Forces prêtes au combat

Description

Déployer des forces prêtes au combat et pouvant réussir dans un environnement de sécurité imprévisible et complexe, en exécutant des opérations simultanées liées à toutes les missions confiées officiellement.

Résultats

Pour déterminer la capacité des forces armées canadiennes (FAC) à appuyer les missions attribuées par le gouvernement du Canada, comme il est indiqué dans la politique de défense du Canada Protection, Sécurité, Engagement (PSE), les FAC nécessitent la surveillance continue des capacités clés (personnel, équipement, instruction, fournitures). Pour atteindre cet objectif, le Ministère a terminé un exercice de planification et de portée pour la posture de la force et la disponibilité opérationnelle (PF & DO), avec trois grands objectifs à l’esprit : améliorer la connaissance de la situation, améliorer la posture et permettre l’analyse. Par conséquent, le Ministère a acquis une meilleure compréhension de la portée, de l’approche, des coûts et de l’échéancier de la livraison d’une nouvelle solution de PF & DO en remplacement de l’outil de gestion stratégique et de disponibilité opérationnelle actuel, tout en assurant de nouvelles fonctionnalités améliorées et en reconcevant l’approche du Ministère pour évaluer la disponibilité opérationnelle de la force.

La directive sur la PF & DO définit les exigences requises pour appuyer les capacités et les tâches simultanées multimissions, comme il est décrit dans la politique de PSE. La directive fait en sorte que l’entraînement et la posture des éléments de la force (unités ou capacités individuelles ou collectives) conviennent aux niveaux de préparation établis. Les niveaux de disponibilité opérationnelle sont atteints par l’instruction individuelle (instruction des membres des FAC), l’instruction collective (former les équipes à travailler ensemble) ainsi que les activités de validation (évaluations), l’entretien de l’équipement et la gestion de la préparation.

Les niveaux de disponibilité opérationnelle ont continué d’être atteints, conformément au plan de gestion de l’état de préparation, grâce à la préparation de l’équipement requis pour l’instruction et les opérations et à l’exécution de l’instruction individuelle et collective. Cette combinaison a permis aux FAC d’avoir la souplesse nécessaire pour répondre à divers ensembles de missions, notamment la diplomatie de la défense, la collaboration avec d’autres ministères et organismes du gouvernement du Canada à l’appui de la défense nationale et de la sécurité, la fourniture rapide d’aide humanitaire et de secours aux sinistrés, les opérations de soutien de la paix et les opérations de combat.

L’Aviation royale canadienne (ARC) a produit et maintenu une puissance aérienne et spatiale efficace, pertinente et souple pendant toute l’AF 2019-2020. Avec des forces aériennes et spatiales agiles et adaptables, l’ARC a appuyé des missions de recherche et de sauvetage (SAR) et des missions du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) et elle a prêté main-forte aux autorités civiles et à d’autres ministères dans le cadre d’opérations nationales et de secours aux sinistrés. Les éléments de la force de l’ARC ont participé à plus de 15 exercices de préparation, comprenant des partenaires de l’OTAN et des alliés du Groupe des cinq. De plus, l’ARC a apporté un soutien aux forces à plus de 20 missions, tant à l’échelle nationale qu’à l’étranger.

À titre de force navale du Canada, la Marine royale du Canada (MRC) a continué d’être un instrument de la puissance nationale rapidement déployable, très souple et polyvalent qui a fourni au gouvernement du Canada des options en matière de défense maritime à l’appui des objectifs nationaux. Pour répondre à ces exigences, la Marine royale canadienne (MRC) a mené plusieurs exercices et opérations avec les forces alliées afin d’améliorer l’interopérabilité, de renforcer les relations et de maintenir la sécurité maritime mondiale. Les réalisations précises comprennent l’interdiction de millions de dollars de drogues illicites à l’échelle mondiale par l’intermédiaire de l’opération CARIBBE et de l’opération ARTEMIS, en renforçant les capacités des pays partenaires grâce à l’opération PROJECTION et en menant le 2e Groupe maritime permanent OTAN (SNMG2) dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

Au cours de l’AF 2019-2020, l’Armée canadienne (AC) a généré et déployé des éléments de la force dans le cadre d’opérations nommées tout en préservant des éléments de la force pour les engagements de circonstance envers les alliés; produisant dans l’ensemble des effets en temps voulu à l’échelle internationale et nationale. L’AC a fourni des forces terrestres demandées pour des opérations nationales, comme l’opération LENTUS, l’opération NANOOK et l’opération LASER à l’échelle internationale pour l’opération IMPACT (Moyen-Orient), l’opération PRÉSENCE (Afrique), l’opération UNIFIER et l’opération REASSURANCE (Europe). Afin de s’assurer que l’AC est en mesure de générer les cibles assignées, elle a ajusté son plan de gestion de l’état de préparation afin d’augmenter la part de ses forces prêtes à être déployées tout au long de l’AF 2020-2021. Compte tenu des réalités sans précédent de la pandémie de COVID-19 et des exigences permanentes de l’opération LASER 20-01, l’AC continue de s’adapter. Bien que les implications soient encore en développement, l’AC demeure résiliente dans la prestation des extrants opérationnels.

Les programmes de gestion de la disponibilité opérationnelle du ministère de la Défense nationale (MDN) ont continué de faire en sorte que les FAC soient entraînées et équipées adéquatement pour constituer une force adaptable, agile, réactive et interopérable au pays, auprès des autorités civiles et des autres ministères, et à l’international, auprès de nos alliés et partenaires.

Le Programme de gestion de l’état de préparation interarmées fournit des lignes directrices relatives à l’instruction sur la disponibilité opérationnelle interarmées dans les FAC. Il donne également des directives sur ce qui doit être fait pour maintenir et accroître encore plus le niveau de disponibilité opérationnelle interarmées des FAC. La plupart des exercices d’entraînement interarmées sont axés sur les trois fonctions opérationnelles que sont le commandement, la détection et le maintien en puissance, avec de légères variations seulement. Dans l’ensemble, 94 % des exercices prévus ont été réalisés au cours de l’AF 2019-2020.

Expérimentation

Les activités d’expérimentation liées à la défense sont décrites dans le présent rapport sous la responsabilité essentielle 4 – Conception de la force de l’avenir.

Principaux risques ministériels

Deux principaux risques ministériels du MDN et des FAC sont associés à la responsabilité essentielle des Forces prêtes au combat. Il y a un risque que les FAC ne soient pas en mesure de répondre à la demande du personnel militaire opérationnel. Il y a également un risque que les FAC ne disposent pas d’éléments de force suffisants et offrant un état de préparation approprié pour répondre aux missions simultanées et aux niveaux de disponibilité opérationnelle assignés. Bon nombre des contrôles de prévention et d’atténuation de ces risques sont définis comme des activités de chaque résultat ministériel ci-dessous.

Résultat ministériel 2.1 – Les Forces armées canadiennes sont prêtes à mener des opérations simultanées

Exercice FORMIDABLE SHIELD

QinetiQ workers prepare to deploy the Vindicator drone before a live fire exercise onboard Her Majesty’s Canadian Ship (HMCS) ST. JOHN’S during Exercise FORMIDABLE SHIELD on 4 May 2019.

Des employés de QinetiQ s’apprêtent à procéder au lancement d’un drone Vindicator avant un exercice de tir réel à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) ST. JOHN’S au cours de l’exercice FORMIDABLE SHIELD, le 4 mai 2019.

Photo : Soldat Sarina McNeill


  • Les FAC ont généré et soutenu des forces navales, terriennes, aériennes, des forces spéciales et des capacités interarmées à haut niveau de disponibilité opérationnelle afin d’atteindre les niveaux de PF & DO exigés par le chef d’état-major de la défense (CEMD) et les exigences concernant les missions simultanées exposées dans la politique PSE. Au cours de l’AF 2019-2020, nous avons fait progresser un certain nombre d’initiatives pour améliorer la disponibilité opérationnelle, notamment :
    • L’exercice JOINTEX est une série annuelle et durable d’activités d’éducation militaire professionnelle des FAC, de développement des capacités interarmées et d’activités d’instruction qui sont menées dans le cadre d’un cycle continu de trois ans. Voici des points saillants de l’AF 2019-2020 :
      • Partie intégrante de la série JOINTEX, JOINTEX 19-02 s’est concentrée sur les essais 3A et 3B du centre de guerre interarmées du Canada, qui visent à mettre en œuvre la version mise à jour complète du processus de ciblage du spectre, qui tient compte, dans la plupart des cas, des effets de ciblage non liées aux munitions, notamment : la guerre électronique ainsi que les opérations cybernétiques et d’information;
      • Le symposium des opérations interarmées a eu lieu en février 2020. Il s’agit du principal événement de la première phase de l’opération JOINTEX, et d’un forum important dans lequel l’équipe nationale de défense et de sécurité du Canada, ainsi que d’autres partenaires en matière de sécurité, communiquent des points de vue, renforcent les relations et stimulent la discussion sur les activités dans l’environnement mondial moderne; et
      • L’intégration des fonctions C4ISR (commandement, contrôle, communications, informatique, renseignement, surveillance et reconnaissance), des processus de ciblage stratégiques et opérationnels et des activités de rassemblement et de soutien des troupes dans un théâtre, dans le contexte du Groupe des cinq, a été mis en pratique lors de l’exercice JOINTEX.
    • VIGILANT SHIELD est un exercice annuel des trois commandements (NORAD, United States Northern Command [USNORTHCOM] et Commandement des opérations interarmées du Canada) axé sur la défense de l’Amérique du Nord. L’exercice vise à préparer les participants à travailler à la défense du continent nord-américain et il porte sur la coordination de la planification ainsi que du commandement et du contrôle entre les quartiers généraux concernés. À la faveur de cet exercice, les FAC ont parfait la coopération militaire interarmées et multinationale aux chapitres de la planification, de la préparation et de l’exécution des opérations de défense de l’Amérique du Nord, aux fins des missions suivantes :
      • Mission 1 : détecter et dissuader les menaces ou les attaques visant le Canada et s’en défendre; et
      • Mission 2 : détecter et dissuader les menaces pesant sur l’Amérique du Nord, ou les attaques dirigées contre elle, de concert avec les États-Unis, notamment par l’intermédiaire du NORAD et s’en défendre.
    • L’exercice VIGILANT SHIELD 20 a vu la participation du quartier général du commandement le plus ambitieux et le plus robuste à ce jour. Des efforts concertés ont été réalisés pour la mise sur pied d’un centre d’opérations interarmées interne afin de gérer, de diffuser et de répondre aux demandes spécifiques de cet exercice. Même si ce centre d’opérations interarmées était propre aux exigences de l’exercice VIGILANT SHIELD, il a servi de gabarit pour tout besoin de surveillance de combat, et de nombreuses observations ont été recueillies sur les améliorations qui pourraient être apportées à la façon dont les opérations sont gérées à partir d’un point de vue du quartier général du commandement opérationnel. Au cours de l’AF 2020-2021, l’exercice VIGILANT SHIELD 21 s’appuiera sur ces progrès et sur ces leçons afin de continuer à faire progresser cette capacité des FAC.
    • TRADEWINDS 19 est un exercice interorganismes multinational d’interdiction maritime et de sécurité au sol dirigé par l’United States Southern Command. Des membres des FAC y ont pris part en juin 2019. Cet exercice a réuni 22 pays et des organisations régionales clés. L’exercice a eu lieu à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, et en République dominicaine. Les FAC ont participé aux activités en mer et sur terre. En tout, elles ont envoyé environ 80 soldats et marins, y compris un navire, une équipe de plongeurs et des mentors de la MRC et de l’AC; par ailleurs, une équipe conjointe d’évaluation des catastrophes, composée de représentants des FAC et d’Affaires mondiales Canada (AMC), s’est entraînée à intervenir en cas de crise humanitaire.
  • La planification a débuté pour la participation des FAC à l’exercice STEADFAST DEFENDER 21 de l’OTAN, en mettant l’accent sur la participation à la partie 1 – voies de communication/renforcement maritime, et la mise en place du nouveau commandement de l’OTAN, le commandement des Forces interarmées Norfolk.
  • Commandement et contrôle, ainsi que la coopération avec les pays arctiques, y compris les États-Unis, pour l’exécution des opérations ou des missions en Arctique;
    • L’opération NANOOK a lieu tous les ans dans les régions les plus septentrionales du Canada; et
    • L’exercice ARCTIC ZEPHYR est demeuré reporté à l’AF 2020-2021.
  • Renforcement de la préparation des FAC en évaluant les tendances, les menaces et les possibilités de la technologie. Pour aborder les technologies émergentes, y compris les environnements virtuels aériens, maritimes, spatiaux et cybernétiques, le MDN et les FAC ont mis sur pied une ligne d’effort consacrée à l’instruction pour les futurs environnements opérationnels.
  • Le MDN et les FAC ont participé à plusieurs activités d’instruction cybernétique des FAC dans le but de se préparer à défendre le Canada, le continent et les intérêts internationaux contre les menaces cybernétiques;
    • Cours d’endoctrinement sur le domaine cybernétique – mené du 21 octobre au 1er novembre 2019 : le matériel de ce cours comprenait la façon d’intégrer les considérations cybernétiques dans les fonctions essentielles de l’état-major, notamment les politiques, les services juridiques, l’approvisionnement, les projets, les ressources humaines et l’instruction. Ce cours a fourni une compréhension des opérations cybernétiques et a élargi la compréhension des opérations cybernétiques militaires modernes et le contexte dans lequel elles sont menées;
    • L’exercice CYBER FLAG 19 exécuté du 10 au 28 juin 2019 à Suffolk, en Virginie est un exercice d’instruction tactique interarmées dirigé par le USCYBERCOM axé sur la conduite d’opérations cybernétiques dans l’ensemble du spectre à l’appui des guerres de coalitions contre un adversaire réaliste et motivé dans un environnement virtuel;
    • L’exercice Cyber Warrior 19 mené du 18 au 29 novembre 2019 au Royaume-Uni est un exercice bi-annuel de formation cybernétique organisé par le Royaume-Uni et axé sur les contributions cybernétiques offensives et défensives aux opérations militaires dans l’ensemble du spectre. Les FAC ont mis l’accent sur le processus de planification des opérations cybernétiques interarmées, la normalisation du processus de planification opérationnelle cybernétique, la normalisation des activités cybernétiques défensives et l’établissement de partenariats, tant à l’interne qu’à l’externe des FAC; et
    • L’exercice CYBER COALITION 19 exécuté du 2 au 6 décembre 2019 en Estonie était un exercice annuel dirigé par l’OTAN relevant du domaine cybernétique. L’objectif est d’améliorer la coopération et la collaboration entre les membres de l’OTAN en renforçant la capacité de l’OTAN et des alliés à protéger et à défendre le cyberespace allié et à mener des opérations militaires dans le cyberespace et par l’intermédiaire de celui-ci. La coordination et la collaboration comprennent l’exercice des procédures de l’OTAN et nationales dans le domaine cybernétique, y compris les pratiques exemplaires en matière d’échange d’information, l’amélioration de la connaissance de la situation dans le domaine cybernétique, et la prestation de conseils et de prise de décision, conformément aux rôles et responsabilités nationaux.
  • Le MDN et les FAC ont avancé la mise en œuvre de la puissance aérienne et spatiale moderne au moyen de multiples initiatives et la réalisation de plusieurs jalons au cours de l’AF 2019-2020 : voici une liste de ces entreprises :
    • la sous-ministre (SM) et le chef d’état-major de la défense (CEMD) ont signé la directive de mise en œuvre sur les opérations spatiales;
    • l’approbation de procéder à un concept d’opération de l’espace interarmées des FAC, y compris les plans de mise sur pied d’une division spatiale canadienne au niveau de la formation a été reçue;
    • la création de l’effet spatial avancé pour développer davantage les capacités spatiales;
    • la participation à l’initiative des opérations spatiales internationales du Canada visant à faire progresser le commandement et le contrôle (C2) et les opérations spatiales globales combinées;
    • le début de la participation du Canada à l’opération Olympic Defender;
    • la mise sur pied de la cellule des opérations techniques combinées à la base aérienne de Vandenberg dans le cadre du Centre des opérations spatiales interarmées;
    • la planification et la coordination de l’utilisation de la détection des navires polaires en temps quasi réel avec l’armée suédoise pour appuyer l’exercice AURORA 20, et avec les forces militaires finlandaises pour appuyer l’exercice ARCTIC LOCK. Ces sites permettent l’expérimentation de l’échange d’information avec nos partenaires de l’Arctique;
    • la coordination et l’intégration avec le commandement spatial des États-Unis et l’USSTRATCOM afin de réaliser un scénario d’interférence électromagnétique avec un satellite appartenant au Canada;
    • la planification et exécution menées dans le cadre de l’exercice GLOBAL SENTINEL; les participants comprenaient 16 pays et leurs diverses ressources spatiales et terrestres;
    • la participation au premier exercice Space Flag de la coalition, où des tactiques, des techniques et des procédures ont été communiquées pour les opérations spatiales défensives en orbite entre les alliés du Groupe des cinq;
    • la collaboration avec le Centre des opérations spatiales interarmées, qui a apporté un soutien spatial à l’appui des opérations PRESENCE, RENAISSANCE, NEON et IMPACT; et
    • l’obtention de l’approbation du projet d’immobilisations mineur afin d’élaborer une image commune des activités de l’espace canadien. Cette capacité sera alimentée par l’initiative du C2 de l’espace allié.
  • Nous avons continué de faciliter le mouvement des personnes, du matériel, de l’équipement et des approvisionnements dans des endroits lointains autour du globe et d’assurer des lignes de communication stratégiques efficaces entre le Canada et le théâtre. Le MDN et les FAC ont réussi à appuyer toutes les exigences de la mission par l’expansion continue des carrefours de soutien opérationnel (CSO), mais également par des relations diplomatiques et des ententes avec nos alliés et d’autres ministères et organismes gouvernementaux et, en s’adaptant à la capacité régionale, au pays hôte ou à d’autres ressources externes. Au cours de l’AF 2019-2020, les réalisations dignes de mention comprennent ce qui suit :
    • CSO-Europe : a continué d’améliorer le soutien aux missions des FAC basées en Europe et de renforcer les liens avec le soutien interarmées allemand et le service habilitant afin de promouvoir la coopération logistique multinationale dans la région européenne et dans d’autres opérations internationales;
    • CSO-Afrique de l’Ouest : a permis à la force opérationnelle du Mali de se rapprocher du théâtre, ce qui impliquait le rapatriement de plus de 907 100 kilogrammes (environ 2 millions de livres) de fret. Par la suite, les opérations du CSO ont été réduites à un état stable pour permettre des missions durables des FAC en Afrique;
    • CSO-Asie du Sud-Ouest : il est demeuré en appui direct des activités liées à l’opération IMPACT et des liens de soutien régional plus adaptés ont été établis avec d’autres missions dans la région, comme l’opération FOUNDATION;
    • CSO-Amérique latine/Caraïbes : renforcement des liens d’interopérabilité avec les États-Unis, la Jamaïque et d’autres partenaires internationaux par l’intermédiaire d’exercices interarmées visant à améliorer l’agilité et la réactivité des besoins en matière d’aide humanitaire et de secours aux sinistrés dans la région;
    • CSO-Afrique de l’Est : il n’y a pas de besoin opérationnel de développer ce CSO dans un avenir prévisible, et il n’y a pas d’exigence opérationnelle; et
    • Pour l’Asie de l’Est, des arrangements logistiques et diplomatiques négociés ont été utilisés et demeurent la base du soutien dans cette région, au lieu d’un CSO durable. Ce concept ne prévoit pas de base des forces, de matériel prépositionné ou d’infrastructures dédiées. Au contraire, des arrangements précis seront négociés qui exposent le concept de CSO et le soutien requis s’il est activé.
  • Nous avons avancé l’intégration de nos capacités spatiales avec la mission pangouvernementale de la mission de la Constellation RADARSAT, qui a été lancée le 12 juin 2019 et est devenue opérationnelle à la fin de 2019. Elle offre une capacité de connaissance de la situation à l’échelle mondiale. Les FAC ont commencé à acquérir des images.
  • La capacité opérationnelle initiale des deux stations terrestres de l’Epsilon polaire du MDN et des FAC a été retardée en raison des défis liés à la programmation et de la COVID-19. Par conséquent, on ne peut pas tirer pleinement parti de la MRC tant que les stations terrestres ne sont pas devenues opérationnelles.
  • La livraison du futur NCSM Harry DeWolf, la première unité du projet de navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique,  a été reportée à l’été 2020. La MRC intégrera le futur NCSM Harry DeWolf à la flotte une fois livré. Les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique seront en mesure de naviguer dans la glace de mer jusqu’à un mètre d’épaisseur, ce qui permettra de prolonger la capacité de la MRC à opérer dans l’Arctique, améliorant ainsi la connaissance de la situation des FAC et contribuera au maintien de la souveraineté canadienne dans le Nord. Le navire sera également en mesure d’opérer avec un hélicoptère Cyclone embarqué dans le cas de diverses missions au pays et dans le monde entier. Ce navire contribuera à la surveillance côtière, aux opérations de recherche et de sauvetage, à la lutte antidrogue, aux opérations d’aide humanitaire et de secours aux sinistrés, et il sera en mesure de s’intégrer à un éventail de partenaires internationaux. L’acquisition de six navires augmentera considérablement la capacité de la MRC à déployer ses navires simultanément, au pays ou à l’étranger, ce qui permettra à la MRC d’utiliser sa flotte de façon plus efficace pour rencontrer ses objectifs.
  • L’AC met encore à jour son système de gestion de l’état de préparation afin de mieux assurer la disponibilité opérationnelle à l’appui des impératifs opérationnels simultanés de la politique PSE. Au cours de l’AF 2019-2020, le système de gestion de l’état de préparation a été ajusté afin d’augmenter la part de ses forces prêtes à être déployées tout au long de l’AF 2020-2021. De plus, l’AC continue d’assurer la mise en œuvre de la Réserve de l’Armée de terre afin de respecter les niveaux de disponibilité opérationnelle assignées.
  • L’ARC a intégré les nouvelles capacités de remplacement et de rechange suivantes à la structure de l’ARC au cours de l’AF 2019-2020 :
    • Les deux premiers avions de chasse achetés en Australie sont opérationnels et ont volé avec les couleurs de l’ARC;
    • Le Cyclone CH-148 (remplaçant le CH-124 Sea King) s’est embarqué dans le cadre d’opérations, y compris, sans toutefois s’y limiter, l’opération ARTEMIS;
    • Le projet d’aéronef de recherche et de sauvetage à voilure fixe CC-295 a franchi une étape importante en janvier 2020, alors que l’instructeur de maintenance des aéronefs a quitté Séville (Espagne) pour se rendre au Canada; et
    • Le nouveau centre d’instruction en recherche et sauvetage est en cours de construction à la 19e Escadre Comox, en Colombie-Britannique, et devrait être achevé à la mi-année 2020. Il s’agit du centre où l’équipage d’aéronef de recherche et sauvetage de l’ARC et le personnel de maintenance seront formés. Le nouveau centre d’instruction comprendra : dix salles de cours, des appareils de formation de pointe, notamment un simulateur complet de vol, un poste de pilotage d’entraînement, un simulateur de poste de détection et un simulateur d’entretien d’aéronef. L’instruction sur la simulation améliore l’efficience, l’incidence sur l’environnement et les opérations en réduisant la nécessité d’utiliser des aéronefs opérationnels aux fins d’instruction.

Les FAC sont prêtes

Un pilote d'hélicoptère CH-148 Cyclone est assis aux commandes de l'appareil avant de décoller du navire amiral du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG2), le NCSM HALIFAX au cours de l'exercice DOGU AKDENIZ 19, dans le cadre de l'opération REASSURANCE, dans l’Est de la Méditerranée, le 14 novembre 2019.

Un pilote d'hélicoptère CH-148 Cyclone est assis aux commandes de l'appareil avant de décoller du navire amiral du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG2), le NCSM HALIFAX au cours de l'exercice DOGU AKDENIZ 19, dans le cadre de l'opération REASSURANCE, dans l’Est de la Méditerranée, le 14 novembre 2019.

Photo : Matc Dan Bard, Caméra de combat des Forces canadiennes


  • Le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) demeure à un niveau de disponibilité opérationnelle très élevé afin de désorganiser ou de réagir à des situations de crise émergentes ou à des menaces à l’encontre des Canadiens et des intérêts canadiens. Le COMFOSCAN a maintenu une force d’opérations spéciales polyvalente hautement qualifiée, prête à opérer au pays et à l’étranger dans des situations qui posent un risque pour l’intérêt national. Le COMFOSCAN a contribué à la capacité des FAC à anticiper les menaces à l’aide des éléments suivants :
    • la préparation et la tenue à jour des forces à haut niveau de préparation;
    • la tenue d’une instruction individuelle et collective avec les principaux alliés et les alliés du Groupe des cinq;
    • la mise sur pied de forces conçues pour mener des activités de collecte de renseignement, de surveillance et de reconnaissance; et
    • le commandement et le contrôle des activités opérationnelles dans le monde entier.

Les membres du Commandement des Forces d'opérations spéciales canadiennes travaillent avec leurs partenaires des Forces armées nigériennes au cours de l'exercice FLINTLOCK 20 - le plus grand événement annuel de formation des forces d'opérations spéciales du Commandement des États-Unis pour l'Afrique en Mauritanie et au Sénégal du 17 au 28 février 2020.


Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les sites Web qui suivent :


Exercice MAPLE RESOLVE

Des membres de l’Armée canadienne mènent une attaque interarmées durant l’exercice MAPLE RESOLVE 2019 dans le secteur d’entraînement du détachement Wainwright de la Base de soutien de la 3e Division du Canada, le 15 mai 2019.

Photo : Caporal Djalma Vuong-De Ramos, Base de soutien de la 3e Division du Canada Edmonton (détachement Wainwright), Services d’imagerie.


Résultats atteints

Résultats
ministériels
Indicateurs de
rendement
Cible              Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2019-2020
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
2.1 Les Forces armées canadiennes sont prêtes à mener des opérations simultanées % des opérations pouvant être menées simultanément 100 % 31 mars 2025 100 % 100 % Non disponible
Nouvel indicateur à compter de 2018-2019
% des éléments de force qui sont prêts à exécuter les opérations conformément aux objectifs établis 100 %
31 mars 2025 80,34 %* 79 % Non disponible
Nouvel indicateur à compter de 2018-2019

Remarques :

* La cible est une cible ambitieuse avec une date pour atteindre la cible du 31 mars 2025.

Pour plus de renseignements sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes, veuillez consulter l’InfoBase du GC.

Résultat ministériel 2.2 – L’équipement militaire est prêt pour l’entraînement et les opérations
  • Le Ministère a réalisé des progrès en ce qui a trait au développement et au maintien en puissance des capacités requises pour entreprendre les opérations et les exercices qui se déroulent au Canada et partout dans le monde supposent de compter sur le personnel entraîné et l’équipement militaire nécessaires (aéronefs, navires, véhicules et armes) et de voir à ce qu’ils demeurent en bon état et à un certain niveau de disponibilité opérationnelle. Cela signifie qu’une fois l’équipement disponible pour les FAC, il est maintenu dans un bon état de fonctionnement pour servir dans les FAC aux exercices et aux opérations. La maintenance et la réparation de l’équipement sont effectuées par du personnel civil et militaire et des entreprises privées. Les dépenses dans ce secteur constituent chaque année une contribution importante à l’économie canadienne. Voici des exemples d’équipement disponibles pour l’AF 2019-2020 :
    • Projet de modernisation progressive de l’Aurora CP140/projet de prolongation de la durée de vie de l’Aurora CP140. En voici les faits saillants :
      • Le bloc III de modernisation progressive de l’Aurora a atteint la capacité opérationnelle totale le 26 juin 2019;
      • Le bloc IV de modernisation progressive de l’Aurora a effectué un vol d’évaluation initial le 21 février 2020, et a déménagé l’aéronef à la 14e Escadre pour effectuer des essais et de l’instruction sur le terrain.
    • Projet de capacité des chasseurs provisoires :
      • Les modifications critiques et les essais de vol connexes sur les deux premiers aéronefs supplémentaires, reçus en février 2019, ont été achevés en juin 2019, ce qui a abouti à la déclaration de la capacité opérationnelle initiale par l’ARC le 28 juin 2019.
    • Projet d’hélicoptères maritimes :
      • Le projet a accepté six hélicoptères Cyclone du bloc 2 au cours de l’AF 2019-2020;
      • L’équipe de l’entrepreneur a effectué les essais d’intégration des systèmes de la version de capacité 2.1 en vertu du contrat d’acquisition; et
      • Deux hélicoptères ont été modifiés en fonction de la configuration de la version de capacité 2.1, dont l’un deviendra le véhicule de vol d’essai.
  • Le Ministère a continué d’évaluer l’utilisation et la disponibilité des flottes maritimes, terrestres et aérospatiales. Bien que les équipements soient demeurés disponibles pour l’utilisation dans différents environnements militaires au moyen des programmes d’acquisition et de soutien des équipements de la Défense, l’état de fonctionnement de l’équipement pour l’entraînement et les opérations est réalisé par les programmes des Forces prêtes au combat dans le cadre desquels des réparations mineures sont effectuées. Plus précisément, l’AC a commencé à élaborer un tableau de bord amélioré en matière de fonctionnement et de maintien en puissance afin de mieux surveiller les taux de fonctionnement et de prévoir les besoins en matière de pièces et de maintenance, qui devraient être disponibles au cours de l’AF 2020-2021.
  • La disponibilité et l’état de fonctionnement des différentes flottes d’équipement clés des FAC ont continué de faire l’objet d’une surveillance au cours de l’AF 2019-2020. Nous avons amélioré notre mesure de la disponibilité et de l’état de fonctionnement de l’équipement et de sa contribution afin d’assurer l’état de préparation de nos forces et l’exécution efficace des opérations. Voici des points saillants de l’AF 2019-2020 :
    • Nous avons continué à surveiller les taux de disponibilité et de fonctionnement de toutes les flottes d’aéronefs et à faire rapport à cet égard tous les trimestres, grâce à un processus conçu en bonne et due forme pour garantir l’état de préparation du matériel et la bonne exécution des opérations;
    • La classe Kingston de la MRC a atteint le niveau de disponibilité prévu. Toutefois, la classe Victoria n’a pas atteint le niveau de disponibilité prévu en raison de retards dans les périodes en cale sèche pour le NCSM Victoria et le NCSM Windsor. De plus, la classe Halifax n’a pas atteint le niveau de disponibilité prévu en raison de retards au cours de la période en cale sèche du NCSM Vancouver. La disponibilité de l’équipement a été surveillée en effectuant le suivi du rendement lors de la planification et de l’exécution des périodes de travail d’arrimage, ce qui rend les flottes essentielles disponibles pour la MRC;
    • La disponibilité de l’équipement de la MRC a été surveillée en effectuant le suivi du rendement lors de la planification et de l’exécution des périodes en cale sèche, ce qui rend les flottes essentielles disponibles pour la MRC; et
    • La force de l’AC a généré l’équipement nécessaire pour les opérations désignées. L’instruction obligatoire et le soutien institutionnel ont été réalisés au moyen de la gestion complète de la flotte. 
  • Les programmes de gestion de l’équipement relevant des commandements, par exemple le Programme sur la disponibilité de l’équipement de l’Armée canadienne visant à améliorer l’état de service de l’équipement, sont en vigueur et sont surveillés de près. Certaines flottes sont vulnérables à des perturbations en raison de leur petite taille; par conséquent, l’affectation prudente des ressources humaines et financières est demeurée cruciale pour atteindre les cibles de disponibilité.

Il est à noter que les restrictions physiques mises en place en raison de la COVID-19 à la fin de l’AF 2019-2020 peuvent présenter un risque pour les taux de fonctionnement, et ce risque augmente plus les restrictions demeurent en place longtemps.

Résultats atteints

Résultats
ministériels
Indicateurs de
rendement
Cible Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2019-2020
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
2.2 L’équipement militaire est prêt pour l’entraînement et les opérations % des flottes maritimes clés qui sont en bon état de service pour répondre aux besoins de l’entraînement et de la disponibilité opérationnelle 90 % ou plus* 31 mars 2020 98,20 % 91,40 % 95 %
% des parcs de véhicules terrestres qui sont en bon état de service pour répondre aux besoins de l’entraînement et de la disponibilité opérationnelle 70 % ou plus* 31 mars 2020 65,40 %** 72 % Non disponible
Nouvel indicateur à compter de 2018-2019
% des flottes aérospatiales qui sont en bon état de service pour répondre aux besoins de l’entraînement et de la disponibilité opérationnelle 85 % ou plus* 31 mars 2020 60,80 %*** 79,10 %**** Non disponible
Nouvel indicateur à compter de 2018-2019

Remarques :

* Une partie de la flotte sera normalement soumise à des réparations en raison de son utilisation et ne sera donc pas en état de fonctionnement. Ainsi, une cible de 100 % ne serait pas réaliste. Cependant, une flotte en bon état ne devrait comprendre qu’une petite partie de la flotte subissant des réparations afin de s’assurer que le niveau approprié d’instruction et d’état de préparation peut être fourni. Il est à noter que le concept de « bon état de fonctionnement » diffère de façon importante entre les environnements militaires en raison des différences inhérentes à l’ensemble des types d’équipement.

** Au cours de l’AF 2019-2020, l’AC a généré l'équipement nécessaire pour les opérations, la formation obligatoire et le soutien institutionnel. La cible de 70 % n'a pas été atteinte en raison de pièces de rechange et de techniciens moins qu’optimaux qui ont contribué à la faiblesse de l’état de service de certaines flottes clés.

*** L’écart par rapport à la cible est attribuable à une interprétation axée sur les opérations des définitions de « disponible » et de « utilisable » lorsqu’elles s’appliquent aux aéronefs dans la formule de mesure. Dans ce contexte, l’indicateur harmonise mieux les stratégies de mesure internes de l’Aviation royale canadienne avec la production de rapports externes sur les résultats. Compte tenu de la nature cyclique de la maintenance préventive des aéronefs et des circonstances propres à chaque flotte, ces définitions fournissent une mesure plus exhaustive de la façon dont les ressources aériennes limitées ont été gérées pour être utilisées dans le cadre de l’entraînement et des opérations. Les définitions opérationnelles de « disponible » et « utilisable » seront officiellement adoptées dans les prochains cycles de production de rapports, de même que l’établissement d’une cible d’indicateurs appropriée pour correspondre à la formule de mesure modifiée.

**** Le calcul de l’état de service des flottes aérospatiales a été modifié pour l'AF 2019-2020 et le résultat de la mesure de 2018-2019 n'est plus comparable à celui de l'AF 2019-2020. En utilisant la nouvelle méthodologie, la mesure de l’état de service pour l'AF 2018-2019 aurait produit un résultat de 58,6 %.

Pour plus de renseignements sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes, veuillez consulter l’InfoBase du GC.

Ressources financières budgétaires (en dollars)

Budget principal des dépenses 2019-2020
Dépenses prévues
2019-2020

Autorisations totales
pouvant être utilisées
2019–2020
Dépenses réelles
(autorisations utilisées)
2019–2020
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
2019-2020
9 558 448 134 9 672 587 363 10 027 665 272 9 875 229 209 202 641 846

Ressources humaines (équivalents temps plein)

Nombre d’équivalents temps plein prévus
2019–2020
Nombre d’équivalents temps plein réels
2019-2020

Écart (nombre d’équivalents temps plein réels moins nombre d’équivalents temps plein prévus)
2019-2020
46 016 45 797 (219)

Les renseignements sur les ressources financières, les ressources humaines et le rendement liés au Répertoire des programmes du ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes, y compris l’explication des écarts importants, sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :