Vaccin antirotavirus : Guide canadien d'immunisation

Vaccin antirotavirus

Dernière révision complète du chapitre: avril 2016

Principaux renseignements (consulter le texte pour plus de précisions)

Quoi

  • Le rotavirus est l'une des causes les plus fréquentes de gastro-entérite chez les enfants; environ 36 % des enfants atteints de gastro-entérite à rotavirus consultent un médecin, 15 % visitent un service d'urgences et 7 % sont hospitalisés.
  • À l'âge de cinq ans, presque tous les enfants non immunisés ont déjà été infectés.
  • La première infection n'entraîne généralement pas l'immunité permanente.
  • L'efficacité du vaccin antirotavirus contre tout type de diarrhée dans les pays développés est comprise entre 74 et 87 %; l'efficacité en cas de diarrhée grave est comprise entre 85 et 98 %.
  • Les vaccins antirotavirus sont bien tolérés, mais il existe un léger risque accru d'intussusception de 1 à 7 cas par 100 000 doses dans les 7 jours suivant la première et la deuxième dose.

Qui

  • Le vaccin antirotavirus est recommandé pour les nourrissons à partir de l'âge de six semaines.
  • Le vaccin antirotavirus ne devrait pas être administré aux nourrissons immunodéprimés ou qui sont susceptibles de l'être sans consultation préalable auprès d'un médecin spécialiste.
  • Le vaccin antirotavirus ne devrait pas être administré aux nourrissons ayant des antécédents d'intussusception.

Comment

  • La première dose devrait être administrée entre l'âge de 6 et 15 semaines. Pour une plus grande protection, administrer le vaccin antirotavirus pour la première fois dès que le nourrisson a atteint l'âge de 6 semaines, si possible.
  • Le vaccin Rot-1 (Rotarix®) requiert l'administration de 2 doses (à au moins 4 semaines d'intervalle) et le vaccin Rot-5 (RotaTeq®) requiert l'administration de 3 doses (à un intervalle de 4 à 10 semaines).
  • Les vaccins antirotavirus peuvent être administrés avec les autres vaccins habituels à l'âge de 2 et 4 mois ou à l'âge de 2, 4 et 6 mois.
  • Les parents devraient être informés des avantages de la vaccination antirotavirus pour la prévention ou l'atténuation de cette maladie diarrhéique grave chez les nourrissons.
  • Informer les parents du faible risque d'intussusception suivant l'administration d'un vaccin antirotavirus, en particulier au cours des sept jours suivant l'administration de la première dose. Les renseigner sur la détection des signes et des symptômes et l'importance d'obtenir des soins médicaux si ces derniers apparaissent.

Pourquoi

  • Le vaccin antirotavirus permet de réduire les visites chez le médecin et dans les salles d'urgence en cas de diarrhée ainsi que les hospitalisations pour diarrhées attribuables au rotavirus.

Les révisions importantes effectuées dans le présent chapitre sont mises en relief dans le Tableau des mises à jour du Guide canadien d'immunisation.

Épidémiologie

Description de la maladie

Agent infectieux

Le rotavirus est un virus non enveloppé appartenant à la famille des Reoviridae. Son sérotype se définit par deux protéines de structure : la protéine G et la protéine P. Il en existe de nombreuses variantes, et étant donné que ces deux protéines peuvent ségréger de façon indépendante, on compte un nombre important de sérotypes de rotavirus. Bien que la prévalence des sérotypes de rotavirus varie, G1P[8] est souvent la souche prédominante dans les régions développées (par exemple Amérique du Nord, Europe et Australie). Pour obtenir de plus amples renseignements sur le rotavirus humain, veuillez consulter la Fiche technique santé-sécurité : agents pathogènes.

Réservoir

Humains

Transmission

Le rotavirus est transmis par la voie oro-fécale, et il est également prouvé qu'il peut également être transmis par la voie respiratoire. Le virus est stable dans l'environnement; il peut donc être transmis par les vecteurs passifs et les surfaces de l'environnement. La transmission intrafamiliale de la gastro-entérite à rotavirus est courante : au moins un autre membre de la famille en est atteint dans 47 % des cas de rotavirus.

Le rotavirus est très contagieux du fait de la faible dose infectante, des fortes concentrations virales dans les selles et de l'élimination prolongée du virus. L'élimination du virus peut commencer quelques jours avant l'apparition des symptômes et peut se prolonger jusqu'à 21 jours après l'apparition de la maladie. L'élimination asymptomatique a été décrite. La période d'incubation du rotavirus peut aller de 18 heures à 3 jours.

Facteurs de risque

Les enfants immunodéprimés présentent un risque accru de contracter une gastro-entérite grave, prolongée et même mortelle. Chez les adultes, l'infection à rotavirus est la cause de la gastro-entérite principalement chez les voyageurs provenant de pays en développement, les parents et les personnes qui s'occupent d'enfants qui en sont atteints, les personnes immunodéprimées et autres adultes. Des épidémies de gastro-entérite à rotavirus, associées à une morbidité importante, ont été déclarées dans les établissements de soins prolongés.

L'effet de l'allaitement maternel sur l'incidence et la gravité du rotavirus n'est pas clairement déterminé. Plusieurs études ont démontré que l'allaitement protège de l'infection symptomatique à rotavirus pendant les 6 à 12 premiers mois; toutefois, aucune protection n'a été mise en évidence lors de l'évaluation sur les 2 premières années, ce qui laisse à penser que l'allaitement peut retarder l'infection à un âge plus avancé. Dans une étude canadienne, 25 % des enfants admis à l'hôpital pour cause de gastro-entérite à rotavirus étaient allaités, ce qui donne à penser que l'allaitement n'offre pas une protection totale.

Tendances saisonnières et temporelles

Au Canada et dans les autres régions tempérées, la plupart des cas de rotavirus se produisent à la fin de l'hiver et au début du printemps.

Spectre de la maladie clinique

Les infections à rotavirus peuvent prendre différentes formes : infection asymptomatique, maladie bénigne, déshydratation grave, décès. D'habitude, cela commence par l'apparition d'une fièvre aiguë et de vomissements. Puis, il s'ensuit de la diarrhée pendant 5 à 7 jours, en général. Certains enfants peuvent ne connaître que des vomissements. En principe, peu de caractéristiques cliniques ou épidémiologiques permettent de distinguer un enfant atteint de diarrhée due au rotavirus d'un enfant atteint de diarrhée due à d'autres causes; cela dit, l'apparition des trois symptômes (fièvre, vomissements et diarrhée) est plus souvent déclarée dans les cas de rotavirus que dans les cas d'autres virus gastro-intestinaux.

Lors des 3 premiers mois, la maladie est généralement bénigne du fait des anticorps antirotavirus présents dans le sang de la mère et transférés de façon passive. Chez les nourrissons et les enfants âgés de 3 mois à 5 ans, il existe un spectre de la maladie allant de la gastro-entérite bénigne à la déshydratation avec choc, déséquilibre électrolytique et, très rarement au Canada, entraînant le décès. La maladie est souvent plus grave chez les enfants âgés de 3 à 24 mois, et la plupart des hospitalisations dues au rotavirus (63 %) se produisent chez des enfants âgés de moins de 2 ans. Bien que la gastro-entérite à rotavirus soit d'habitude spontanément résolutive, elle est bien plus associée à l'utilisation des ressources affectées aux soins de santé que la gastro-entérite due à d'autres causes.

Les enfants peuvent être de nouveau atteints par le virus, car ils ne sont pas totalement immunisés contre le rotavirus après la première infection; toutefois, les épisodes suivants de gastro-entérite à rotavirus sont généralement moins graves que l'infection initiale.

Répartition de la maladie

Incidence et prévalence
À l'échelle mondiale

Les infections à rotavirus sont extrêmement courantes dans le monde. À l'âge de 5 ans, la plupart des enfants ont au moins été infectés une fois par un rotavirus. Et cela, dans les pays développés comme dans les pays en développement, ce qui laisse à penser qu'une meilleure hygiène ne réduit pas la transmission du rotavirus. Toutefois, la mortalité due à l'infection à rotavirus est bien plus élevée dans les pays en développement. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 453 000 enfants âgés de moins de 5 ans sont décédés en 2008 d'infections à rotavirus pouvant être prévenues par un vaccin; la plupart des enfants atteints vivaient dans des pays à faible revenu. À l'échelle mondiale, ces décès dus au rotavirus représentent près de 5 % de l'ensemble des décès d'enfants.

À l'échelle nationale

Au Canada, le rotavirus est une cause courante de gastro-entérite chez les enfants, représentant de 10 à 40 % de toutes les gastro-entérites dans ce groupe. Selon des données canadiennes, même si les décès sont extrêmement rares, on estime que le rotavirus est associé à une utilisation importante des ressources affectées aux soins de santé. Environ 36 % des enfants atteints consultent un médecin, 15 % se rendent dans un service d'urgence et 7 % nécessitent une hospitalisation. Le rotavirus est responsable de la plupart des gastro-entérites chez les enfants entraînant une hospitalisation; entre 1 enfant sur 62 et 1 enfant sur 312 âgés de moins de 5 ans devra être hospitalisé à cause du rotavirus. Les parents d'enfants qui en sont atteints sont plus susceptibles que les parents d'enfants atteints d'une autre forme de gastro-entérite de manquer le travail, et les frais à débourser sont considérables pour les familles des enfants touchés, même dans les cas peu graves. Pour plus de précisions sur les coûts/avantages de l'immunisation, voir le chapitre Avantages de l'immunisation de la partie 1.

Agents immunisants utilisés au Canada

Vaccins antirotavirus

  • RotaTeq® : vaccin vivant, oral, pentavalent, contre le rotavirus, Merck Canada Inc. (Rot-5)
  • ROTARIX® : vaccin oral, vivant atténué, monovalent, d'origine humaine, contre le rotavirus, GlaxoSmithKline Inc. (Rot-1)

Pour connaître l'information posologique dans son intégralité, voir le feuillet du produit ou les renseignements figurant dans les monographies de produit, qui sont accessibles par la Base de données sur les produits pharmaceutiques de Santé Canada.

Voir Contenu des agents immunisants utilisés au Canada de la partie 1 pour consulter la liste des vaccins disponibles au Canada et connaître leur contenu.

Efficacité potentielle, réelle et immunogénicité

Efficacité potentielle et réelle

L'efficacité du vaccin antirotavirus contre tout type de diarrhée dans les pays développés est comprise entre 74 et 87 %, tandis que l'efficacité dans les cas de diarrhée grave est comprise entre 85 et 98 %. Les données sur l'efficacité d'une série vaccinale incomplète sont limitées, mais elles semblent indiquer que la vaccination des nourrissons durant la saison d'infection à rotavirus peut conférer une protection précoce importante contre les maladies graves à rotavirus et cela, même si la série vaccinale n'est pas complète.

Les pays qui disposent de programmes systématiques de vaccination contre le rotavirus, tels que les États-Unis, l'Australie, le Brésil et le Mexique, ont observé une diminution de près de 85 % du nombre de nourrissons et d'enfants nécessitant une hospitalisation ou des soins en service d'urgence en raison d'une maladie à rotavirus. Des diminutions des cas de gastro-entérites toutes causes confondues et de gastro-entérites attribuables au rotavirus chez tous les groupes d'âge, y compris les adultes, ont également eu lieu, et celles-ci appuient le rôle important qu'a joué la vaccination contre le rotavirus dans le cadre de la prestation d'une protection collective aux groupes, y compris aux adultes.

Le fardeau de la maladie à rotavirus au Canada avant la disponibilité du vaccin antirotavirus est décrit dans des études menées par le Programme canadien de surveillance active de l'immunisation (IMPACT). De 2011 à 2013, parmi les 1 592 hospitalisations pour infections à rotavirus qui ont été consignées dans des emplacements participant à ce programme, les taux d'hospitalisation aux emplacements de provinces/territoires offrant des programmes d'immunisation publiquement financés ont considérablement diminué, alors que les taux d'hospitalisation aux endroits sans programme d'immunisation n'ont connu aucune diminution. En Ontario, si l'on compare les hospitalisations pour gastro-entérites attribuables au rotavirus durant la période suivant la vaccination antirotavirus (août 2011 à mars 2013) à celles de la période préalable à la vaccination antirotavirus (janvier 2003 à juillet 2006), on remarque une diminution de 75 %.

Immunogénicité

La corrélation entre réponses anticorps et protection contre une maladie à rotavirus n'a pas été établie. Dans les essais cliniques, les taux de séroconversion étaient bien plus élevés chez les sujets vaccinés que chez les groupes de comparaison. La plupart des nourrissons ont développé des anticorps au vaccin après avoir reçu une série vaccinale complète.

Indications

Nourrissons en santé

Les vaccins antirotavirus sont recommandés pour les nourrissons entre l'âge de 6 et 15 semaines. La série vaccinale devrait se terminer avant l'âge de 8 mois.

Calendrier d'immunisation systématique

La vaccination peut s'effectuer par l'un des deux vaccins antirotavirus. Le vaccin Rot-5 nécessite 3 doses de 4 à 10 semaines d'intervalle, et le vaccin Rot-1 nécessite 2 doses à au moins 4 semaines d'intervalle. Pour une plus grande protection, le vaccin antirotavirus devrait être administré pour la première fois dès que le nourrisson a atteint l'âge de six semaines, si possible. Les vaccins antirotavirus peuvent être administrés en même temps que les autres vaccins habituels à l'âge de 2 et 4 mois ou à l'âge de 2, 4 et 6 mois.

La première dose du vaccin antirotavirus devrait être administrée entre l'âge de 6 et 15 semaines. La vaccination ne devrait pas être entamée chez les nourrissons âgés de 15 semaines ou plus, étant donné que l'on n'est pas certain de l'innocuité de la première dose du vaccin antirotavirus chez les nourrissons plus âgés. L'intervalle minimum entre les doses de vaccin antirotavirus est de 4 semaines. Toutes les doses de vaccin antirotavirus devraient avoir été administrées avant l'âge de 8 mois.

Si une dose incomplète est administrée pour quelque raison que ce soit (p. ex. le nourrisson crache ou régurgite le vaccin), AUCUNE dose de remplacement ne devrait être administrée.

Si des nourrissons recevaient par inadvertance la première dose du vaccin antirotavirus à l'âge de 15 semaines ou plus, la série vaccinale devrait être complétée dans un intervalle minimum de 4 semaines entre chaque dose, et toutes les doses devraient être administrées avant l'âge de 8 mois. Consultez le calendrier d'administration des vaccins de la partie 1 pour obtenir de plus amples renseignements sur les retards dans les calendriers de vaccination et les calendriers de vaccination accélérés. Veuillez consulter d'autres renseignements contenus dans la monographie de produit, qui est accessible par l'entremise de la base de données sur les produits pharmaceutiques de Santé Canada.

Nourrissons ayant des antécédents d'intussusception

Voir la section Antécédents d'intussusception.

Nourrissons ayant des antécédents d'infection à rotavirus

Les nourrissons ayant été atteints de gastro-entérite à rotavirus avant de recevoir la série complète de vaccins antirotavirus devraient quand même recevoir la série vaccinale, dans sa totalité ou en partie, car l'infection initiale ne fournit souvent qu'une immunité partielle.

Vaccination de populations particulières

Grossesse et allaitement

Les nourrissons qui se trouvent dans un foyer avec des femmes enceintes peuvent recevoir le vaccin antirotavirus. Le risque d'infection ou de maladie due au virus contenu dans le vaccin est faible, car la plupart des femmes en âge de procréer sont déjà immunisées contre le rotavirus par exposition naturelle, et l'infection à rotavirus pendant la grossesse n'entraîne pas apparemment de risque pour le fœtus.

L'efficacité des vaccins antirotavirus est la même chez les nourrissons allaités que chez les nourrissons qui ne le sont pas; les nourrissons allaités peuvent donc recevoir le vaccin.

Voir Immunisation durant la grossesse et l'allaitement de la partie 3 pour en savoir plus sur la vaccination de nourrissons vivant dans des ménages avec une femme enceinte.

Nourrissons prématurés

Les données disponibles indiquent que le vaccin antirotavirus est sans risque et efficace lorsqu'il est administré à des nourrissons prématurés en bonne santé dès l'âge de 6 semaines (âge chronologique), la première dose devant être administrée avant l'âge de 15 semaines (âge chronologique). La série vaccinale devrait se terminer à 8 mois. Consultez la section Immunisation des nourrissons prématurés de la partie 3 pour en savoir plus sur la vaccination antirotavirus chez les nourrissons prématurés.

Patients des établissements de soins de santé

En plus des pratiques de base, des mesures anti-infectieuses supplémentaires seront peut-être nécessaires pendant l'administration du vaccin antirotavirus en milieu hospitalier. Veuillez consulter la section sur l'immunisation de patients d'établissements de soins de santé dans la partie 3 pour en savoir plus sur la vaccination antirotavirus de nourrissons.

Sujets immunodéprimés

En général, les nourrissons immunodéprimés ne devraient pas recevoir de vaccins à virus vivants en raison du risque de maladie lié aux souches du vaccin. Les nourrissons ayant des antécédents familiaux reconnus ou soupçonnés d'immunodéficience congénitale ou héréditaire, qui est une contre-indication à l'immunisation au moyen d'un vaccin vivant, ne devraient pas recevoir le vaccin antirotavirus, à moins que leur compétence immunitaire ait été établie. (Pour l'immunisation d'un nourrisson immunodéprimé avec le vaccin antirotavirus, il est nécessaire d'obtenir d'abord l'approbation du médecin traitant et il est conseillé de consulter un expert en immunisation ou en immunodéficience.) Des cas graves de gastro-entérite à rotavirus ont été signalés après la vaccination de nourrissons atteints d'un déficit immunitaire combinée sévère (DICS); le vaccin antirotavirus est donc contre-indiqué chez ces nourrissons.

Pour plus de renseignements sur l'administration de vaccins aux nourrissons qui ont été exposés aux anticorps monoclonaux durant la grossesse ou l'allaitement, consultez le chapitre Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3.

Voyageurs

Les nourrissons voyageant notamment dans les pays en développement devraient recevoir le vaccin antirotavirus selon leur âge. Voir la section Immunisation des voyageurs de la partie 3 pour en savoir plus sur la vaccination antirotavirus aux nourrissons qui voyagent.

Tests sérologiques

Un test sérologique n'est pas recommandé avant ou après l'administration d'un vaccin antirotavirus.

Méthodes d'administration des vaccins

Dose

Chaque dose du vaccin Rot-5 est de 2,0 ml. Chaque dose du vaccin Rot-1 est de 1,5 ml.

Voie d'administration

Les vaccins antirotavirus sont administrés par voie orale uniquement et ne doivent pas être injectés. Toutes les doses devraient être administrées dans une clinique ou un bureau sous la direction d'un fournisseur de soins de santé.

Voir Méthodes d'administration des vaccins de la partie 1 pour en savoir plus sur le counseling avant et après la vaccination, les techniques de préparation et d'administration de vaccins et la prévention et le contrôle des infections. Voir Intussusception pour obtenir des renseignements sur le counseling précédant la vaccination par les parents en ce qui concerne l'intussusception.

Interchangeabilité des vaccins

On ne dispose d'aucune donnée sur l'innocuité, l'immunogénicité ou l'efficacité lorsque le vaccin Rot-1 est administré pour la première dose et que le vaccin Rot-5 est administré pour la deuxième dose, ou vice versa. Étant donné que les deux vaccins diffèrent en composition et en calendrier, la série vaccinale devrait être complétée avec le même produit, si possible. Cependant, si l'on ne connaît pas le nom du produit utilisé pour l'administration de la dose précédente, la série devrait être complétée avec le produit disponible. Dans le cas où une dose aurait été administrée avec le vaccin Rot-5, trois doses au total de vaccin devraient être administrées. Voir Principes de l'interchangeabilité des vaccins dans la partie 1 pour plus de précisions sur l'interchangeabilité des vaccins.

Administration simultanée d'autres vaccins

Le vaccin antirotavirus peut être administré en même temps que tout autre vaccin vivant ou inactivé offert au Canada ou avant ou après celui-ci, peu importe la voie d'administration de l'autre vaccin. Voir le Calendrier d'administration des vaccins de la partie 1 pour plus de précisions sur l'administration simultanée d'autres vaccins.

Manipulation et entreposage des agents immunisants

Les vaccins antirotavirus doivent être entreposés et transportés entre +2 °C et +8 °C. Ne pas les congeler et veiller à les protéger de la lumière. Voir Manipulation et entreposage des agents immunisants de la partie 1 pour plus d'information et les recommandations pertinentes.

Innocuité et effets secondaires

Effets secondaires courants et localisés

Dans les essais cliniques poussés, les vaccins antirotavirus n'ont pas montré de grandes différences quant aux effets secondaires par rapport au placebo. Dans une étude d'ampleur, les nourrissons qui ont reçu un vaccin Rot-5 ont connu une faible hausse, mais statistiquement significative, du taux de diarrhée dans les 7 jours suivant la vaccination (de 10 à 18 % par rapport à 6 à 15 %). Les sujets vaccinés ont également connu une faible hausse, mais statistiquement significative, du taux de vomissements (12 % par rapport à 10 %).

Effets secondaires moins courants et plus graves

Les effets secondaires graves sont rares après l'immunisation et, dans la plupart des cas, les données sont insuffisantes pour établir un lien de causalité. Dans les essais cliniques, les effets secondaires graves ne sont pas différents entre le vaccin antirotavirus et le placebo. Chez les nourrissons qui reçoivent le vaccin Rot-5 ou le placebo dans les essais cliniques, l'incidence des effets secondaires graves était de 2,4 % chez les sujets vaccinés et de 2,6 % chez les sujets recevant le placebo, ce qui constitue une différence peu significative. Dans une étude portant sur des sujets recevant le vaccin Rot-1 ou du placebo, au moins un cas d'effets secondaires graves a été signalé auprès de 1,7 % des sujets vaccinés et de 1,9 % des sujets recevant le placebo.

Intussusception

Lors de la première année, l'intussusception survient à un taux général d'environ 34 nourrissons sur 100 000 par an; cela dit, le taux varie avec l'âge durant la première année de vie et atteint son maximum entre l'âge de 5 à 10 mois.

Dans plusieurs pays, la surveillance de l'intussusception à la suite de l'introduction de programmes d'immunisation systématique des nourrissons contre le rotavirus indique un léger risque accru d'intussusception à la suite d'une telle vaccination. Des études épidémiologiques subséquentes qui font usage de différentes méthodes ont estimé que le risque variait de 1 à 7 cas supplémentaires d'intussusception par 100 000 doses dans les 7 jours suivant la première et la deuxième dose du vaccin. Le Comité consultatif mondial sur la sécurité des vaccins (GACVS), qui relève de l'OMS, après avoir examiné les données provenant de ces études, a noté qu'elles demeurent rassurantes – le risque d'intussusception suivant l'administration des vaccins antirotavirus courants est faible.

Les parents devraient être informés du faible risque d'intussusception suivant l'administration d'un vaccin antirotavirus (1 à 7 cas par 100 000 doses), en particulier au cours des sept jours suivant l'administration de la première dose. L'éducation des parents devrait comprendre la détection des signes et des symptômes d'intussusception et l'importance d'obtenir des soins médicaux si ces derniers apparaissent. Ils devraient également être informés que le risque d'intussusception est faible par rapport aux avantages qu'offrent les vaccins antirotavirus pour la prévention de la maladie et la possibilité de diarrhées graves.

Les vaccinateurs doivent signaler aux responsables de la santé publique locaux tout cas d'intussusception dans les 21 jours suivant l'administration d'une dose de vaccin antirotavirus.

Hématochézie

Chez les nourrissons, l'hématochézie (selles sanglantes) accompagnée de douleur abdominale est associée à l'intussusception. Aucune hausse significative de la fréquence des selles sanglantes n'a été observée à la suite de l'administration d'un des deux vaccins antirotavirus.

Maladie de Kawasaki

Lors d'un essai clinique poussé concernant plus de 30 000 enfants, 5 cas de maladie de Kawasaki ont été décelés parmi le groupe vacciné. Le GACVS a examiné toutes les données disponibles des États-Unis (où le vaccin Rot-5 est utilisé) et de l'Union européenne (où le vaccin Rot-1 est utilisé) afin de déterminer l'existence d'un lien entre cette maladie et les vaccins antirotavirus, et a conclu que rien ne démontrait l'existence d'un lien de causalité entre de tels vaccins et la maladie de Kawasaki.

Crises convulsives

Dans une étude menée sur 63 225 nourrissons, aucune différence n'a été observée quant à la fréquence de crises convulsives chez les sujets recevant le vaccin et les sujets recevant le placebo.

Circovirus porcin

Des composants du circovirus porcin-1 (PCV-1) ont été trouvés dans le vaccin Rot-1 lorsqu'une équipe de recherche universitaire indépendante, aux États-Unis, a appliqué une nouvelle technologie permettant de détecter le matériel génétique viral. Des composants du PCV-1 et du circovirus porcin-2 (PCV-2) ont également été trouvés ultérieurement dans le vaccin Rot-5. Le circovirus porcin n'entraîne pas de maladie chez les humains. Rien ne prouve que la présence de PCV-1 ou de PCV-2 dans les vaccins antirotavirus pose un risque en matière d'innocuité aux vaccins; l'OMS et la Food and Drug Administration des États-Unis recommandent de continuer à utiliser les vaccins antirotavirus.

Conseils pour la déclaration des manifestations cliniques inhabituelles suivant l'immunisation

Les fournisseurs de vaccins sont priés de signaler aux responsables de la santé publique locaux les ESSI suivants :

  • Tout cas d'intussusception dans les 21 premiers jours suivant l'administration de tout vaccin antirotavirus.
  • Tout effet secondaire grave ou imprévu associé à la vaccination dans le temps. Un effet secondaire imprévu après l'immunisation est un effet secondaire qui ne figure pas dans les renseignements disponibles sur le produit, mais qui peut être causé par l'immunisation, ou encore par une modification de la fréquence d'un effet secondaire imprévu connusuivant-l'immunisation.

Voir Déclaration de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) au Canada et Innocuité des vaccins de la partie 2 pour obtenir davantage de renseignements sur la déclaration des effets secondaires suivant l'immunisation (ESSI aussi appelés manifestations cliniques inhabituelles [MCI]).

Contre-indications et précautions

Les vaccins antirotavirus sont contre-indiqués chez les nourrissons présentant un DICS, des antécédents d'anaphylaxie par suite d'une administration préalable du vaccin; ou présentant une hypersensibilité immédiate prouvée ou une hypersensibilité anaphylactique à tout composant du vaccin ou à son contenant. Voir Contenu des agents immunisants utilisés au Canada de la partie 1 pour la liste des vaccins offerts au Canada et leur contenu.

Immunodéficience

Le vaccin antirotavirus est contre-indiqué chez les nourrissons présentant un DICS en raison d'un risque de gastro-entérite grave. Les nourrissons chez qui on reconnaît ou soupçonne une immunodéficience ne devraient pas recevoir de vaccin antirotavirus, à moins d'avoir été examinés par un médecin spécialisé en immunisation ou en immunodéficience.

Voir Sujets immunodéprimés. Voir Immunisation des sujets immunodéprimés de la partie 3 pour obtenir davantage de renseignements.

Antécédents d'intussusception

Par précaution, les nourrissons ayant des antécédents d'intussusception ne devraient pas recevoir de vaccins antirotavirus. Environ 4 % des nourrissons représentant des cas d'intussusception auront un autre épisode au cours de l'année suivante; il n'est pas prouvé que les enfants ayant des antécédents d'intussusception présentent un risque élevé de nouvelle intussusception après la réception du vaccin antirotavirus.

Autres problèmes médicaux

Les vaccins antirotavirus peuvent être administrés aux nourrissons présentant une maladie aiguë mineure, accompagnée ou pas de fièvre.

Chez les nourrissons atteints d'une gastro-entérite modérée à grave, l'administration du vaccin antirotavirus devrait être reportée jusqu'à ce que l'état des nourrissons s'améliore, à moins que le report ne dépasse le délai maximal établi pour la première dose après l'âge de 15 semaines. Les nourrissons atteints d'une gastro-entérite bénigne peuvent être vaccinés. L'immunogénicité et l'efficacité des vaccins antirotavirus n'ont pas été étudiées chez les nourrissons atteints d'une gastro-entérite; en principe, l'immunogénicité et l'efficacité du vaccin peuvent être réduites.

L'innocuité et l'efficacité des vaccins antirotavirus n'ont pas été déterminées chez les enfants présentant déjà des désordres gastro-intestinaux chroniques. Toutefois, les nourrissons présentant de telles affections, qui ne sont pas considérés comme étant immunodéprimés, peuvent tirer avantage du vaccin antirotavirus et être vaccinés.

Les nourrissons présentant une malformation congénitale non corrigée du tractus gastro-intestinal, tel que le diverticule de Meckel, qui favoriserait l'intussusception ne devraient pas recevoir le vaccin antirotavirus.

Voir Contre-indications, précautions à prendre et préoccupations de la partie 2 pour plus de précisions.

Interactions médicaments-aliments ou médicament-médicament

Il n'existe aucune restriction quant à la consommation d'aliments ou de liquides chez les nourrissons, y compris le lait maternel, avant ou après l'administration du vaccin antirotavirus.

Aucune donnée sur l'innocuité ou l'efficacité n'est disponible pour l'administration des vaccins antirotavirus aux nourrissons ayant récemment reçu des immunoglobulines ou d'autres produits sanguins. En théorie, bien peu d'interactions, sinon aucune, ne surviennent entre les produits sanguins (ou les préparations d'Ig) et le vaccin antirotavirus. Le vaccin antirotavirus peut être administré à tout moment avant, pendant ou après l'administration d'immunoglobulines ou d'autres produits sanguins.

Références choisies

  • Centers for Disease Control and Prevention. The Pink Book: Epidemiology and Prevention of Vaccine Preventable Diseases. 13e éd. mise à jour, 2015. Consulté : juin 2015. Accès : http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/index.html
  • Comité consultatif national de l'immunisation. Déclaration sur les vaccins antirotavirus et l'intussusception. Consulté en Mars 2018 à l’adresse : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/vie-saine/declaration-vaccins-antirotavirus-et-intussusception.html.
  • Comité consultatif national de l'immunisation. Mise à jour de la déclaration sur l'utilisation des vaccins antirotavirus. Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 36 (DCC-4), p. 1-37, 2010.
  • Comité consultatif national de l'immunisation. Déclaration sur l'usage recommandé du vaccin antirotavirus pentavalent à souches réassorties de virus humain-bovin. Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 34 (DCC-1), p. 1-33, 2008.
  • Comité consultatif national de l'immunisation. Recension des écrits sur le rotavirus : Caractéristiques de l'infection et du vaccin. Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 36 (ACS-14), p. 1-32, 2010.
  • GlaxoSmithKline Inc. Monographie de produit - ROTARIXMC. Octobre 2010.
  • Merck Frosst Canada Ltd. Monographie de produit - RotaTeq®. Août 2010.
  • Organisation mondiale de la Santé. Update on intussusception following rotavirus vaccine administration. Wkly Epidemiol Rec 2014;7(89):57-58. Consulté juin 2015. Accès : http://www.who.int/wer/2014/wer8907.pdf
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :