Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD)

Résumé

  • Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) est un commandement militaire binational chargé de l’alerte aérospatiale, du contrôle aérospatial et de l’alerte maritime. Parce ce que c’est une entité binationale, son commandant est nommé par les chefs de gouvernement du Canada et des États Unis (É. U.) et il relève d’eux.
  • Le NORAD est la pierre angulaire de la relation que le Canada entretient avec les États-Unis en matière de défense et il procure aux deux pays une sécurité continentale plus grande que celle que chacun d’eux pourrait assurer individuellement.
  • Comme le précise la politique de défense du Canada, la modernisation du NORAD et les efforts déployés dans des domaines connexes se poursuivent pour renforcer la défense continentale contre les menaces actuelles et émergentes qui pèsent sur l’Amérique du Nord, en partenariat avec les É. U., [CAVIARDÉ].

Contexte

  • Le NORAD résulte d’un accord de défense binational équivalant à un traité entre le Canada et les É. U.; il a été établi en 1958 pour fournir l’alerte et le contrôle aérospatiaux et assurer ainsi la défense de l’Amérique du Nord. L’Accord du NORAD a été renouvelé à perpétuité en 2006, et l’alerte maritime a été ajoutée au mandat du Commandement.
  • Le commandant actuel du NORAD et de l’US Northern Command est le général Terrence J. O’Shaughnessy. Le lieutenant général Christopher Coates, du Canada, est le commandant adjoint du NORAD. Au Canada, le commandant du NORAD rend compte au gouvernement par l’intermédiaire du chef d’état major de la Défense, qui porte les dossiers à l’attention du ministre de la Défense nationale, au besoin.
  • Le Canada fournit des ressources financières, matérielles et humaines au NORAD. [CAVIARDÉ] membres des Forces armées canadiennes sont affectés au quartier général du NORAD, situé à la base aérienne Peterson, à Colorado Springs (Colorado). En tout, environ 1 000 membres des Forces armées canadiennes prennent part à la mission du NORAD dans l’ensemble de l’Amérique du Nord. Cette étroite coopération a donné lieu à une interopérabilité sans précédent entre les deux pays.
  • Le Canada fournit des avions de chasse en état d’alerte au NORAD au cours des opérations normales et il s’occupe de faire fonctionner et d’entretenir le segment canadien du Système d’alerte du Nord et trois emplacements d’opérations avancés installés à Inuvik, Iqaluit et Yellowknife pour appuyer les opérations des avions de chasse dans le Nord.
  • Les principales contributions du NORAD à la défense collective comprennent les opérations d’affirmation de la souveraineté dans le Nord, la défense continentale, la détection des lancements de missiles et l’alerte connexe et, de plus en plus, le soutien fourni dans le cadre des visites de chefs d’État et des événements très en vue (p. ex. les Jeux olympiques de 2010 à Vancouver). Après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, le NORAD a mis sur pied l’opération NOBLE EAGLE qui sert à lutter contre les menaces asymétriques pesant sur la sécurité aérienne en Amérique du Nord, par exemple si un aéronef civil est employé comme une arme.
  • Le NORAD exécute des missions tous les jours dans l’ensemble du continent. Les missions liées à la connaissance du domaine aérien sont exécutées par un réseau de radars terrestres et des avions chargés de détecter, d’identifier et de suivre les menaces éventuelles. Le NORAD applique toute une gamme de mesures de contrôle de l’espace aérien, depuis les restrictions visant les vols et l’espace aérien jusqu’au décollage immédiat d’avions du NORAD, à l’interception et à la prise à partie de cibles par eux. Les pistes d’intérêt peuvent être aussi bien des aéronefs civils que des avions de patrouille russes à long rayon d’action s’approchant de la zone d’identification de la défense aérienne du Canada.

Considérations

  • Du point de vue tant bilatéral que binational, le partenariat canado-américain en matière de défense fait partie intégrante de la sécurité continentale, et la profondeur et l’ampleur de notre relation procurent à nos deux pays une sécurité plus grande que celle que chacun obtiendrait individuellement. Le Canada et les États-Unis ont négocié un certain nombre d’accords bilatéraux de défense mutuelle (p. ex. le Plan de défense interalliée), les deux pays étant conscients du besoin de coopérer dans le cadre de toute une gamme de dossiers liés à la défense et à la sécurité tant pour assurer la défense continentale que pour intervenir sur la scène internationale.
  • La portée de cette profonde relation en matière de défense est accrue par l’intermédiaire de la structure binationale particulière du NORAD en vertu de laquelle le Commandement rend compte aux gouvernements du Canada et des États Unis et se compose de personnel fourni par les deux pays. Le NORAD figure en bonne place dans la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, ce qui met en lumière l’importance continue du NORAD pour le Canada pour ce qui concerne la sécurité continentale et l’ensemble des relations canado-américaines en matière de défense. La défense de l’Amérique du Nord constitue un des principaux piliers de Protection, Sécurité, Engagement et représente une des missions fondamentales des Forces armées canadiennes.
  • Le contexte de sécurité mondiale évolue rapidement et comporte un éventail de menaces pour le Canada. Vu l’équilibre des pouvoirs qui est en mutation, tout comme la nature des conflits, la progression rapide des technologies – par exemple les systèmes de missile perfectionnés – et les menaces diffuses dans l’espace et le cyberdomaine, l’Amérique du Nord n’est désormais plus un sanctuaire. [CAVIARDÉ]
  • Protection, Sécurité, Engagement a engagé le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes à collaborer avec les États Unis pour moderniser le NORAD afin de relever les défis existants et de faire face aux menaces en devenir pesant sur l’Amérique du Nord, en prenant en compte la gamme complète des menaces. [CAVIARDÉ]
  • Dans l’esprit de la politique de défense du Canada, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes travaillent de concert avec les É. U. afin de cerner les nouvelles technologies qu’il serait possible de mettre au point et de déployer pour améliorer la surveillance et le contrôle dans l’Arctique, ce qui comprendrait la modernisation du Système d’alerte du Nord. Voilà qui contribuera grandement à l’accomplissement de la mission du NORAD et à la défense globale de l’Amérique du Nord.
  • En 2006, l’Accord binational du NORAD a été renouvelé à perpétuité, mais il doit être révisé et modifié, au besoin, au moins tous les quatre ans. La dernier examen complet du mandat du NORAD remonte à 2017, et aucun changement n’a alors été recommandé.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :