Commissaire Anne Kelly

Anne Kelly a été nommée Commissaire de Service correctionnel Canada le 30 juillet 2018.

Madame Kelly a amorcé sa carrière à Service correctionnel Canada en 1983 comme agente de gestion des cas. Elle a occupé plusieurs postes au fil des ans, principalement dans la région de l'Ontario, dans les établissements, dans la collectivité et à l'administration centrale, notamment comme superviseure de la gestion des cas, gestionnaire d'unité et agente de projet à l'administration centrale.

Madame Kelly a par ailleurs été sous-directrice de l'Établissement Mountain dans la région du Pacifique pendant deux ans, de 1996 à 1998. Depuis son retour à l'administration centrale en 1998, Madame Kelly a occupé les postes de directrice des Opérations de réinsertion sociale en établissement, de directrice générale des Programmes correctionnels et de la réinsertion sociale et de commissaire adjointe des Opérations et des programmes correctionnels. Elle a été nommée sous-commissaire pour les femmes en juillet 2004.

Au mois de septembre 2006, Madame Kelly fut nommée sous-commissaire régionale, région du Pacifique, un poste qu’elle a occupée pendant cinq ans jusqu’au moment de sa nomination comme sous-commissaire principale en 2011.

Lettre de mandat de la Commissaire

Commissaire Anne Kelly :

C'est avec plaisir que je vous écris comme ministre de Sécurité publique. L'objectif de cette lettre : actualiser les objectifs du mandat que l'honorable Ralph Goodale vous a donné en 2018 après votre nomination comme commissaire du SCC.

Le travail du SCC est primordial pour assurer la sécurité des communautés canadiennes; il utilise des mesures adéquates de détention, de réhabilitation efficace et de réinsertion sécuritaires des détenus qui ont purgé leur peine. Je vous félicite, vous et votre équipe, de vos efforts dans cet important mandat. Je tiens aussi à saluer le travail formidable des employés du SCC, surtout en pleine pandémie.

Je suis très content de voir le progrès qui a été accompli au cours des dernières années, dont la mise en œuvre des unités d'intervention structurées, l'élaboration et l'utilisation d'outils pour l'évaluation des risques qui tiennent compte du caractère unique des Autochtones au sein du cadre décisionnel et les efforts de lutter contre le racisme systémique et d'améliorer le bilan des délinquants noirs, racialisés et autochtones. Vous avez franchi d'importantes étapes, mais le travail n'est pas fini.

Comme vous le savez, le premier ministre m'a donné un mandat qui touche différents domaines, dont le travail du SCC. Comme ministre de la Sécurité publique, il m'a demandé de « continuer à combattre la discrimination et le racisme systémiques dans le système de justice pénale, y compris dans tous les organismes et ministères fédéraux chargés d'assurer la sécurité nationale et celle de la population canadienne. À cette fin, aider le ministre de la Justice et procureur général du Canada à lutter contre le racisme systémique et à la surreprésentation des Noirs, des Canadiens racisés et des Autochtones dans le système judiciaire. » Pour atteindre ces objectifs, je vous demande de :

  • Travailler prioritairement avec les organisations et les communautés autochtones et les financer pour conclure plus d'ententes en vertu des articles 81 et 84 de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, veillant à ce que les délinquants autochtones aient accès à des programmes adaptés à leur culture et à des soutiens communautaires.
  • Appuyer le gouvernement du Canada dans son travail pour éliminer le racisme systémique et la surreprésentation des personnes noires, racialisées et autochtones dans le système de justice.
  • Continuer d'appuyer le travail, en partenariat avec Sécurité publique, pour assurer le fonctionnement efficace des UIS.
  • Soutenir Sécurité publique Canada dans l'élaboration et la mise en œuvre d'un cadre fédéral pour réduire la récidive et explorer les possibilités d'augmenter le nombre de soutiens correctionnels communautaires.
  • Travailler pour améliorer l'accès à la technologie pour les détenus, dont l'accès Internet dans le but de faciliter l'éducation, les programmes et le travail communautaire, des outils primordiaux pour la réhabilitation et la réinsertion efficace et sécuritaire des détenus.

De plus, je vous demande de :

  • Continuer la mise en place de mesures pour assurer la santé mentale et le bien-être des employés;
  • Assurer que les établissements correctionnels fédéraux sont des endroits sécuritaires, humains et sains pour tout le monde, sans violence ou harcèlement sexuels;
  • Veiller à ce que l'éducation postsecondaire et le CORCAN, le programme de formation portant sur les compétences relatives à l'employabilité, soient plus accessibles aux délinquants et maximiser les partenariats communautaires, ainsi permettant aux personnes qui se préparent pour une libération conditionnelle de se trouver un emploi ou de retourner aux études;
  • Continuer d'élargir le programme des prisons agricoles;
  • Créer un nouveau poste de Sous-commissaire pour les services correctionnels pour Autochtones. Comme réponse directe à l'Appel de justice 5,23 de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, ce rôle veille à ce qu'on porte attention aux enjeux autochtones, qu'on élimine la surreprésentation des délinquants autochtones (surtout les délinquantes) et qu'on aide le SCC à mettre œuvre les autres appels de justice;
  • Augmenter les services de santé mentale dans le but de diminuer l'utilisation des UIS pour les délinquants avec des troubles de santé mentale;
  • Continuer la mise en œuvre de mesures pour la prévention, la détection, le suivi et l'intervention de la coercition et de la violence sexuelle dans le système correctionnel fédéral : rendre obligatoire une formation sur la violence sexuelle et le harcèlement pour tout le personnel correctionnel et évaluer les résultats d'une étude à ce sujet pour les intégrer dans les politiques, les procédures et les lignes directrices;
  • Améliorer la promotion du programme mère-enfant, sa participation et ses ressources dans les établissements féminins du SCC;
  • Déterminer les besoins et intérêts précis des délinquants vieillissants et les offrir des programmes, des services et des interventions efficaces et adaptés;
  • Évaluer et intégrer les recommandations d'intervenants et d'une table ronde d'experts sur l'aide médicale à mourir dans les établissements correctionnels fédéraux.

Je suis impatient d'entamer notre relation de travail collaborative et productive à mesure que nous ajoutons aux forces du SCC et que nous nous acquittons de notre mandat en assurant la réinsertion sécuritaire et réussie des délinquants.

Sincèrement,
L'honorable Marco Mendicino, C.P. député

Ministre de la Sécurité publique

Messages de la Commissaire

Aux employés
Aux délinquant et à leurs familles
Aux intervenants

Détails de la page

Date de modification :