ARCHIVÉ - Examen des politiques sur le diabète - Rapport du groupe d'experts

 

Réponse sommaire du groupe d'experts au cadre de référence

L'examen des politiques a lieu trois ans seulement après que la Stratégie canadienne sur le diabète ait été renouvelée pour cinq années additionnelles. Le début et la mise en œuvre de la nouvelle stratégie ont été entravés par le changement de gouvernement, la création d'une nouvelle agence et le retard des allocations du financement qui s'en est suivi. Il y a eu des obstacles majeurs à l'évaluation de la nouvelle stratégie dans son ensemble. Cependant, le groupe d'experts a tenté de fournir une réponse appropriée au cadre de référence. Pour cela, le groupe a fait un examen approfondi des documents et il a passé en revue les politiques et les programmes internationaux sur le diabète. Il a en outre tenu une série de consultations avec des intervenants en matière de diabète de tout le pays et il a profité de l'aide du personnel de l'Agence de la santé publique du Canada.

1. Priorités

Progrès par rapport aux priorités définies par la Stratégie canadienne sur le diabète élaborée par les intervenants entre 1999 et 2005

Les progrès en la matière se sont fait attendre. La nouvelle stratégie ne respecte pas scrupuleusement les six objectifs stratégiques et les quatre principes énoncés dans la stratégie initiale de 1999 à 2004 par les intervenants en matière de diabète. La situation est devenue encore plus complexe avec l'introduction, en 2006, d'une Stratégie intégrée sur les modes de vie sains, c'est-à-dire l'Initiative en matière de modes de vie sains et de prévention des maladies chroniques. La nouvelle stratégie fonctionne actuellement à l'intérieur de ce cadre.


Valeur et pertinence des investissements effectués depuis 1995 dans la Stratégie canadienne sur le diabète

L'Initiative en matière de modes de vie sains et de prévention des maladies chroniques a tendance à compliquer le processus de mise en œuvre des priorités de la nouvelle stratégie. Le financement destiné aux diverses composantes de la nouvelle stratégie paraît irrégulier et, dans certains cas, comme dans celui des Programmes communautaires, insuffisant. Une autre source d'inquiétude concerne le niveau des fonds alloués qui ont servi à des fins administratives par rapport aux fonds destinés aux activités de programme.


Priorités essentielles d'une Stratégie canadienne sur le diabète efficace

  • Analyse économique du fardeau économique du diabète au Canada.
  • Participation officielle des organisations non gouvernementales et des gouvernements provinciaux et territoriaux.
  • Résultats attendus et cibles - il s'agit de constituer un petit ensemble d'objectifs qui comporte des produits livrables réalisables, ainsi que des cibles précises facilement mesurables, pour les des deux premières années. Une fois les premiers résultats atteints, le programme sera graduellement élargi. Cette démarche remplacera celle qui semble avoir pour objectif de tout faire en même temps.
  • Collecte, diffusion et utilisation des données - la collecte des données (surveillance) est un des volets les plus réussis de la Stratégie canadienne sur le diabète actuelle. Il faut cependant faire une distinction entre la collecte des données, la diffusion efficace qui est essentielle et l'usage approprié qui est de première importance.
  • Recherche - elle constitue une trame qui associe les objectifs de recherche avec le lancement des projets de recherche des secteurs public et privé, en étroite collaboration avec les Instituts de recherche en santé du Canada.
  • Plateforme d'information - dans beaucoup de compétences, l'accent est mis sur l'élaboration d'une plateforme Web conviviale pour les utilisateurs. Il pourrait s'agir, par exemple, d'un répertoire de services, de cliniques professionnelles, d'organisations, de projets de recherche et de résultats (p. ex. comme en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et aux États-Unis).
  • Processus d'évaluation solide et indépendant.
  • Autres mesures énumérées dans la section Recommandations du rapport.

Mécanismes gouvernementaux qu'on pourrait utiliser pour atteindre les résultats déterminés dans la Stratégie canadienne sur le diabète

  • On pourrait créer un organisme plus spécialisé auquel participeraient des représentants de l'Agence de la santé publique du Canada, des organisations non gouvernementales, des Instituts de recherche en santé du Canada et des gouvernements provinciaux et territoriaux.
  • L'Initiative en matière de modes de vie sains et de prévention des maladies chroniques, si elle est modifiée, pourrait devenir un mécanisme multiorganisationnel qui comprendrait des représentants des ministères de la Santé et des Finances, de Sport Canada ainsi que de ParticipACTION.
  • On pourrait élargir le système de crédits d'impôt existant afin de compenser le coût de la prise en charge du diabète, et l'on pourrait l'utiliser davantage pour créditer les activités enregistrées pour les enfants et les adultes menant à un mode de vie plus sain.

2. Processus

Gouvernance du programme (c.-à-d. structures et processus mis en œuvre pour assurer la transparence et la reddition de comptes) et recommandations pour une amélioration

Le fait d'imposer l'Initiative en matière de modes de vie sains et de prévention des maladies chroniques sur les stratégies axées sur le diabète a compliqué le processus et a mis fin aux procédures officielles de participation des organisations non gouvernementales, organisations qui faisaient partie intégrante de la stratégie de 1999 à 2004.


Modèle de gestion de la Stratégie canadienne sur le diabète

Nous proposons la création d'un organisme composé de plusieurs partenaires qui n'auraient aucun lien de dépendance; cet organisme aurait des cibles annuelles et pluriannuelles précises dans de nombreux domaines clairement définis.

3. Rendement

Progrès par rapport à l'atteinte des résultats

  • Les objectifs axés sur le processus que le modèle logique de la nouvelle stratégie a déterminés empêchent l'évaluation des progrès en vue de l'atteinte de résultats tangibles.
  • Le volet « Développement et échange des connaissances », par exemple, ajouté à la nouvelle stratégie est maintenant devenu pleinement opérationnel, malgré le fait que seulement certaines activités modestes aient été menées relativement à ce volet pendant l'exercice 2006-2007.
  • Le volet « Programmes communautaire » repose sur un processus long et compliqué qui est difficile à évaluer. Par exemple, il est impossible d'évaluer pleinement l'incidence des 48 projets de prévention et de développement des capacités, qui étaient courts et qui couvraient des régions géographiques et des sujets différents, menées pendant les deux dernières années.
  • En ce qui concerne le volet « Information du public », la majorité des intervenants ne sont pas au courant qu'une nouvelle stratégie existe.
  • Le volet « Leadership, coordination et élaboration de politiques stratégiques » de la nouvelle stratégie est faible et sporadique.

Recommandations en vue d'améliorer les résultats de programme

  • Établir un système opérationnel simplifié avec des objectifs et des échéanciers clairement définis.
  • Mettre l'accent sur les produits livrables essentiels.
  • Mesurer, par des études très précises, la portée et la complexité de la maladie ainsi que son fardeau économique (comme cela a été fait en Finlande).
  • Faciliter la coordination des investissements dans la recherche au-delà du domaine biomédical.
  • Lancer une initiative nationale, distincte et intersectorielle, qui portera sur les modes de vie sains.
  • Créer une plateforme contenant toute l'information.
  • Développer graduellement la prévention créative et les autres programmes offerts par l'intermédiaire des organisations présentes dans les communautés.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :