Maladie à coronavirus (COVID-19) : Réponse du Canada

Sur cette page

Réponse du Canada au COVID-19

L'éclosion de la maladie à coronavirus (COVID-19) a été détectée pour la première fois dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) suit de près cette situation émergente qui évolue rapidement.

L'ASPC a fait passer le Centre des opérations du portefeuille de la santé afin d'appuyer encore plus la coordination efficace de la préparation fédérale, provinciale et territoriale à répondre à l'émergence du COVID-19.

Le gouvernement du Canada recommande aux Canadiens d'éviter tout voyage non essentiel vers la Chine en raison de l'éclosion du COVID-19.

Le gouvernement recommande également aux Canadiens d'éviter tout voyage dans la province de Hubei, y compris dans les villes :

Cette recommandation est en raison des lourdes restrictions imposées par les autorités chinoises sur les voyages afin de limiter la propagation du COVID-19.

Il pourrait devenir de plus en plus difficile de voyager à l'intérieur du pays ou d'y entrer et d'en sortir. Si vous êtes présentement en Chine et que votre présence n'y est pas essentielle, vous devriez envisager de quitter le pays par des moyens de transport commerciaux.

Les voyageurs peuvent être interrogés sur leurs antécédents de voyage et sur leur santé à leur retour au Canada.

Afin d'obtenir tous nos conseils pour voyager en Chine ou pour en revenir, consultez la page conseils aux voyageurs et avertissements pour la Chine.

Dans les aéroports canadiens

De nouvelles mesures ont été mises en œuvre dans les 10 aéroports au Canada. Les mesures aident à :

Tout voyageur arrivant au Canada qui aurait pu se trouver dans la province du Hubei entrera normalement au Canada par l'un des 3 aéroports internationaux : Vancouver, Toronto ou Montréal.

Les voyageurs qui passent par ces aéroports verront des panneaux supplémentaires en français, en anglais et en chinois simplifié, leur demandant d'avertir un agent des services frontaliers s'ils présentent des symptômes de grippe.

Les voyageurs devront répondre à une question de contrôle qui a été ajoutée aux bornes électroniques pour tous les voyageurs internationaux dans ces aéroports. Cette question est disponible en 15 langues différentes.

Les voyageurs qui ne présentent pas de signes ou de symptômes de maladie recevront un document leur conseillant de consulter leur fournisseur de soins de santé et d'indiquer :

Ces mesures complètent les procédures de contrôle systématique des voyageurs qui sont déjà en place pour se préparer à la propagation de maladies infectieuses graves au Canada, pour la détecter et pour y réagir.

Des mesures supplémentaires sont également en place dans les aéroports suivants :

En cas de signes et de symptômes d'infection

En général, lorsqu'un voyageur présente des signes de maladie infectieuse à son arrivée au Canada, les agents des services frontaliers ou le personnel des aéroports et des compagnies aériennes font appel à un agent de quarantaine de l'ASPC.

L'agent de quarantaine procède ensuite à une évaluation plus détaillée. S'il y a lieu, l'agent de quarantaine se penchera sur le risque potentiel pour la santé publique, par exemple en :

Les agents consulaires canadiens surveillent de près la situation du Diamond Princess et demeurent en contact avec les Canadiens touchés et leurs familles. Nous continuons de travailler en étroite collaboration avec les autorités japonaises, les représentants de la compagnie de croisière et d'autres partenaires pour répondre à tous les besoins spécifiques des passagers et des membres d'équipage canadiens.

Pour plus d'informations sur les croisières affectées et pour des conseils de voyage spécifiques aux croisières, visitez la page Web Quarantaine du Diamond Princess et navires affectés par le coronavirus.

Départs assistés

Le Canada a nolisé des vols à partir de Wuhan pour les Canadiens qui désirent revenir au pays. Le dernier vol nolisé du gouvernement du Canada est arrivé à Trenton, en Ontario, le 11 février 2020.

Pour plus d'information sur les départs assistés pour les Canadiens à partir de Wuhan, consultez la page services consulaires et aide aux Canadiens en Chine.

Collaboration

Le Plan d'intervention fédéral-provincial-territorial en matière de santé publique dans les cas d'incidents biologiques a été activé pour assurer une réponse coordonnée dans tout le Canada.

Un comité consultatif spécial a été créé pour conseiller les sous-ministres de la santé sur la coordination, la politique de santé publique et le contenu technique liés à cette éclosion. Ce comité est composé des membres du Conseil du Réseau pancanadien de santé publique et du Conseil des médecins hygiénistes en chef.

L'ASPC travaille en étroite collaboration avec ses partenaires au pays et dans le monde entier, y compris l'Organisation mondiale de la santé (OMS), pour répondre à cette éclosion.

Le Laboratoire national de microbiologie (LNM) du Canada a mis au point un test de dépistage par transcription inverse suivie d'une réaction de polymérisation en chaîne (RT-PCR) en temps réel qui permet de diagnostiquer le COVID-19 à partir d'échantillons cliniques. Le LNM travaille en collaboration avec les laboratoires de santé publique des provinces canadiennes pour s'assurer qu'il existe une capacité d'analyse supplémentaire dans plusieurs juridictions.

À l'heure actuelle, le LNM appuie également l'utilisation d'autres essais biologiques internationaux qui ont été publiés.

D'autres études scientifiques en collaboration sont en cours pour étudier le virus.

Ce que fait la Chine pour lutter contre l'éclosion

La Chine a pris des mesures pour cerner et contenir l'éclosion et pour diagnostiquer les cas.

Les autorités sanitaires chinoises ont pris des mesures de prévention et de contrôle et poursuivent leur enquête pour déterminer :

La Chine a isolé des cas suspects. Elle continue de repérer et de suivre les contacts étroits des personnes qui ont contracté le virus afin de prévenir la propagation.

La Chine dispose de solides capacités et ressources en matière de santé publique pour répondre aux éclosions de maladies respiratoires et les gérer. L'OMS s'est mobilisée et suit activement la situation en Chine.

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :