Indicateurs environnementaux récents

Cette page liste les indicateurs publiés par le programme d'Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement. Abonnez-vous à notre mise à jour électronique pour recevoir les derniers indicateurs dans votre boîte de réception ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter. #Indicateurs #Durabilité #EnvCan

Novembre 2017

Indicateurs sur le climat

Performance et résultats

Indice d'avertissement météorologique

Lorsque le temps est menaçant, Environnement et Changement climatique Canada publie des bulletins d'alerte publics. Cela permet aux personnes se trouvant dans les zones touchées de prendre des mesures pour se protéger et protéger leurs biens. Un avertissement météorologique est un message urgent qui indique que du temps violent se produit ou est à venir. L'indice d'avertissement météorologique évalue la mesure dans laquelle le système d'avertissement de temps violent prévient les Canadiens suffisamment à l'avance.

Aperçu des résultats
  • La note globale de l'indice est passée de 7,6 à 8,3 entre les périodes de 3 ans de 2009 à 2011 et de 2011 à 2013. Ce niveau a été maintenu jusqu'à la période de 2013 à 2015.
  • La note globale de l'indice a baissé légèrement, à 8,2, pour la période de 2014 à 2016.

Octobre 2017

Indicateurs socio-économiques

Pollution et déchets

Réacheminement et élimination des déchets solides

La majorité des déchets collectés aboutissent dans des sites d'enfouissement et une petite quantité est incinérée. Cela peut causer des émissions atmosphériques, la perturbation des sols et la pollution de l'eau. Le recyclage et le compostage peuvent aider à diminuer les effets des déchets solides sur l'environnement.

Aperçu des résultats
  • De 2002 à 2014, la quantité totale de déchets solides collectés au Canada a augmenté de 3,4 millions de tonnes (ou 11 %).
    • La quantité de déchets envoyés dans des sites d'enfouissement ou incinérés a augmenté de 1 million de tonnes (ou 4 %), atteignant 25,1 millions de tonnes en 2014.
    • La quantité de déchets réacheminés a augmenté de 2,4 millions de tonnes (ou 36 %), atteignant 9,1 millions de tonnes en 2014.
  • En 2014, 60 % des déchets éliminés et 47 % des déchets réacheminés provenaient du secteur non résidentiel.

Utilisation de pesticides et d'engrais chimiques par les ménages

Les ménages utilisent des pesticides et des engrais pour améliorer l'apparence de leur pelouse et de leur jardin. Les pesticides et engrais chimiques polluent les lacs et les rivières qui sont des sources d'eau potable pour certaines collectivités. Les pesticides chimiques sont également toxiques pour de nombreuses formes de vie et peuvent menacer des espèces utiles comme l'abeille.

Aperçu des résultats
  • Entre 1994 et 2015, le pourcentage des ménages canadiens qui utilisaient des pesticides et des engrais chimiques pour leur pelouse et leur jardin a diminué.
  • Au cours des dernières années, on a toutefois observé une légère augmentation du pourcentage des ménages qui utilisent des pesticides et des engrais.

Indicateurs sur l'air

Substances nocives

Émissions atmosphériques de substances nocives

Les émissions de certaines substances peuvent nuire à la santé humaine, à la faune et à la biodiversité. Par exemple, de minuscules particules de métaux toxiques dans l'air peuvent être inhalées. Elles se déposent aussi au sol et dans l'eau où elles pénètrent dans la chaîne alimentaire et s'accumulent dans les tissus d'organismes vivants. Certaines de ces substances peuvent aussi franchir de grandes distances dans l'atmosphère. Les indicateurs suivent les émissions atmosphériques de mercure, de plomb et de cadmium à l'échelle nationale et régionale (par province et par territoire) et par source pour chaque substance. Les émissions de mercure dans l'air provenant des installations et au niveau mondial sont également présentées.

Aperçu des résultats
  • En 2015, les émissions de plomb, de mercure et de cadmium avaient diminué d'environ 90 % par rapport à 1990.
  • La diminution des émissions provenait surtout de réductions importantes dans les secteurs de la fonte et de l'affinage de métaux non ferreux et de l'exploitation minière.

Indicateurs sur l'eau

Performance et résultats

Gestion de la qualité des effluents des usines de pâtes et papiers

Le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers régit le rejet de substances nocives des usines de pâtes et papiers dans les eaux où vivent des poissons. Cet indicateur fait état des résultats qui ont été obtenus depuis le milieu des années 1980 en application du règlement.

Aperçu des résultats
  • De 1985 à 2015, la qualité des effluents des usines de pâtes et papiers rejetés directement dans l'environnement s'est améliorée.
    • Les tests effectués pour déterminer la toxicité ont satisfait aux normes réglementaires 25 % du temps en 1985 et 97,6 % du temps en 2015.
    • En 1985, les tests effectués pour déterminer la demande biochimique en oxygène moyenne et les matières en suspension ont satisfait aux normes réglementaires respectivement 68 % et 60 % du temps. Les 2 tests ont satisfait aux normes 99,9 % du temps en 2015.

Réduction des rejets de phosphore dans le lac Simcoe et le sud-est de la baie Georgienne

Le phosphore est un élément nutritif essentiel pour les plantes. Lorsqu'une quantité trop importante de phosphore atteint un lac en raison de l'activité humaine, elle peut avoir des effets néfastes sur le réseau trophique du lac.

Aperçu des résultats
  • On estime que les projets d'intendance réalisés entre 2008 et 2017 ont empêché 27 800 kilogrammes de phosphore d'atteindre le lac Simcoe et ses affluents.
  • On estime également que des projets semblables réalisés entre 2013 et 2017 ont empêché 5 700 kilogrammes de phosphore d'atteindre le sud-est de la baie Georgienne et ses affluents.

Rétablissement des secteurs préoccupants des Grands Lacs

Le bassin des Grands Lacs est la région la plus peuplée du Canada. Sa grande population, les activités industrielles et agricoles et l'urbanisation qu'il accueille affectent la capacité des lacs à maintenir des écosystèmes sains.

Aperçu des résultats
  • La qualité environnementale dans les 17 secteurs préoccupants canadiens des Grands Lacs s'est améliorée depuis que le programme de rétablissement a commencé en 1987.
  • En 2017, une utilisation bénéfique Altérée a été rétablie à la baie de Quinte et le dernier problème qui nécessitait une évaluation a été réglé.

Suivi de l'immersion en mer

L'immersion en mer est le rejet intentionnel de matières autorisées depuis un navire, un aéronef, une plateforme ou toute autre structure installée en mer. Au Canada, il est illégal de rejeter des matières en mer si l'on ne détient pas un permis pour le faire. Les déblais de dragage, les déchets de poisson et les déblais d'excavation sont les principales matières immergées en mer.

Aperçu des résultats
  • Depuis 2007, les sites d'immersion en mer ayant fait l'objet d'un suivi n'ont présenté aucun signe de pollution du milieu marin par les activités d'immersion.
  • La cible de rendement d'Environnement et Changement climatique Canada est qu'aucun des sites d'immersion faisant l'objet d'un suivi ne présente de signe de pollution.

Pressions sur la qualité de l'eau

Rejets de substances nocives dans l'eau

Le rejet de certaines substances dans l'environnement peut nuire à la santé humaine, à la faune et à la biodiversité. Les indicateurs suivent l'évolution des rejets de mercure, de plomb et de cadmium dans l'eau.

Aperçu des résultats
  • Les rejets de cadmium, de plomb et de mercure dans l'eau étaient respectivement 55 %, 61 % et 70 % plus faibles en 2015 qu'en 2003.
  • En 2014, un déversement important a représenté 59 % des rejets totaux de cadmium, 92 % de plomb et 92 % de mercure.

Indicateurs sur les espèces sauvages et les habitats

Habitat

Intégrité écologique des parcs nationaux

Les écosystèmes sont intègres lorsque leurs espèces indigènes, leurs paysages et leurs fonctions sont intacts. L'intégrité écologique des parcs nationaux est évaluée en effectuant le suivi les composantes représentatives des principaux écosystèmes, dont les forêts, les eaux douces et les milieux humides.

Aperçu des résultats
  • Parmi les 115 écosystèmes répartis dans les 41 parcs nationaux qui ont fait l'objet d'une évaluation, on rapporte que 54 % sont en bon état et 33 % sont dans un état passable. Les 13 % restants sont dans un mauvais état.
  • La plupart des écosystèmes des parcs sont stables (89 sur 115, ou 77 %), 14 présentent une amélioration et 12 présentent un déclin.

Août 2017

Indicateurs sur l'air

Principaux contaminants atmosphériques

Émissions de polluants atmosphériques

Les problèmes de pollution atmosphérique, tels que le smog et les pluies acides, sont le résultat du rejet de polluants dans l'atmosphère. Les indicateurs portent sur les émissions de 6 principaux polluants atmosphériques générées par les activités humaines : oxydes de soufre (SOX), oxydes d'azote (NOX), composés organiques volatils (COV), monoxyde de carbone (CO), ammoniac (NH3) et particules fines (P2,5).

Aperçu des résultats
  • En 2015, les émissions de 5 principaux polluants atmosphériques, SOX, NOX, COV, CO, P2,5 étaient de 66 % à 18 % inférieures par rapport à 1990.
  • Le niveau des émissions de NH3 était 22 % plus élevé qu'en 1990.

Comparaison à l'échelle internationale des émissions de polluants atmosphériques

Les émissions canadiennes de 5 polluants atmosphériques majeurs, les oxydes de soufre (SOX), les oxydes d'azote (NOX), les composés organiques volatils (COV), le monoxyde de carbone (CO) et les particules fines (P2,5), sont comparées à celles des principaux pays émetteurs membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), avec un accent sur les 10 principaux pays émetteurs.

Aperçu des résultats
  • En 2014, le Canada avait le quatrième ratio le plus élevé d'émissions de SOX, le troisième d'émissions de NOX et le deuxième d'émissions de CO, de VOC et de P2,5 parmi les pays membres de l'OCDE.

Indicateurs sur l'eau

Qualité de l'eau des cours d'eau canadiens

Qualité de l'eau des cours d'eau canadiens

La flore et la faune des cours d'eau ont besoin d'une eau propre pour maintenir des populations saines. La qualité de l'eau et la santé des cours d'eau dépendent de la manière dont les gens aménagent et utilisent les sols environnants. Ces indicateurs fournissent un aperçu national et regional de la qualité de l'eau au Canada.

Aperçu des résultats
  • La qualité de l'eau des cours d'eau dans le sud du Canada est généralement classée de satisfaisante à bonne. Ce classement signifie qu'elle peut maintenir des écosystèmes aquatiques sains.
  • La qualité de l'eau tend à être moins bonne aux endroits où il y a des villes, de l'agriculture, de l'exploitation minière, ou une combinaison des 3 (pressions mixtes).
  • La qualité de l'eau n'a pas beaucoup changé entre 2002 et 2015 à la plupart des sites de suivi du sud du Canada. Là où elle a changé, elle s'est améliorée plus souvent qu'elle s'est détériorée.

Indicateurs sur les espèces sauvages et les habitats

Habitat

Aires protégées au Canada

Les aires protégées sont des terres et des eaux dont l'utilisation est restreinte pour la conservation de la nature. Ces indicateurs fournissent une vue nationale ainsi qu'une ventilation par jurisdiction et par région écologique des aires terrestres et marines protégées.

Aperçu des résultats
  • En date de fin 2016, 10,5 % (1,05 million de kilomètres carrés [km2]) du territoire terrestre (terres et eaux douces) du Canada et 0,96 % (55 000 de km2) de son territoire marin ont été reconnus comme étant protégés.
  • Au cours des 20 dernières années, la superficie totale protégée a augmenté de près de 70 % et, au cours des 5 dernières années, elle a connu une hausse de 8 %.
  • La proportion de la superficie terrestre protégée varie selon la province ou le territoire, se situant entre 3,2 % à l'Île-du-Prince-Édouard et 15,3 % en Colombie-Britannique.
  • Plus de 20 % de la superficie terrestre de 3 écozones, soient la Toundra de la Cordillère, la Maritime du Pacifique et la Cordillère arctique est protégée.
  • La Plate-forme Nord, dans l'océan Pacifique, est l'écozone marine ayant la plus grande proportion protégée (7 %).

Tendances mondiales des aires protégées

Pour contribuer à la préservation de la biodiversité et des services écosystémiques, les nations continuent d'améliorer leur réseau d'aires protégées. Fondé sur une source de données internationale, cet indicateur fournit un aperçu comparable des aires protégées au niveau mondial et dans 10 pays sélectionnés.

Aperçu des résultats
  • En 2016, à l'échelle mondiale, 14,8 % des terres, y compris les eaux douces, et 5,1 % des aires marines, y compris les eaux internationales, étaient protégées.
  • Bien que le Canada protège une grande partie de sa superficie, sa proportion des aires terrestres et des aires marines protégées était inférieure à la moyenne.

Mai 2017

Indicateurs sur le climat

Émissions de gaz à effet de serre

Émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale

Cet indicateur met en évidence les émissions de gaz à effet de serre causées par l'activité humaine dans le monde entier. Les gaz à effet de serre restent dans l'atmosphère pendant des périodes allant de quelques années à plusieurs milliers d'années. Pour cette raison, leurs effets sont mondiaux, peu importe leur point d'émission.

Aperçu des résultats

Entre 2005 et 2013, les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont augmenté de 18,3 %. Pendant cette période, les émissions du Canada représentaient moins de 2 % des émissions mondiales.

Indicateurs sur l'eau

Écosystèmes régionaux

Concentrations de phosphore dans les eaux au large des côtes des Grands Lacs

L'indicateur rend compte de l'état des concentrations de phosphore total dans les eaux au large des côtes des 4 Grands Lacs canadiens. Bien que le phosphore soit un élément nutritif essentiel pour les plantes, des concentrations qui sont trop élevées ou trop faibles peuvent avoir des effets néfastes sur le réseau trophique des lacs.

Aperçu des résultats

Les concentrations de phosphore sont trop élevées dans les eaux au large des côtes du lac Érié et sont trop faibles dans les eaux au large des côtes du lac Ontario, du lac Huron et de la baie Georgienne. Les concentrations de phosphore au large des côtes du lac Supérieur sont au niveau où elles devraient être et elles ne changent pas.

Avril 2017

Émissions de gaz à effet de serre

Émissions de gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre (GES) piègent la chaleur dans l'atmosphère terrestre - un processus connu sous le nom d'« effet de serre ». L'augmentation des émissions de GES provenant de l'activité humaine est liée aux changements climatiques qui ont une incidence sur les écosystèmes, la santé humaine et l'économie. Les indicateurs font état des tendances des émissions de GES à l'échelle nationale, par personne et par unité de produit intérieur brut, par province et territoire, par secteur économique, ainsi que des émissions provenant des installations d'envergure.

Aperçu des résultats

Les émissions totales de GES du Canada en 2015 s'élevaient à 722 mégatonnes (Mt) d'équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2), soit 18 % (111 Mt d'éq. CO2) au-dessus des émissions de 1990, qui étaient de 611 Mt d'éq. CO2. La croissance des émissions entre 1990 et 2015 est principalement attribuable à l'augmentation des émissions provenant du secteur de l'exploitation pétrolière et gazière ainsi que du secteur des transports.

Mars 2017

Ressources biologiques

Pratiques de pêche durables

L'indicateur sur les Pratiques de pêche durables évalue le degré de respect des limites de récolte en tant que mesure de la pression sur les stocks sauvages. Les limites de captures de poissons sauvages et d'autres animaux marins protègent ces stocks pour l'avenir.

Aperçu des résultats

Des 159 principaux stocks évalués en 2015 :

  • 152 stocks (96 %) étaient récoltés à des niveaux considérés durables, et
  • 7 stocks (4 %) ont été récoltés au-dessus des niveaux approuvés.

La proportion de stocks de poissons récoltés à des niveaux durables s'est améliorée depuis 2011, lorsque 10 % des stocks avaient été surexploités. De 2012 à 2015, la proportion de stocks surexploités est restée inférieure à 5 %.

État des principaux stocks de poissons

L'évaluation de l'état des stocks de poissons est essentielle à la conservation et pour maintenir des pêches commerciales prospères. Pêches et Océans Canada utilise une variété de méthodes scientifiques pour évaluer les niveaux des stocks de poissons et assigne l'une des trois classifications de stocks (saine, de prudence ou critique). L'état des différents groupes varie en raison de différences dans la productivité des populations, dans l'exploitation historique et dans la résilience, entre autres facteurs.

Aperçu des résultats

Des 159 principaux stocks de poissons évalués en 2015 :

  • 78 stocks (49 %) ont été classifiés comme étant dans la zone saine,
  • 31 stocks (19 %) ont été classifiés comme étant dans la zone de prudence,
  • 19 stocks (12 %) ont été classifiés comme étant dans la zone critique, et
  • La classification de l'état pour 31 stocks (19 %) était incertaine. 

Il y a eu peu de changement de l'état global des stocks depuis 2011, comme il peut être prévu sur une courte période.

Publication passés

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement élabore une vaste gamme d'indicateurs environnementaux et produit régulièrement des rapports sur ces derniers. Ces indicateurs servent à faire en sorte que les Canadiens soient informés des plus récentes situations et tendances concernant les préoccupations environnementales et à suivre les progrès réalisés à l'égard de la Stratégie fédérale de développement durable. La liste des indicateurs publiés précédemment est présentée ci-dessous.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :