Prix de transfert

Qu’est-ce que le prix de transfert?

Si vous-même et une autre entité au sein de votre groupe multinational acceptez d’acheter ou de vendre des biens ou des services entre vous, vous devez établir le prix de ces opérations de façon appropriée afin que le bon montant de bénéfice soit déclaré au Canada. En vertu des lois qui régissent les prix de transfert, vous devez effectuer ces opérations selon le principe de pleine concurrence.

Le principe de pleine concurrence

Pour les fins de l'impôt, le principe de pleine concurrence signifie que les modalités doivent être identiques à celles que vous établiriez si vous faisiez des transactions avec des parties indépendantes. Par exemple, les opérations effectuées entre une société mère et ses parties liées sont assujetties aux règles sur le prix de transfert. L’application du principe de pleine concurrence repose généralement sur une comparaison des prix ou des marges bénéficiaires qu’utilisent ou obtiennent les parties avec lien de dépendance avec ceux des parties sans lien de dépendance qui participent à des opérations semblables.

Les règles sur le prix de transfert au Canada s’appliquent, si :

  • deux entités ou plus sont concernées
  • au moins une des entités est un contribuable pour les besoins de l’impôt sur le revenu canadien (une entité peut être un non-résident, mais tout de même être un contribuable pour les besoins de l’impôt sur le revenu canadien)
  • il s’agit d’une opération transfrontalière concernant le Canada
  • le contribuable canadien et au moins l’une des parties situées à l’étranger ont un lien de dépendance
  • les parties concernées concluent une opération ou une série d’opérations

Exigences en matière de documentation

Vous devez conserver tous les documents se rapportant à des transactions avec lien de dépendance conclues avec des non-résidents. Vous n’êtes pas considéré comme ayant fait des « efforts sérieux » pour déterminer et utiliser des prix de transfert de pleine concurrence, sauf si vous compilez certains renseignements connus sous le nom de « documentation ponctuelle ». Consultez la note de service PTM-05R.

La date limite pour préparer ou obtenir la documentation ponctuelle est la date d’échéance de production de la déclaration de revenus de la société, de la fiducie, du particulier ou de la société de personnes. N’envoyez pas la documentation ponctuelle avec votre déclaration. Vous devrez la fournir à l’Agence du revenu du Canada (ARC) dans les trois mois suivant l’envoi d’une demande écrite. Les demandes écrites doivent être signifiées en mains propres, ou encore transmises par courrier recommandé ou certifié.

Pénalités

La Loi de l’impôt sur le revenu permet à l’ARC d’ajuster les prix de transfert ou l’attribution des coûts d’un contribuable canadien s’ils ne respectent le principe de pleine concurrence. Si l’ARC ajuste vos prix de transfert, vous pourriez devoir payer des pénalités si vous n’avez pas déployé d’efforts sérieux pour déterminer et utiliser des prix de transfert de pleine concurrence. La pénalité de prix de transfert équivaut à 10 % de certains redressements effectués en vertu de la Loi. Pour de plus amples informations veuillez-vous référer à la note de service PTM-13, Renvois au Comité de revue des prix de transfert à ce sujet.

Nous vous recommandons fortement de faire part clairement de vos décisions financières à l’ARC pour réduire le risque de vous voir imposer des intérêts et des pénalités éventuels en décrivant avec précision de quelle façon vous respectez le principe de pleine concurrence.

Obligations en matière de déclaration envers l’ARC

Voici les formulaires dont vous avez besoin pour remplir vos obligations fiscales :

Période de vérification

En général, l’ARC peut faire un nouvel examen des déclarations de revenus des particuliers, des fiducies et des sociétés privées dont le contrôle est canadien jusqu’à trois ans après la date de l’avis de cotisation initial. Pour tous les autres contribuables, la période au cours de laquelle peut avoir lieu un nouvel examen est de quatre ans à partir de la date de l’avis de cotisation initial. Dans certaines circonstances, cette période est prolongée de trois années, notamment lorsqu’une opération est effectuée entre un contribuable canadien et un non-résident avec lequel ce dernier entretient un lien de dépendance.

Bien que cette prolongation de trois ans s'applique actuellement à de nombreuses opérations touchant des sociétés étrangères affiliées, elle ne s'applique pas dans toutes les circonstances pertinentes. Les mesures fiscales adoptées dans le budget de 2018 prévoient de prolonger de trois ans la période de nouvel examen pour un contribuable en ce qui concerne un revenu découlant d'une société étrangère affiliée du contribuable.

Votre prix de transfert interentreprises est-il raisonnable?

Plusieurs méthodes approuvées à l’échelle internationale peuvent servir à déterminer si votre prix de transfert respecte le principe de pleine concurrence. Ces méthodes comprennent la comparaison de vos prix ou de vos marges bénéficiaires aux prix ou aux marges bénéficiaires de pleine concurrence auxquels s’appliquent des modalités semblables.

Pour en savoir plus, allez à Méthodes – Application du principe de pleine concurrence.

Arrangements préalables en matière de prix de transfert

L’ARC a mis sur pied un programme d’arrangements préalables en matière de prix de transfert (APP) afin d’aider les contribuables à déterminer la méthode appropriée d’établissement du prix de transfert pour les opérations ou les accords conclus avec des non-résidents avec lesquels ils ont un lien de dépendance. Le programme APP propose un processus coopératif pour la résolution prospective des problèmes concernant les prix de transfert. Rien dans la loi n’oblige un contribuable à conclure un APP; il s’agit d’un service administratif offert par l’ARC.

Règlement des différends

Services de l’autorité compétente – Dans le cadre des conventions fiscales du Canada, l’Agence offre un service gratuit appelé l’aide de l’autorité compétente. Il vise à résoudre les situations dans lesquelles les contribuables sont tenus de payer de l’impôt additionnel suite à un ajustement apporté par la vérification en raison de la non-conformité aux dispositions de la convention fiscale applicable, y compris les situations de double imposition.

Appels – Si vous croyez que l’ARC a mal interprété les faits ou appliqué la loi incorrectement, vous avez le droit de vous opposer à la plupart des avis de cotisation et de nouvelle cotisation d’impôt sur le revenu.

Lignes directrices et législation

  • Article 247 de la Loi de l’impôt sur le revenu.
  • Circulaire IC87-2R, Prix de transfert international – Ce document expose les politiques administratives et les directives de l’ARC à l’égard de l’application de l’article 247 de la Loi de l’impôt sur le revenu. Notez que les mémorandums sur les prix de transfert sont publiés périodiquement afin de compléter et de mettre à jour la politique sur les prix de transfert de l'ARC et de fournir davantage de conseils sur certains aspects de la législation sur les prix de transfert.
  • Principes de l’OCDE applicables en matière de prix de transfert à l’intention des entreprises multinationales et des administrations fiscales – Les lois et les lignes directrices administratives concernant les prix de transfert du Canada respectent habituellement les principes de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
  • Conventions fiscales – Le Canada a signé des conventions ou des accords fiscaux, communément connus sous le nom de conventions fiscales, avec de nombreux pays. Ces conventions sont en place pour éviter la double imposition et prévenir l’évasion fiscale.
  • Établissements stables – Consultez la note de service PTM-08 sur la décision Dudney.

Formulaires et publications

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :