie, si cela est possible. On recommandera les vaccins selon le type de cancer et le type de traitement. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir de l'information sur les cancers hématologiques ou les sujets qui suivent des traitements immunosuppresseurs. Il importe d'évaluer et d'optimiser l'état vaccinal de toute personne proche d'un sujet atteint d'un cancer afin de réduire le risque d'exposition à des maladies évitables par la vaccination. Veuillez consulter le chapitre Contacts étroits pour obtenir davantage de renseignements.

Traitement chronique aux salicylates chez les enfants âgés de moins de 18 ans

Les sujets âgés de moins de 18 ans recevant des doses faibles de traitement aux salicylates (p. ex. acide acétylsalicylique [aspirine, AAS]) ne sont pas considérés comme des sujets à risque accru de complications hémorragiques après l'immunisation. Cependant, chez les enfants et les adolescents qui suivent un traitement chronique aux salicylates, il convient de prendre certaines précautions au moment d'administrer un vaccin antigrippal vivant et un vaccin contre la varicelle, à cause d'une association entre l'infection de type sauvage, le traitement aux salicylates et le syndrome de Reye. Ce syndrome, qui cause des dommages au cerveau et au foie, est une complication rare qui touche le plus souvent les enfants prenant des AAS au moment de l'infection de type sauvage par ces virus.

Les enfants et les adolescents dont la maladie est traitée pendant de longues périodes avec de l'AAS sont à risque élevé de complications liées à la grippe et devraient recevoir le vaccin antigrippal inactivé saisonnier. Le vaccin antigrippal vivant atténué (VVAI) ne devrait pas être administré aux enfants recevant actuellement des AAS. Veuillez consulter le chapitre Vaccin contre l'influenza de la partie 4 pour obtenir plus de renseignements.

Les fournisseurs de soins de santé devraient prendre en considération les risques théoriques associés au vaccin contre la varicelle par rapport aux risques connus associés à la varicelle de type sauvage. Des effets indésirables n'ayant pas été signalés avec l'utilisation de salicylates après l'immunisation contre la varicelle, les sujets dont la maladie exige un traitement chronique aux salicylates devraient être pris en considération pour l'immunisation et suivis de près par la suite. Veuillez consulter le chapitre Vaccin contre la varicelle de la partie 4 pour obtenir davantage de renseignements.

Autres maladies

Les personnes qui ont reçu un implant cochléaire sont plus susceptibles à la méningite et à l'otite moyenne. Les personnes avec des implants cochléaires ou les receveurs d'implants cochléaires devraient recevoir tous les vaccins indiqués selon l'âge, y compris le vaccin Pneu-C-13, le vaccin anti-Hib et le vaccin antigrippal. Les enfants âgés de 24 mois ou plus et les adultes devraient également recevoir une dose unique du vaccin Pneu-P-23. Veuillez consulter le chapitre Vaccin contre l'influenza, Vaccin contre le pneumocoque et Vaccin contre Haemophilus influenzae de type B de la partie 4 pour obtenir davantage de renseignements.

Comorbidités

Les directives sur l'immunisation pour les sujets ayant plus d'une maladie chronique représentent un nouveau domaine de recherche. On manque de données probantes pour appuyer les directives sur l'immunisation de sujets ayant des comorbidités. Il existe certaines données probantes selon lesquelles les comorbidités peuvent amplifier le risque de complications liées à des maladies évitables par la vaccination, comme la grippe. Le principe général est le suivant : au moment d'envisager l'immunisation de sujets ayant des comorbidités, toutes les maladies et tous les médicaments devraient être pris en considération par rapport aux indications, précautions et contre-indications pour chaque vaccin.

Contacts étroits

Une immunisation systématique à jour, y compris le vaccin antigrippal saisonnier, est recommandée pour les membres d'un ménage et d'autres personnes en contact étroit avec des sujets ayant des maladies chroniques, notamment les travailleurs de la santé. Veuillez consulter le chapitre Immunisation des travailleurs et le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 afin d'obtenir davantage de renseignements.

Tableau 1 : Vaccination de sujets ayant une maladie chronique
Vaccin Maladie chronique
Asplénie/
hyposplénie
Néphropathies/
dialyse
Troubles neurologiquesNote de bas de page 1 du tableau 1 Maladie pulmonaire Hépatopathie Maladies endocriniennes/
métaboliques
Cardiopathie Maladies inflammatoires chroniques Troubles hématologiques béninsNote de bas de page 2 du tableau 1
Vaccins inactivés
Choléra et diarrhée du voyageur Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué
Diphtérie Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Haemophilus influenzae de type b (Hib) Recommandé quel que soit l'âge Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Hépatite A Administrer s'il est indiquéNote de bas de page 3 du tableau 1 Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Recommandé Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Recommandé pour les sujets recevant à plusieurs reprises, des facteurs de coagulation dérivés du plasma
Hépatite B Vaccination systématiqueNote de bas de page 3 du tableau 1 RecommandéNote de bas de page 4 du tableau 1 Vaccination systématique Vaccination systématique RecommandéNote de bas de page 5 du tableau 1 Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Recommandé pour les hémophiles et les sujets recevants des perfusions répétées de sang ou de produits sanguins
Virus du papillome humain Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Grippe (VTI ou VAQ) Recommandé annuellement Enfants : Le VAQ devrait être utilisé.Note de bas de page 6 du tableau 1 S'il n'est pas disponible, utiliser le VTI.            

Recommandé annuellement s'il s'agit d'un sujet immunodéprimé

Enfants : Le VAQ devrait être utilisé.Note de bas de page 6 du tableau 1 S'il n'est pas disponible, utiliser le VTI

Recommandé annuellement pour les sujets souffrant d'anémie ou d'hémoglobinopathie

Enfants : Le VAQ devrait être utilisé.Note de bas de page 6 du tableau 1 S'il n'est pas disponible, utiliser le VTI

Encéphalite japonaise Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué
Conjugué quadrivalent contre le méningocoque Recommandé quel que soit l'âgeNote de bas de page 7 du tableau 1 Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Vaccin multicomposant contre le méningocoque Envisager son administrationNote de bas de page 8 du tableau 1                
Coqueluche Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Vaccin conjugué contre le pneumocoque 13-valent Recommandé quel que soit l'âge

Enfants : recommandé

Adultes atteints d'un syndrome néphrotique : recommandé

Enfants : recommandé Enfants : recommandé Enfants : recommandé Enfants : recommandé Enfants : recommandé Recommandé s'il s'agit d'un sujet immunodéprimé Enfants et adultes souffrant d'hémoglobi-nopathies : recommandé
Vaccin conjugué contre le pneumocoque 23-valent Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultesNote de bas de page 9 du tableau 1 Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultesNote de bas de page 9 du tableau 1 Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultesNote de bas de page 10 du tableau 1 Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultes Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultesNote de bas de page 9 du tableau 1 Recommandé pour les personnes atteintes de diabète. Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultes Recommandé s'il s'agit d'un sujet immunodépriméNote de bas de page 9 du tableau 1 Recommandé pour les enfants de 2 ans ou plus et les adultes souffrant d'hémoglobi-nopathies
Polio (inactivé) Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Rage Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué
Tétanos Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique
Typhoïde (inactivé) Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué
Vaccins vivants
Bacille de Calmette-Guérin Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué en l'absence d'immunosuppression Contre-indiqué en présence d'une maladie cutanée importante Administrer s'il est indiqué
Zona Administrer s'il est indiqué en l'absence d'immunosuppression Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Administrer s'il est indiqué en l'absence d'immunosuppression Vaccination systématique
Grippe (VVAI)

Enfants : Données probantes insuffisantes pour recommander de préférence le VVAINote de bas de page 11 du tableau 11

Adultes : VTI ou VAQ privilégiéNote de bas de page 11 du tableau 11

               
Rougeole, oreillons et rubéole Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique en l'absence d'immunosuppression Vaccination systématique
Rotavirus Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique en l'absence d'immunosuppression Vaccination systématique
Variole Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Contre-indiqué en l'absence d'éclosion Contre-indiqué en l'absence d'éclosion chez les sujets atteints de maladies dermatologi-ques Administrer s'il est indiqué
Typhoïde (vivant) Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué en l'absence d'immunosuppression Administrer s'il est indiqué
Varicelle (monovalent) Vaccination systématiqueNote de bas de page 12 du tableau 1 Vaccination systématiqueNote de bas de page 12 du tableau 1 Vaccination systématique Vaccination systématiqueNote de bas de page 13 du tableau 1 Vaccination systématique Vaccination systématique Vaccination systématique Administrer s'il est indiqué en l'absence d'immunosuppression Vaccination systématique
Fièvre jauneNote de bas de page 14 du tableau 1 Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué Administrer s'il est indiqué en l'absence d'immunosuppression Administrer s'il est indiqué

Références choisies

  • American Academy of Pediatrics. In: Pickering L.K., Baker C.J., Kimberlin D.W., et al. (éd.). Red Book: 2009 Report of the Committee on Infectious Diseases. 28eéd. Elk Grove Village, IL: American Academy of Pediatrics; 2009.
  • Castagnola E., Fioredda F. Prevention of life-threatening infections due to encapsulated bacteria in children with hyposplenia or asplenia: a brief review of current recommendations for practical purposes. Eur J Haematol 2003;71(5):319-26.
  • Centers for Disease Control and Prevention. General Recommendations on Immunization. Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP). MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2011;60(2):1-61.
  • Centers for Disease Control and Prevention. Recommendations of the Advisory
    Committee on Immunization Practices (ACIP): Use of Vaccines and Immune Globulins in Persons with Altered Immunocompetence. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 1993;42(RR-4):1-18.
  • Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages. Le voyageur immunodéprimé. Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 33 (DCC-4), p.1-24, 2007.
  • Crawford N.W., Bines J.E., Royle J, et al. Optimizing immunization in pediatric special risk groups. Expert Rev Vaccines 2011;10:175-86.
  • Melles D.C., de Marie S. Prevention of infections in hyposplenic and asplenic patients: an update. Neth J Med 2004;62(2):45-52.
 

Néphropathie chronique et dialyse

  • Fivush B.A., Neu A.M. Immunization guidelines for pediatric renal disease. Semin Nephrol 1998;18(3):256-63.
  • Neuhauss T.J. Immunization in children with chronic renal failure: a practical approach. Pediatr Nephrol 2004;19(12):1334-39.
  • Rangel M.C., Coronado V.G., Euler G.L., et al. Vaccine recommendations for patients on chronic dialysis. Semin Dial 2000;13(2):101-107.
 

Maladies endocriniens et métaboliques

  • Lin Y.C., Lin Y.C., Chen T.W., et al. Abnormal thyroid function predicts mortality in patients receiving long-term peritoneal dialysis: a case-controlled longitudinal study. J Chin Med Assoc 2012 Feb;75(2):54-9.
 

Hépatopathie chronique

  • Keeffe E.B. Acute hepatitis A and B in patients with chronic liver disease: prevention through vaccination. Am J Med 2005;118(Suppl 10A):S21-27.
 

Troubles hématologiques bénins

  • Balkan C., Kavakli K., Kutukculer N., et al. The effect of clotting factor concentrates on the immune system in HIV-negative haemophilia. Haemophilia 2005;11:366-370.
  • Casajuana J., Iglesias B., Fabregas M., et al. Safety of intramuscular influenza vaccine in patients receiving oral anticoagulation therapy: a single blinded multi-centre randomized controlled clinical trial. BMC Blood Disord 2008;8:1.
  • Evans D.I., Shaw A. Safety of intramuscular injection of hepatitis B vaccine in hemophiliacs. BMJ 1990;300:1694-95.
  • Linglof T., van Hattum J., Kaplan K.M., et al. An open study of subcutaneous administration of inactivated hepatitis A vaccine (VAQTA) in adults: safety, tolerability and immunogenicity. Vaccine 2001;3968-71.
  • Makris M., Conlon C.P., Watson H.G. Immunization of patients with bleeding disorders. Haemophilia 2003;9(5):541-46.
  • Stelle M., Cochrane A., Wakefield C., et al. Hepatitis A and B immunization for individuals with inherited bleeding disorders. Haemophilia 2009;15:437-47.
  • Van Aalsbury R., van Genderen P.J. Vaccination in patients on anticoagulants. Travel Med Infect Dis 2011;9:310-11.
 

Maladies inflammatoires chroniques

  • Crawford N.W., Bines J.E., Royle J., et al. Optimizing immunization in pediatric special risk groups. Exper Rev Vaccines 2011;10:175-86.
  • Heijstek M.W., van Gageldonk P.G., Berbers G.A., et al. Differences in persistence of measles, mumps, rubella, diphtheria and tetanus antibodies between children with rheumatic disease and healthy controls: a retrospective cross-sectional study. Ann Rheum Dis 2012;71:948-54.
  • McCarthy E.M., Azeez M.A., Fitzpatrick F.M., et al. Knowledge, Attitudes and clinical practice of rheumatologists in vaccination of the at risk rheumatology patient population. J Clin Rheum 2012;18:237-41.
  • Morin M.P., Quach C., Fortin E., et al. Vaccination coverage in children with juvenile idiopathic arthritis followed at a paediatric tertiary care centre. Rheumatology 2012;276-90.
  • Nordgaard-Lassen I., Dahlerup J.F., Belard E., et al. Guidelines for screening, prophylaxis, and critical information prior to initiating anti-TNF-Alpha treatment. Dan Med J 2012;59:1-11.
 

Autres maladies

  • Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Advisory Committee on Immunization Practices. Pneumococcal vaccination for cochlear implant candidates and recipients: updated recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 8 août 2003;52(31):739-40.
  • Natarajan P., Cannon C.P. Myocardial infarction vaccine? Evidence supporting the influenza vaccine for secondary prevention. Eur Heart J 2011;32:1701-03.
  • Rubin L.G. Prevention and treatment of meningitis and acute otitis media in children with cochlear implants. Otol Neurotol. Oct. 2010;31(8):1331-3.
  • Ruggiero A., Battista A., Coccia P., et al. How to manage vaccinations in children with cancer. Pediatr Blood Cancer 15 déc. 2011;57(7):1104-8.
  • Schanzer D.L., Langley J.M., Tam T.W. Co-morbidities associated with influenza-attributed mortality, 1994-2000, Canada. Vaccine. 26 août 2008;26(36):4697-703.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :