Groupe des triarylméthanes - fiche d’information

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique des substances du Groupe des triarylméthanes, appelée une évaluation préalable, afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l’environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)] le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer les effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement) et les niveaux d’exposition des personnes ou de l’environnement. Une substance peut avoir un potentiel de danger élevé, mais le risque pour la santé humaine et l’environnement dépend du niveau d’exposition à la substance.
  • Par suite de la présente évaluation préalable, il est proposé de conclure que le malachite green est nocif pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels. En outre, il est proposé de conclure que le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 sont nocifs pour l’environnement. Le basic violet 3, le basic violet 4 et le basic blue 7 sont associés à des effets préoccupants pour la santé. Cependant, le risque pour la santé humaine est faible aux niveaux d’exposition actuels. Il n’est pas proposé de conclure que le pigment blue 61 et le brilliant blue FCF sont nocifs pour la santé humaine et l’environnement.

À propos de ces substances

  • La présente évaluation préalable vise six des sept substances appelées collectivement substances du Groupe des triarylméthanes dans le Plan de gestion des produits chimiques (PGPC). Les substances évaluées dans cette évaluation préalable sont le basic violet 3, le malachite green, le pigment blue 61, le basic violet 4, le basic blue 7 et le brilliant blue FCF.
  • En ce qui concerne l’autre substance du Groupe des triarylméthanes, d’autres approches ont déterminé qu’elle était peu préoccupante pour la santé humaine et l’environnement. L’Examen préalable rapide des substances avec une exposition limitée pour la population générale présente les conclusions sur le NR CAS 632-99-5.
  • Les triarylméthanes ne sont pas présents naturellement dans l’environnement. Ils sont principalement utilisés comme colorants : teintures et/ou pigments dans les encres, les toners et les colorants, dans les produits de papier, les mélanges ou les articles fabriqués, et peut-être dans l’emballage des aliments.
  • Des substances de ce groupe pourraient être utilisées dans d’autres produits disponibles pour les consommateurs, notamment dans le matériel d’artisanat pour enfants (par exemple, les marqueurs à la peinture), les cosmétiques, les produits nettoyants et le traitement de l’eau pour les poissons d’aquarium. Elles sont également utilisées dans des produits industriels et des produits de laboratoire.
  • Le basic violet 3 est un ingrédient médicinal utilisé dans les produits pharmaceutiques à usage humain ou vétérinaire. Le brilliant blue FCF est également utilisé dans des aliments, des produits de santé naturels, des produits antiparasitaires, des médicaments en vente libre, des médicaments d’ordonnance et une vaste gamme d’autres produits disponibles aux consommateurs.

Exposition des Canadiens et de l’environnement

  • En ce qui concerne la santé humaine, les principales sources d’exposition aux cinq substances colorantes de ce groupe (le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4, le basic blue 7 et le brilliant blue FCF) sont les produits disponibles aux consommateurs et l’environnement (p. ex., l’eau potable). La population générale du Canada ne devrait pas être exposée au pigment blue 61.
  • Nous avons estimé l’exposition potentielle par voie orale ou cutanée aux cinq substances colorantes par l’eau potable ou l’utilisation de divers produits disponibles aux consommateurs. Dans le cas du brilliant blue FCF, nous avons aussi caractérisé l’exposition potentielle par inhalation de parfum et l’exposition alimentaire potentielle découlant de sa présence sous forme d’additif.
  • Toutes ces substances peuvent être rejetées dans l’environnement canadien par suite de leur utilisation au Canada, notamment de la teinture du papier, du désencrage du papier, ainsi que de la formulation, de la fabrication et de l’utilisation, par les consommateurs, de produits contenant ces substances.
  • L’évaluation environnementale a été axée sur l’exposition due aux rejets à l’égout découlant de l’utilisation de produits contenant ces substances et aux rejets provenant de sites industriels.
  • Ces substances peuvent être rejetées dans le milieu aquatique et le milieu terrestre (l’eau et la terre) et persistent en général dans l’eau, les sédiments et le sol.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • Le basic violet 3 a été rangé dans la catégorie des substances cancérogènes présumées, selon le Système général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits chimiques approuvé par l’Union européenne.
  • Les données sur les effets sur la santé étaient quelque peu limitées pour le malachite green. Par conséquent, une approche comparative faisant appel à des produits chimiques similaires, appelée extrapolation, a été utilisée pour l’évaluation des effets potentiels sur la santé. À l’aide des données disponibles pour une substance apparentée, on a pu déterminer que les effets sur le développement sont l’effet important ou « critique » pour la caractérisation des risques pour la santé humaine découlant d’une exposition au malachite green.
  • La cancérogénicité (la capacité potentielle de causer le cancer) est l’effet critique déterminé par la caractérisation des risques pour la santé humaine associés au basic violet 4 et au basic blue 7, à l’aide de l’extrapolation.
  • Le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 ont le potentiel de causer des effets aux organismes aquatiques à de faibles concentrations.
  • Le brilliant blue FCF peut également causer des effets sur les organismes aquatiques à des concentrations relativement plus élevées, selon les données expérimentales. Aucun effet n’a été observé avec le pigment blue 61.

Résultats de l’évaluation des risques

  • D’après une comparaison des concentrations auxquelles les Canadiens peuvent être exposés au basic violet 3, au basic violet 4, au basic blue 7 et au brilliant blue FCF, avec les concentrations associées aux effets sur la santé, il a été déterminé que les risques pour la santé humaine découlant de l’exposition à ces quatre substances sont faibles. Les risques sont également considérés comme faibles pour le pigment blue 61, car l’exposition devrait être nulle.
  • Des comparaisons similaires d’exposition au malachite green avec les concentrations associées à des effets sur la santé ont toutefois indiqué que cette substance peut présenter des risques pour la santé humaine.
  • Dans l’évaluation environnementale, il a été conclu que le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 peuvent présenter des risques pour les organismes aquatiques, d’après les scénarios de teinture et de désencrage du papier, mais pas pour les scénarios de formulation générale/manipulation de produits et d’utilisation de produits par les consommateurs.
  • Compte tenu de tous les renseignements présentés, il a été déterminé que le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 présentent a des risques de causer des effets nocifs à l’environnement. Le pigment blue 61 et le brilliant blue FCF ne devraient pas poser de risque pour l’environnement.
  • En outre, il est proposé de conclure que le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 satisfont aux critères de persistance, mais pas à ceux de la bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation pris en application de la LCPE (1999).
  • Le gouvernement a publié l’Ébauche d’évaluation préalable des substances du Groupe des triarylméthanes le 8 décembre 2018. Cette publication est suivie d’une période de consultation publique de 60 jours se terminant le 6 février 2019.

Conclusions de l’évaluation préalable proposées

  • Par suite de la présente évaluation préalable, le gouvernement propose de conclure que le malachite green peut être nocif pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels. Il est également proposé de conclure que les cinq autres substances ne sont pas nocives pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels.
  • Le gouvernement propose de conclure que le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 pénètrent dans l’environnement à des concentrations qui peuvent être nocives pour l’environnement. Il est également proposé de conclure que le pigment blue 61 et le brilliant blue FCF ne pénètrent pas dans l’environnement à des concentrations qui sont nocives pour l’environnement.

Mesures préventives et réduction des risques

  • Le gouvernement a publié le projet de Cadre de gestion des risques associés au basic violet 3, au malachite green, au basic violet 4 et au basic blue 7 le 8 décembre 2018. Cette publication est assortie d’une consultation publique de 60 jours se terminant le 6 février 2019.
  • Le gouvernement a l’intention d’ajouter le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 à l’annexe 1 de la LCPE (1999), aussi appelée Liste des substances toxiques.
  • Si la conclusion proposée est confirmée dans l’évaluation préalable finale, le gouvernement propose les mesures de gestion des risques suivantes pour atténuer les préoccupations en matière de santé humaine associées au malachite green :
    • ajouter le malachite green à la Liste critique des ingrédients des cosmétiques de Santé Canada;
    • appliquer les dispositions relatives aux Avis et arrêtés de nouvelle activité (NAc) en vertu de la LCPE (1999) au malachite green. La NAc prévoirait que le gouvernement soit informé de toute nouvelle activité liée au malachite green, et que les risques potentiels pour la santé humaine et/ou l’environnement, associés à la nouvelle activité, soient évalués avant l’utilisation de la nouvelle activité.
    • étudier plus à fond le besoin de gestion des risques concernant les produits de bricolage contenant du malachite green, qui peuvent être utilisés par les enfants.
  • Le gouvernement propose également les mesures de gestion des risques suivantes pour atténuer les préoccupations d’ordre environnemental concernant le basic violet 3, le malachite green, le basic violet 4 et le basic blue 7 (triarylméthanes non sulfonés) :
    • collaborer avec les parties intéressées pour quantifier davantage les sources de rejets de triarylméthanes non sulfonés dans l’environnement pendant leur cycle vital;
    • élaborer des initiatives réglementaires et non réglementaires réduirait les rejets de basic violet 3, de malachite green, de basic violet 4 et de basic blue 7 provenant du secteur des pâtes et papiers à des concentrations qui préviendraient ou réduiraient au minimum les effets sur le milieu aquatique.
  • Le gouvernement cherche des renseignements pour éclairer la prise de décisions en matière de gestion des risques. Pour de plus amples renseignements et pour connaître l’endroit où envoyer les renseignements pendant la période de consultation publique se terminant le 6 février 2019, veuillez consulter le Cadre de gestion des risques.
  • Même si le basic violet 3, le basic violet 4 et le basic blue 7 ne sont pas considérés comme nocifs pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels, ils sont jugés préoccupants pour la santé humaine. Il pourrait y avoir des risques pour la santé humaine si les niveaux d’exposition devaient augmenter.
  • Par conséquent, des activités de suivi pour tout changement dans l’exposition et/ou le profil d’emploi commercial de ces trois substances (basic violet 3, basic violet 4 et basic blue 7) sont envisagées.
  • On encourage les parties intéressées à fournir, sur ces substances, toute information pouvant contribuer à éclairer le choix de l’activité de suivi, pendant la période de consultation publique de 60 jours portant sur l’évaluation. L’information peut concerner l’importation nouvelle ou prévue de la substance ou encore la production ou l’utilisation de la substance.
  • Pour de plus amples renseignements et mises à jour sur les mesures de gestion des risques, veuillez consulter le tableau des mesures de gestion des risques du PGPC et l’Échéancier des activités de gestion des risques et des consultations sur un horizon mobile de deux ans.

Important à savoir

  • Certaines de ces substances peuvent être présentes dans certains produits offerts aux consommateurs. Pour se protéger et protéger l’environnement, les Canadiens devraient respecter les mises en garde et les instructions inscrites sur les étiquettes des produits, et éliminer les produits de manière responsable.
  • Certaines de ces substances peuvent être présentes dans le matériel de bricolage destiné aux enfants. Santé Canada a fourni de l’information générale sur l’utilisation sécuritaire des matériaux d’art et d’artisanat.
  • Veuillez consulter Healthy Home pour d’autres informations sur la sécurité des produits chimiques utilisés à l’intérieur et autour de la maison.
  • L’étiquette de produit des cosmétiques doit comprendre une liste de tous les ingrédients établie selon le système de la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (INCI). Dans le système INCI, le malachite green devient le Basic Green 4.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés aux substances du Groupe des triarylméthanes en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :