Bacillus thuringiensis — fiche d'information

Souche ATCC 13367

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique de la souche ATCC 13367 du Bacillus thuringiensis, appelée évaluation préalable, afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l’environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer les effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement) et les niveaux d’exposition des personnes ou de l’environnement. Une substance peut être associée à des effets dangereux, mais le risque pour la santé humaine et l'environnement dépend du niveau d'exposition à la substance.
  • Dans le cas du Bacillus thuringiensis, le danger a été évalué comme faible pour les plantes aquatiques et terrestres, pour les vertébrés et pour la majorité des invertébrés aquatiques ou terrestres. Des effets nocifs ont été répertoriés chez les larves de certaines espèces d’insectes.
  • Très peu d’infections chez l’humain liées au Bacillus thuringiensis ont été recensées. Dans le cas peu probable d’une infection, il existe des traitements efficaces contre celle-ci.
  • Par conséquent, il est conclu que la souche ATCC 13367 du Bacillus thuringiensis n’est pas nocive pour la santé humaine ou l’environnement.

À propos de cet organisme

  •  Cette évaluation préalable porte sur la souche ATCC 13367 de l’organisme Bacillus thuringiensis. Cet organisme de priorité B (danger moyen) a été évaluée dans le cadre de l’initiative sur les micro-organismes du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC).
  • La souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis partage des caractéristiques communes avec d’autres souches de Bacillus thuringiensis, sous-espèce thuringiensis, que l’on retrouve dans la nature et qui sont utilisées comme matière active dans certains pesticides.
  • Les caractéristiques de la souche ATCC 13367 du Bacillus thuringiensis permettent son utilisation dans plusieurs domaines, notamment comme dégraisseurs, détergents, additifs de biodégradation et de biorestauration, fabrication d’enzymes ou de produits biochimiques, probiotiques, facteurs de croissance des plantes et dans plusieurs procédés industriels.
  • La souche ATCC 13367 du Bacillus thuringiensis est présentement utilisée en petites quantités au Canada pour la recherche et le développement.

Exposition des Canadiens et de l’environnement

  • A cause de l’utilisation en recherche et développement, des quantités limitées de la souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis pourraient être rejetées dans l’environnement canadien. L’exposition des Canadiens et de l’environnement devrait être faible.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • La souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis peut éliminer plusieurs espèces de papillons nocturnes et diurnes, et certaines espèces de scarabées et de mouches. Toutefois, elle n’est pas utilisée comme matière active dans les pesticides approuvés pour utilisation au Canada.
  • Très peu de cas d’infections par Bacillus thuringiensis chez l’humain sont rapportés dans la littérature scientifique. Bacillus thuringiensis pourrait être résistant à certains antibiotiques cliniques, mais il existe des traitements efficaces contre ces infections.

Résultats de l'évaluation des risques

  • Compte tenu de tous les renseignements présentés dans cette évaluation, la souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis pose un risque faible de nuire à la santé humaine.
  • De même, compte tenu de tous les renseignements présentés, la souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis pose un risque faible de nuire aux organismes et à l’intégrité générale de l’environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l'Évaluation préalable finale de la souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis le 3 mars 2018.

Conclusions de l’évaluation préalable

  • Par suite de cette évaluation préalable, le gouvernement a conclu que la souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis n’est pas nocive pour la santé humaine aux niveaux actuels d’exposition
  • Le gouvernement a également conclu que la souche ATCC 13367 de Bacillus thuringiensis ne pénètre pas dans l’environnement à des niveaux qui peuvent être nocifs pour l’environnement.

Mesures préventives et réduction des risques

  • Le gouvernement propose qu’aucune autre mesure en vertu de la LCPE (1999) ne soit prise à l’égard de cet organisme, compte tenu du risque potentiel pour les Canadiens et pour l’environnement.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :