Indicateurs environnementaux récents

Cette page liste les indicateurs publiés par le programme d'Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement. Abonnez-vous à notre mise à jour électronique pour recevoir les derniers indicateurs dans votre boîte de réception ou suivez-nous sur Facebook, LinkedIn ou Twitter. #Indicateurs #Durabilité #EnvCan

Avril 2021

Indicateurs sur le climat

Émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale

Les rejets des gaz à effet de serre (GES) et l'augmentation de leur concentration dans l'atmosphère mènent à un climat changeant. Les gaz à effet de serre restent dans l'atmosphère pendant des périodes allant de quelques années à plusieurs milliers d'années. Pour cette raison, leurs effets sont mondiaux, peu importe leur point d'émission. Cet indicateur met en évidence les émissions de gaz à effet de serre (GES) causées par l'activité humaine dans le monde entier.

Aperçu des résultats
  • Entre 2005 et 2018, les émissions mondiales de GES ont augmenté de 23,0 %, passant de 38 669 à 47 552 mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone (Mt d'éq. CO2).
  • En 2018, le principal pays émetteur était la Chine avec 12 355 Mt d'éq. CO2, soit 26,0 % des émissions mondiales de GES. Depuis 2005, les émissions de la Chine ont augmenté de 71,7 %.
  • En 2018, les émissions du Canada ont atteint 725 Mt d'éq. CO2, soit 1,5 % des émissions mondiales de GES.

Émissions de gaz à effet de serre des installations d'envergure

Les rejets de gaz à effet de serre (GES) et l'augmentation de leurs concentrations dans l'atmosphère mènent à un climat changeant. Ce changement a un impact sur l'environnement, la santé humaine et l'économie. Cet indicateur fait le suivi des émissions de GES et fourni de l'information sur les émissions provenant des plus grandes installations émettrices au Canada.

Aperçu des résultats
  • En 2019, 293 mégatonnes (Mt) de GES, en équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2), ont été émis par 1 700 installations qui ont déclaré leurs émissions au Programme de déclaration des émissions des GES du gouvernement du Canada.
  • Les émissions des installations constituaient 40 % des émissions totales de GES du Canada.

Émissions de gaz à effet de serre

Le changement climatique est un des enjeux environnementaux les plus importants de notre temps. Le changement climatique est causé par l'augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Cette augmentation est principalement causée par les activités humaines telles que l'utilisation des combustibles fossiles et l'agriculture. Ces indicateurs font état des estimations des émissions des gaz à effet de serre du Canada.

Aperçu des résultats
  • Les émissions totales de gaz à effet de serre (GES) du Canada en 2019 s'élevaient à 730 mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone (Mt d'éq. CO2) en 2018.

Indicateurs sur les espèces sauvages et les habitats

État des principaux stocks de poissons

Les activités humaines dans les océans, y compris la pêche, et les conditions environnementales ont une incidence sur l'abondance et la santé des stocks de poissons, à l'échelle nationale et mondiale. Afin de maintenir les stocks de poissons pour les prochaines générations, il est important de suivre leur état et d'adapter les mesures de gestion, incluant les taux et limites de captures, en conséquence. L'indicateur présente l'état (zone saine, zone de prudence, zone critique ou état incertain) des principaux stocks de poissons canadiens comme trouvé dans l'Étude sur la durabilité des pêches.

Aperçu des résultats
  • L'état de bon nombre des nouveaux stocks ajoutés au cours des dernières années est incertain, ce qui contribue à une augmentation du nombre de stocks dont l'état est incertain.
  • Parmi les 176 principaux stocks évalués en 2019 :
    • 52 stocks (30 %) étaient dans la zone saine;
    • 29 stocks (16 %) étaient dans la zone de prudence;
    • 25 stocks (14 %) étaient dans la zone critique;
    • 70 stocks (40 %) n'ont pas pu être classés et leur état est incertain.

Mars 2021

Indicateurs sur l'air

Exposition de la population aux polluants atmosphériques extérieurs

L'inhalation de polluants atmosphériques peut contribuer à des problèmes de santé comme l'asthme, les maladies cardiovasculaires et la mortalité prématurée. Afin de mieux informer les Canadiens, un indicateur a été conçu pour suivre les améliorations générales de la qualité de l'air à l'aide des Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant (NCQAA, les normes) pour 2020. Plus précisément, cet indicateur permet de suivre le pourcentage de la population dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux normes pour 2020.

Aperçu des résultats
  • Entre la première (2005 à 2007) et la plus récente (2016 à 2018) période, le pourcentage de Canadiens vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux normes a augmenté de 60 % à 68 %.
  • Entre les périodes de 2015 à 2017 et de 2016 à 2018, le pourcentage de Canadiens vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux normes est passé de 77 % à        68 %. Cette baisse peut être attribuée aux grands incendies de forêt qui ont eu des effets négatifs sur la qualité de l'air en Alberta et en Colombie-Britannique pour la période de 2016 à 2018.

Indicateurs sur le climat

Progrès vers la cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre du Canada

Les gaz à effet de serre (GES) emprisonnent la chaleur dans l'atmosphère de la Terre, comme le verre d'une serre garde l'air chaud à l'intérieur. L'activité humaine accroît la quantité de GES présente dans l'atmosphère. Ainsi, quand une plus grande quantité de chaleur est emprisonnée, la température de la planète augmente. Le Canada s'est engagé à mettre en œuvre le plan climatique renforcé du Canada qui garantira que le pays non seulement atteigne, mais aussi dépasse son objectif de réduction des émissions du Canada d'ici 2030. De plus, du travail sera entrepris pour que le Canada puisse atteindre la cible de carboneutralité d'ici 2050. Cet indicateur suit les progrès du Canada en rapport avec la cible de 2030.

Aperçu des résultats
  • En 2030, les émissions de GES
    • sont projetées à 588 mégatonnes d'équivalent dioxyde de carbone (Mt d'éq. CO2) dans le plan climatique du Canada ou de 227 Mt d'éq. CO2 de moins que les 815 Mt d'éq. CO2 projetées avant l'adoption du Cadre pancanadien.
    • sont projetées à 503 Mt d'éq. CO2 dans le plan climatique renforcé du Canada ou environ 8 Mt d'éq. CO2 sous la cible de 2030 de 511 Mt d'éq. CO2.

Indicateurs sur les espèces sauvages et les habitats

Pratiques de pêche durables

Les limites de captures de poissons sauvages et d'autres animaux marins sont établies de manière à les protéger pour l'avenir. Cet indicateur indique le nombre des principaux stocks qui sont récoltés dans ces limites et ceux qui sont surexploités.

Aperçu des résultats
  • Parmi les 176 principaux stocks évalués en 2019 :
    • 166 stocks (94 %) ont été récoltés à des niveaux considérés durables;
    • 10 stocks (6 %) ont été récoltés à des niveaux au-dessus des niveaux approuvés.
  • Entre 2012 et 2019, le pourcentage de stocks qui ont fait l'objet d'une surexploitation est demeuré faible.

Février 2021

Indicateurs socio-économiques

Gestion de l'aquaculture canadienne

La conformité des aquaculteurs avec les normes environnementales contribue à protéger notre environnement aquatique. L'indicateur présente le taux de conformité des exploitations aquacoles aux règlements de la Loi sur les pêches. Il permet d'établir dans quelle mesure les aquaculteurs respectent les normes de protection de l'environnement afférentes au secteur, lesquelles sont énoncées dans les règlements adoptés en vertu de la Loi sur les pêches.

Aperçu des résultats

Des 219 exploitations aquacoles inspectées en 2019 :

  •  99 % des inspections n'ont pas entraîné d'accusations;
  •  67 % des inspections n'ont relevé aucune infraction.

Indicateurs socio-économiques

Glace de mer au Canada

La glace de mer occupe une place importante dans le paysage des eaux du Nord canadien. Elle est constituée de glace saisonnière qui se forme et fond chaque année (c'est-à-dire, de première année) et de glace qui est présente à longueur d'année (c'est-à-dire, pluriannuelle). La quantité et le type de glace de mer présente, ainsi que la superficie minimale totale qu'elle couvre durant l'été, ont un impact sur l'activité humaine et l'habitat biologique.

Aperçu des résultats
  • En 2020, la superficie de glace de mer dans les eaux du Nord canadien a atteint 1,04 million de kilomètres carrés (km2), ce qui correspond à 27,6 % de la superficie totale de ces eaux.
  • La superficie de glace de mer la plus basse a été enregistrée en 2012, avec 0,70 million de km2.
  • Entre 1968 et 2020, la superficie de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien, mesurée pendant la saison estivale, a baissé à un taux de 7,5 % par décennie.

Janvier 2021

Indicateurs sur l'eau

Éléments nutritifs dans le fleuve Saint-Laurent

Le phosphore et l'azote sont des éléments nutritifs essentiels pour les plantes. Cependant, lorsque les concentrations de phosphore et d'azote sont trop élevées ou trop faibles, elles peuvent avoir des effets nocifs sur le réseau trophique d'un cours d'eau. Ces concentrations représentent une mesure importante de la santé du fleuve et des bassins versants avoisinants. Ces indicateurs présentent l'état des concentrations de phosphore et d'azote le long du fleuve Saint-Laurent.

Aperçu des résultats
  • Pour la période de 2017 à 2019,
    • les concentrations de phosphore et d'azote ont dépassé les recommandations pour la qualité de l'eau à la majorité des stations de suivi;
    • Saint-Maurice est la seule station où moins de 10 % des échantillons avaient une concentration d'azote qui dépassaite les recommandations.
  • De 2010 à 2019, la station de Yamaska présentait une baisse des concentrations d'azote.

Nombre d'avis à long terme sur la qualité de l'eau potable touchant les systèmes publics dans les réserves

Les avis sur la qualité de l'eau potable sont des avis de protection de la santé publique concernant les risques réels ou potentiels pour la santé liés à l'eau potable. En novembre 2015, le gouvernement du Canada s’est engagé à mettre fin à tous les avis à long terme sur la qualité de l’eau potable touchant les systèmes publics dans les réserves. Cet indicateur montre les progrès réalisés en vue de lever ces avis.

Aperçu des résultats
  • En novembre 2015, il y avait 105 avis à long terme sur la qualité de l’eau potable touchant les réseaux publics dans les réserves.
  • En date du 30 septembre 2020, le nombre total d’avis sur la qualité de l’eau potable est passé de 105 à 58, ce qui représente une diminution nette de 55 % relatif à la base de référence.
  • La plus grande réduction nette du nombre d'avis (11) a été observée en février 2018.

Rejets de substances nocives dans l'eau

Le rejet de certaines substances dans l'environnement peut nuire à la santé humaine, à la faune et à la biodiversité. Les métaux toxiques rejetés dans l'eau peuvent entrer dans la chaîne alimentaire et s'accumuler dans les tissus d'organismes vivants. L'exposition à ces substances, même en petite quantité, peut être dangereuse tant pour les humains que pour la faune. Le mercure et ses composés, le plomb et les composés inorganiques du cadmium sont considérés comme toxiques au sens de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999). Les indicateurs sur les rejets de mercure, de plomb et de cadmium dans l'eau permettent de suivre les rejets de ces substances dans l'eau provenant des installations.

Aperçu des résultats
  • Les rejets de mercure, de plomb et de cadmium dans l'eau étaient respectivement 67 %, 56 % et 43 % plus faibles en 2018 qu'en 2003.
  • En 2014, un déversement important a représenté 92 %, 92 % et 59 % des rejets totaux de mercure, de plomb et de cadmium, respectivement.

Publications passées

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement élabore une vaste gamme d'indicateurs environnementaux et produit régulièrement des rapports sur ces derniers. Ces indicateurs servent à faire en sorte que les Canadiens soient informés des plus récentes situations et tendances concernant les préoccupations environnementales et à suivre les progrès réalisés à l'égard de la Stratégie fédérale de développement durable. La liste des indicateurs publiés précédemment est présentée ci-dessous.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :