Indicateurs environnementaux récents

Cette page liste les indicateurs publiés par le programme d'Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement. Abonnez-vous à notre mise à jour électronique pour recevoir les derniers indicateurs dans votre boîte de réception ou suivez-nous sur Facebook, LinkedIn ou Twitter. #Indicateurs #Durabilité #EnvCan

Janvier 2023

Indicateurs sur les espèces sauvages et les habitats

Tendances des populations d'espèces en péril

Des populations d’espèces sauvages en santé constituent des éléments importants de la biodiversité. Au Canada, certaines espèces ont connu un déclin de leur population ou sont naturellement rares et risquent maintenant de disparaître. Les espèces en péril sont des espèces sauvages qui sont à risque et en danger de disparition et qui nécessitent des mesures de rétablissement ou de gestion. Le rétablissement ou la gestion réussie des espèces en péril peut être un processus à long terme dont l’objectif est d'arrêter ou d’inverser les déclins et d’améliorer la probabilité que les espèces se maintiennent à l’état sauvage. Cet indicateur fournit une évaluation préliminaire pour déterminer si les tendances de la population (le nombre) et de la répartition (la façon dont elle est répartie) des espèces en péril énumérées dans la Loi sur les espèces en péril concordent avec les objectifs de rétablissement ou de gestion.

Aperçu des résultats

Pour les 144 espèces en péril pour lesquelles des tendances de population et de répartition ont pu être déterminées :

  • 62 espèces (43 %) affichent des progrès vers leurs objectifs de population et de répartition
  • 18 espèces (12 %) affichent des preuves mitigées, c’est-à-dire que certains renseignements laissent croire à une amélioration des tendances, mais qu’il existe aussi des signes de déclin
  • 64 espèces (45 %) n’affichent pas de progrès vers leurs objectifs de population et de répartition


Situation générale des espèces sauvages

La biodiversité au Canada est remarquable. On recense environ 80 000 espèces au Canada, à l’exclusion des bactéries et des virus. Toutefois, de nombreuses menaces planent sur les espèces sauvages, notamment la perte, la fragmentation et la dégradation d’habitat, la pollution, la surexploitation ainsi que les captures accessoires de poissons et autres pertes associées à la récolte des ressources. La conservation des espèces sauvages favorise la biodiversité et contribue au maintien des services écosystémiques sur lesquels comptent les Canadiens, comme la pollinisation, le contrôle des inondations et la filtration de l’air et de l’eau.

Au total, 50 534 espèces appartenant à 46 groupes d’espèces sont incluses dans le rapport Espèces sauvages 2020, ce qui représentait plus de la moitié de toutes les espèces connues au Canada au moment de la publication du rapport. Des rangs numériques de NatureServe (en sécurité, apparemment en sécurité, vulnérable, en péril et gravement en péril) ont été attribués à 24 483 espèces. De plus, 135 espèces sont possiblement disparues ou présumées disparues. 21 997 espèces ont été désignées inclassables ou non classées. Le rang « non applicable » a été attribuée à 3 919 espèces (espèces exotiques ou accidentelles), ce qui signifie qu’elles ne se prêtent pas aux activités de conservation. L’indicateur résume la situation générale des espèces sauvages au Canada.

Aperçu des résultats
  • Parmi les 24 483 espèces indigènes auxquelles un rang numérique de NatureServe a été attribué :
    • 19 600 espèces (80 %) sont en sécurité ou apparemment en sécurité;
    • 4 883 espèces (20 %) sont exposées à un certain risque d'extinction (espèces vulnérables, en péril ou gravement en péril).
  • 135 espèces sont présumées disparues ou possiblement disparues (ne se retrouvent plus au Canada).

Indicateurs sur l'air

Qualité de l'air

Les problèmes de qualité de l’air tels que le smog et les pluies acides sont le résultat du rejet de polluants dans l’atmosphère. La majorité de ces polluants proviennent des activités humaines, notamment le transport, l’utilisation de combustibles pour l’électricité et le chauffage, et les activités industrielles. Les polluants de sources naturelles comme les feux de forêt peuvent parfois jouer un rôle important. Les polluants atmosphériques ont des effets néfastes sur la santé et l’environnement. Les indicateurs sur la qualité de l’air présentent les concentrations de 5 des principaux polluants atmosphériques du Canada.

Aperçu des résultats

Entre 2005 et 2019 :

  • les concentrations moyennes de P2,5 sont restées presque inchangées, avec de légères fluctuations d’une année à l’autre et une baisse en 2019;
  • les concentration de pointe de P2,5 présentent des résultats variables; ainsi, ils diminuent après 2005, mais affichent une tendance à la hausse au cours de la dernière décennie et diminuent de nouveau en 2019;
  • les concentrations moyennes d’O3 ont fluctué au-dessus et au-dessous des niveaux de 2005, tandis que les concentrations de pointe d’O3 ont généralement diminué;
  • les concentrations moyennes et de pointe de NO2 et de SO2 et les concentrations moyennes de COV ont diminué de façon constante.

Indicateurs sur le climat

Projections des émissions de gaz à effet de serre

Le changement climatique est causé par l'augmentation de la concentration des gaz à effet de serre (GES) qui emprisonnent la chaleur dans l'atmosphère de la Terre. Cette augmentation est principalement causée par les émissions de GES provenant des activités humaines.

Les mesures prises par le Canada pour lutter contre les changements climatiques au pays et à l'étranger sont guidées par l'objectif de l'Accord de Paris de 2015, qui vise à limiter la hausse de la température moyenne mondiale bien en deçà de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, et à poursuivre les efforts pour limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius. En 2021, le Canada a annoncé une nouvelle cible, l'engageant à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % à 45 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030. Auparavant, le Canada s'était engagé à réduire ses émissions de GES de 30 % sous les niveaux de 2005 d'ici 2030.

Pour estimer les futures émissions de GES, le Canada élabore des projections de GES sur une base annuelle, en utilisant les hypothèses les plus récentes des principaux facteurs qui influencent les émissions du Canada. Cet indicateur utilise les plus récentes projections des émissions de GES afin de présenter les progrès prévus vers l'atteinte de la cible de 2030 du Canada.

Aperçu des résultats
Pour la mise à jour des projections de décembre 2022, 2 scénarios ont été développés :
  • Selon le scénario « avec mesures existantes », les émissions au Canada devraient être de 625 mégatonnes d’équivalent en dioxyde de carbone équivalent (Mt d’éq. CO2) en 2030 (soit 16 % sous le niveau de 2005);
  • Selon le scénario « avec mesures supplémentaires », les émissions devraient diminuer à 491 Mt d’éq. CO2) en 2030 (soit 34 % sous le niveau de 2005);
  • Les projections des émissions pour 2035 prévoient que celles-ci continueront à diminuer et atteindre 608 Mt d’éq. CO2 (18 % sous le niveau de 2005) selon le scénario « avec mesures existantes » et 443 Mt d’éq. CO2 (40 % sous le niveau de 2005) selon le scénario « avec mesures supplémentaires ».

Publications passées

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement élabore une vaste gamme d'indicateurs environnementaux et produit régulièrement des rapports sur ces derniers. Ces indicateurs servent à faire en sorte que les Canadiens soient informés des plus récentes situations et tendances concernant les préoccupations environnementales et à suivre les progrès réalisés à l'égard de la Stratégie fédérale de développement durable. La liste des indicateurs publiés précédemment est présentée ci-dessous.

Mars 2022

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :