ARCHIVÉ - Examen des politiques sur le diabète - Rapport du groupe d'experts

 

Évolution de la stratégie

Stratégie canadienne sur le diabète de 1999

En 1999, le gouvernement du Canada a lancé la Stratégie canadienne sur le diabète. Le budget octroyé était de 115 millions de dollars sur une période de cinq ans (prolongée jusqu'au mois de mars 2005). L'objectif de la Stratégie était de mieux utiliser les ressources et l'expertise disponibles dans le pays afin de faire face aux problèmes complexes de santé que pose le diabète.

La stratégie de 1999, gérée par Santé Canada, comportait quatre composantes interreliées :

  • Système national de surveillance du diabète;
  • Prévention et promotion;
  • Initiative sur le diabète chez les Autochtones;
  • Coordination nationale.


Consultations sur la stratégie nationale sur le diabète

Un des principaux objectifs de la Stratégie canadienne sur le diabète est d'appuyer le développement d'une stratégie nationale sur le diabète. À cette fin, la Stratégie canadienne sur le diabète de 1999 a financé l'organisation du premier Symposium national sur le diabète, qui s'est tenu à Montréal en février 2001. Le symposium a réuni 250 participants, dont une grande variété de professionnels et de représentants des organisations. Le but était d'obtenir un consensus sur les lacunes en matière de prévention et de contrôle du diabète. Les participants ont confirmé leur vaste soutien à l'élaboration d'une stratégie nationale en matière de prévention et de contrôle, et ils ont recommandé des mesures dans cinq domaines clés : la prévention, les soins, l'éducation, la recherche et la surveillance.

Après ce symposium, Santé Canada a mis sur pied le Comité de coordination de la stratégie nationale sur le diabète et l'a chargé d'élaborer une stratégie nationale en la matière et de superviser sa mise en œuvre. Le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les organisations autochtones nationales et le Conseil du diabète du Canada, composé d'organisations nationales non gouvernementales et d'associations nationales de pharmaciens et de compagnies pharmaceutiques, avaient tous envoyé leurs représentants au symposium. Le Comité de coordination a formé cinq groupes de travail composés d'experts afin d'examiner les projets de recommandations, dans les cinq secteurs clés d'intervention, qui ont été élaborés lors du symposium de Montréal. Les groupes de travail ont entrepris des travaux de recherche et de consultation, et leurs projets de recommandations ont été examinés lors du second symposium national tenu à Winnipeg en mai 200343.

À la lumière de ces vastes consultations, le Comité de coordination a déterminé six objectifs stratégiques qui, selon lui, devaient être abordés par la nouvelle stratégie. Il s'agissait de ce qui suit :

  • Objectif stratégique no 1 : Appuyer l'élaboration de politiques publiques favorables à la santé;
  • Objectif stratégique no 2 : Offrir des programmes communautaires de promotion de la santé et de prévention;
  • Objectif stratégique no 3 : Offrir des services de santé accessibles pour la prévention du diabète chez les personnes à haut risque et pour un dépistage et une prise en charge optimaux du diabète;
  • Objectif stratégique no 4 : Renforcer les capacités en ressources humaines et améliorer la formation des intervenants qui offrent des programmes et des services de prévention et de prise en charge du diabète;
  • Objectif stratégique no 5 : Effectuer des travaux de recherche et d'évaluation, et soutenir l'échange des connaissances;
  • Objectif stratégique no 6 : Améliorer la surveillance.

Nouvelle stratégie canadienne sur le diabète

L'Agence de la santé publique du Canada, établie en septembre 2004, vise à améliorer la capacité du gouvernement fédéral à protéger la santé et la sécurité des Canadiens. L'Agence, rendue opérationnelle par le budget fédéral de février 2005, est chargée de mettre en œuvre l'Initiative en matière de modes de vie sains et de prévention des maladies chroniques, connue auparavant sous le nom de Stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques, et qui comporte une nouvelle Stratégie canadienne sur le diabète. Parmi les grandes priorités de l'Agence figure la création d'un réseau de santé publique avec les gouvernements provinciaux et territoriaux. Cela coïncide avec le démantèlement du comité de coordination de la Stratégie nationale sur le diabète. Le rôle officiel des organisations non gouvernementales a pris fin.

Le budget de février 2005 prévoyait le renouvellement, pour cinq autres années, de la Stratégie canadienne sur le diabète. La nouvelle stratégie, destinée à orienter la contribution du gouvernement fédéral à une stratégie nationale sur le diabète, vise surtout les objectifs suivants :

  • prévenir le diabète chez les populations à haut risque;
  • dépister le diabète de type 2 de façon précoce;
  • gérer les défis reliés au diabète de types 1 et 2.

Les activités de la nouvelle Stratégie canadienne sur le diabète sont centrées sur les populations qui ont le plus de risques d'être atteintes de diabète (comme celles souffrant d'un excès de poids, d'obésité ou de prédiabète), sur les personnes de plus de 40 ans, sur celles qui sont atteintes d'hypertension et dont la formule sanguine présente un taux élevé de cholestérol ou d'autres gras, sur les personnes dont les antécédents familiaux présentent des cas de diabète et sur les personnes appartenant à des populations ethniques à haut risque.

Dans le cadre de l'Initiative en matière de modes de vie sains et de prévention des maladies chroniques, 90 millions de dollars, sur une période de cinq ans, ont été investis dans la nouvelle stratégie (composante non autochtone seulement). L'Initiative en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques est gérée par le Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques de l'Agence de la santé publique du Canada. L'Initiative sur le diabète chez les Autochtones de la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits de Santé Canada a été renouvelée, avec un budget de 190 millions de dollars et sur une période de cinq ans.

La nouvelle Stratégie canadienne sur le diabète a six composantes :

  • Leadership, coordination et élaboration de politiques stratégiques;
  • Programmes communautaires;
  • Information du public;
  • Développement, échange et diffusion des connaissances;
  • Système national de surveillance du diabète;
  • Surveillance et évaluation.

Financement fédéral de la recherche sur le diabète

Plusieurs organismes fédéraux, même s'ils ne font pas partie de la nouvelle Stratégie canadienne sur le diabète, contribuent financièrement à la recherche sur le diabète. Ce sont les Instituts de recherche en santé du Canada, la Fondation canadienne pour l'innovation, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et le Conseil de recherches en sciences humaines. Il faut dire aussi que le gouvernement fédéral finance également d'autres organisations de recherche, par exemple Génome Canada, pour qu'elles fassent des études sur le diabète.

Innovation

Le gouvernement fédéral commence à faire des investissements, par le truchement d'Inforoute Santé du Canada, pour que la technologie soit de plus en plus présente dans le système canadien des soins de santé. L'Inforoute est une organisation indépendante et à but non lucratif, financée par le gouvernement fédéral, qui compte parmi ses membres les 14 sous-ministres de la Santé des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Inforoute favorise le changement collaboratif visant à accélérer l'utilisation des systèmes et des dossiers de santé électroniques dans tout le pays.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :