Quinoléine

Numéro de registre CAS 91-22-5

De quoi s'agit-il?

  • La quinoléine est une substance qui se trouve à l'état naturel dans le charbon et dans des produits dérivés du charbon comme le goudron de houille et la créosote.

Comment est-elle utilisée?

  • Le goudron de houille est récupéré et distillé au Canada pour produire des huiles (naphtalène, créosote et matière première du noir de carbone) ainsi que du brai de goudron de houille. La quinoléine est un composé naturel des produits à base de goudron de houille utilisés dans la préservation du bois, les alumineries, les électrodes en graphite, les produits de carbone spécialisés, les revêtements ou les matériaux d'étanchéité utilisés pour les chaussées et les matériaux réfractaires.
  • À l'échelle internationale, bien que cela ne soit pas confirmé au Canada, la quinoléine est utilisée comme solvant dans la fabrication de teintures, de peintures et d'autres produits chimiques. Elle est aussi employée comme réactif, inhibiteur de corrosion, ainsi que dans la fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments vétérinaires.
  • La quinoléine est fabriquée ou importée au Canada dans des mélanges où elle représente moins de 1 % de la composition.

Pourquoi le gouvernement du Canada l'a-t-il évalué?

  • Avant l'évaluation, la quinoléine a été jugée comme présentant un danger potentiel pour l'environnement et la santé humaine, d'après des renseignements disponibles quant à l'accumulation possible de cette substance dans les organismes et à son potentiel de toxicité pour ces derniers, et en fonction d'un potentiel élevé d'exposition (excluant l'exposition en milieu de travail) pour la population générale du Canada.

Comment est-elle rejetée dans l'environnement?

  • La quinoléine peut se former comme un polluant à l'état de trace au cours de la combustion incomplète de substances contenant de l'azote (par exemple, pétrole, charbon).
  • La quinoléine pourrait être rejetée dans les eaux souterraines et les eaux de surface en provenance de sites industriels où du goudron de houille et de la créosote se sont échappés dans le sol à partir de réservoirs de stockage ou lors de l'élimination de ces produits. 
  • Ces rejets peuvent se produire dans des sites industriels tels que des installations de distillation de goudron de houille (créosote), des usines d'imprégnation du bois, des usines de gazéification du charbon abandonnées, des aciéries dotées de fours à coke, des alumineries et des incinérateurs de déchets. Il convient toutefois de souligner que le Canada a mis en place des mesures de protection de l'environnement, en particulier pour les aciéries dotées de fours à coke et les installations de préservation du bois.

Comment les Canadiens y sont-ils exposés?

  • L'exposition de la population canadienne en général à la quinoléine devrait être faible et se produire principalement par l'inhalation d'air.
  • Les Canadiens sont exposés à la quinoléine en raison de sa présence dans la fumée de tabac et de la combustion incomplète de substances contenant de l'azote (par exemple, pétrole et charbon).

Quels sont les résultats de l'évaluation?

  • Le gouvernement du Canada a procédé à une évaluation scientifique de la quinoléine appelée évaluation préalable.
  • Les évaluations préalables déterminent le risque potentiel pour la population générale du Canada (excluant l'exposition en milieu de travail) et l'environnement.
  • Selon les résultats du présent rapport final d'évaluation préalable, la quinoléine ne devrait pas s'accumuler dans les organismes, mais elle peut demeurer longtemps dans l'environnement.
  • De plus, la quantité de quinoléine pouvant être rejetée dans l'environnement est supérieure au seuil toxique pour les organismes.
  • Par conséquent, le gouvernement du Canada a conclu que la quinoléine pénètre ou peut pénétrer dans l'environnement dans des quantités ou selon des conditions qui posent un danger pour l'environnement.
  • Le gouvernement du Canada a aussi conclu que la quinoléine peut être considérée comme dangereuse pour la santé humaine.

Que fait le gouvernement du Canada?

  • Bien que l'exposition de la population générale soit considérée comme faible actuellement, le gouvernement du Canada prend des mesures afin qu'elle le demeure.
  • L'application des dispositions relatives à un avis de nouvelle activité (NAc)  pour cette substance est considérée. Cela exigera que toute nouvelle fabrication, importation ou utilisation proposée de cette substance soit l'objet d'une évaluation plus détaillée, et déterminera si cette nouvelle activité exige l'adoption d'autres mesures de gestion des risques.
  • Au Canada, de nombreux sites industriels (incluant d'anciennes usines de gazéification du charbon) ont été évalués et des mesures correctives y ont été apportées en vertu d'autorisations provinciales. Au besoin, les lignes directrices du Conseil canadien des ministres de l'Environnement (CCME) concernant la quinoléine dans les eaux de surface et le sol seront revues et mises à jour afin de guider l'évaluation et le nettoyage des sites contaminés.
  • La créosote, agent de préservation homologué du bois et du bois d'œuvre en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires, peut contenir de la quinoléine à l'état de traces. L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) qui relève de Santé Canada a récemment effectué une réévaluation de la créosote et a déterminé ses utilisations courantes à titre de pesticide ainsi que les limitations visant à réduire au maximum les rejets de créosote dans l'environnement et qu'ils demeurent acceptables.
  • Santé Canada a publié un Rapport sur l'état des connaissances scientifiques - quinoléine en mai 2005.
  • Le rapport final d'évaluation préalable et le document sur l'approche de gestion des risques ont été rendus publics le 19 novembre 2011. Le document sur l'approche de gestion des risques sera suivi d'une période de commentaires du public de 60 jours qui prendra fin le 18 janvier 2012.

Que peuvent faire les Canadiens?

  • Les risques pour la santé que présente une substance chimique dépendent du danger que la substance peut présenter (son potentiel de causer des effets nocifs) et de la dose (le degré d'exposition à la substance).
  • Par mesure de précaution, on rappelle aux Canadiens de suivre attentivement les mises en garde et les modes d'emploi notamment indiqués sur les étiquettes, lorsqu'ils utilisent des produits contenant de la quinoléine.
  • La fumée du tabac est aussi une source de quinoléine. Nous rappelons aux Canadiens qu'ils ne devraient pas fumer et devraient éviter la fumée secondaire. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le tabagisme, comment cesser de fumer et comment protéger votre famille de la fumée secondaire, veuillez consulter la page : Préoccupations liées à la santé du site Web de Santé Canada ou parlez-en à votre médecin.
  • Les Canadiens qui, en milieu de travail, manipulent de la quinoléine ou des produits contenant cette substance, doivent consulter leur représentant en matière de santé et de sécurité au travail pour connaître les pratiques de manipulation sécuritaires ainsi que les exigences en vertu du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :